Facebook bloque une nouvelle campagne de manipulation venue de l'Iran

Les réseaux de propagande et les campagnes de diffamation du régime iranien continue d’attirer l’attention. Facebook a annoncé avoir mis fin à une nouvelle campagne de manipulation orchestrée par le régime iranien et dirigée contre de très nombreux pays.

C’est la troisième fois en six mois que Facebook supprime des comptes iraniens. La lutte du réseau social contre les manipulations du régime iranien s’intensifie.

A l’origine de ces enquêtes, la firme de cybersécurité Fire Eye qui a alerté Facebook sur l'activité suspecte du groupe « Liberty Front Press» et son réseau de comptes affiliés, dont la majorité se présentaient comme des organismes de médias indépendants. C'était le cas de «Quest 4 Truth», dont Facebook indique qu’il était lié à Press TV, un réseau affilié aux médias étatiques iraniens. Depuis, Facebook, Twitter et Youtube ont supprimé le compte de Liberty Front Press.

La semaine dernière, le réseau social a indiqué avoir supprimé 783 pages, groupes et autres comptes qui relayaient la position officielle de la régime théocratique iranien.

“Nous pouvons prouver que cela provient d'Iran, et que c’est contrôlé par des acteurs iraniens, et la plupart du contenu provient de médias d'Etat iraniens", a déclaré M. Gleicher, un responsable, lors d'un point de presse. “Les pages faisaient partie d'une campagne visant à promouvoir les intérêts iraniens dans divers pays en créant de fausses identités Facebook ou Instagram en tant que résidents de ces pays”, selon le responsable de la politique de cybersécurité de Facebook.

Selon Facebook, cette campagne de manipulation du régime iranien visait vingt-six pays, très souvent avec une importante population musulmane, dont la France avec pour objectif de diffuser la parole de Téhéran et attiser les tensions sur les sujets les plus sensibles : conflit israélo-palestinien, guerre en Syrie ou au Yémen, y compris le rôle des Etats-Unis, de l'Arabie saoudite et de la Russie",

Leur méthode est invariable, ils diffusent des messages de façon coordonnée via de faux comptes présentés comme locaux et écrit dans les langues nationales de chaque pays. Et Facebook de préciser “si les campagnes ne sont pas reliées entre elles, les auteurs utilisent des techniques similaires en créant des réseaux de comptes pour tromper les internautes sur ce qu'ils font et qui ils sont".

Il se sont aussi aperçu que les premiers faux comptes ont été créés en 2013, ce qui signifie que ces pages ont diffusé du contenu manipulateur pendant des années. Plus surprenant encore alors que Facebook n’est pas disponibles en Iran, le régime à acheter plus de 30 000 dollars de publicités Facebook, entre janvier 2015 et février 2019 en propagande.

Un page dénommée @StopMEK, a été retirée pour «comportement inauthentique coordonné». Cette page n’avait pour unique but que celui de discréditer les idées des Moudjahidine du peuple d’Iran, une organisation iranienne de résistance opposée à la dictature iranienne. Facebook a décrit l'OMPI comme «le groupe d'opposition politique le plus important et le plus actif contre les dirigeants de la République islamique d'Iran».

Les campagnes de désinformation du régime des mollahs mettent en lumière la façon dont les groupes affiliés à l'État exploitent les médias sociaux et manipulent les internautes pour promouvoir leurs plans machiavéliques. Leur but est de propager de fausses informations, de diaboliser la Résistance iranienne et d'empêcher la libre circulation de l'information.

Désormais, les preuves de la manipulation des médias mondiaux par les mollahs s’accumulent. Il devient urgent que la communauté internationale mette fin à cette propagande destructrice.  

N'hésitez pas à consulter

https://www.facebook.com/MEKIran1/

https://www.facebook.com/CNRIFrance

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.