h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juin 2022

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Le record de persécution de l'Iran : 12 millions de prisonniers depuis 1981

Récemment, par l'intermédiaire d'unités de résistance au sein des organes du régime, le Conseil national de la résistance de l'opposition iranienne a obtenu des documents comprenant des listes du nombre de prisonniers, d'interrogateurs, de tortionnaires et d'agents responsables d'exécutions, ainsi que le nombre de responsables politiques détenus et le nombre de condamnés à mort.

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces statistiques donnent une image horrible et, bien sûr, précise de la sévérité de la répression et de l'oppression en Iran. L'Organisation des prisons, qui contrôle toutes les prisons d’Iran, est l'un des organes les plus importants et certainement les plus terribles du régime et est considérée comme l'un des fondements de sa survie.

100 photos de la situation catastrophique et inhumaine dans les prisons du régime dans 23 provinces

De nombreuses prisons ont été construites il y a 50 ans et sont très délabrées. Selon ces documents, chacune a une certaine capacité, alors que le nombre de détenus dépasse de nombreuses fois la capacité de la prison. Et il y a une raison pour laquelle la pression physique et psychologique sur les prisonniers est plus élevée. Les photos accessibles au public montrent une situation terrible.

Noms de 2273 prisonniers politiques et prisonniers d'opinion

Selon des documents divulgués, 5 197 personnes attendent d'être exécutées et punies, 107 personnes ont été condamnées à l'amputation, 51 personnes ont été lapidées à mort en 2020, dont 23 femmes. Et 60 des personnes exécutées en 2020 avaient moins de 18 ans.

12 millions de prisonniers

L'un des documents les plus importants obtenus est la liste de 12 millions de prisonniers. Selon cette liste, compilée par l'Organisation des prisons elle-même, 12.380 millions Iraniens ont été emprisonnés depuis 1981. Les chiffres dans ces documents ne sont comparables qu'aux chiffres que nous lisons dans l'histoire sur les prisons d'Hitler. La liste n'inclut pas les prisonniers politiques de 2000 à 2010, ainsi que les 30 000 prisonniers politiques exécutés en 1988. En fait, ces prisonniers étaient en possession des gardiens de la révolution et du ministère du Renseignement et du Parquet du régime. La liste des 12 millions de prisonniers comprend également 571 015 femmes. On ne sait pas ce qui est arrivé aux femmes qui étaient mères, ou même aux pères qui se sont retrouvés en prison, comment leurs familles ont fait face à ces coûts et au chômage.

Selon un "rapport confidentiel et classifié" d'août 2015, "préparé pour le cabinet de Hassan Rohani", "environ 600 000 personnes sont détenues chaque année" et "2,4 millions de familles font face à de nombreux dangers et problèmes". Et en répétant ce drame, le régime iranien a pu survivre. Amnesty International note dans son dernier communiqué que 54 % des exécutions en 2021 ont eu lieu en Iran.

Partant de dogmes religieux médiévaux, imposé par un événement historique du XXe siècle, le régime iranien, incapable de répondre aux besoins économiques, politiques et culturels du peuple iranien au XXe siècle, a toujours eu recours à la répression interne pour se maintenir au pouvoir. Le terrorisme, la belligérance et les prises d'otages à l'étranger ont servi de couverture à la répression interne. La prise d'otages à l'ambassade américaine, l'explosion des "tours Khobar" et autres attentats au Liban et en Argentine ne sont pas encore oubliés.

Les unités de résistance

Selon le même document, depuis décembre 2017, 8 762 prisonniers ont été accusés d'avoir insulté le Guide suprême Ali Khamenei, d'avoir participé à des émeutes et d'avoir brûlé et détruit des banderoles et panneaux d'affichage des autorités et des organes répressifs. Depuis 2016, des unités de résistance se sont formées à travers l'Iran et se développent rapidement. En détruisant des photos de Khamenei et de Khomeiny ou en brûlant une statue de Soleimani, l'icône de l'influence régionale et du meurtre d'enfants syriens, ils brisent le mur de la terreur que le régime iranien tente d’ériger par la détention et l’exécution.

Trois armées et trois services de renseignement en Iran

La théocratie iranienne est le seul pays qui, en plus de l'armée officielle, possède les gardiens de la révolution (CGRI), qui sont plus puissants que l'armée. Mais il y a deux semaines, Khamenei a élevé les forces de l'ordre, c'est-à-dire la police, au niveau de l'armée et du CGRI. Ces forces ont une unité spéciale dans chaque province pour réprimer les manifestations, et Khamenei a dépensé des milliards de dollars pour répondre à ses besoins de répression. En conséquence, Khamenei a maintenant déployé trois armées pour maintenir son système. Il compte également trois organismes de sécurité et de renseignement, le ministère du Renseignement, en plus des informations des Gardiens de la révolution et de l'Organisation du renseignement des forces de police.

Selon le régime, 80 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et le prix des produits de base ont quadruplé. Le régime répond aux protestations par des balles et l’emprisonnement. Dans le même temps, des réseaux de résistance se développent en Iran.

Politique européenne et occidentale

Cependant, les mollahs ont été soutenus par la politique d'apaisement occidentales pendant plus de trois décennies. La politique d'apaisement a gardé le silence face à cette cruauté de la théocratie iranienne et même des étrangers et a toujours été un refuge politique pour le régime iranien. Le silence face à la répression interne et au militantisme dans la région a fait du régime une force redoutable qui a osé s'orienter vers l'arme nucléaire, constituant une grave menace pour la région et l'Europe.

Si nous n'avons pas appris de la leçon d'apaisement d’Hitler nazi, qui l'a rendu plus agressif et meurtrier, ne l'arrêtons pas. La guerre en Ukraine ne nous enseigne-t-elle pas au moins une leçon pour mettre fin à trois décennies d'apaisement occidental envers les mollahs ?

Le régime soutient cette politique de l'Occident parce que l'Occident est resté silencieux face à la cruauté de ce régime qui tue et exécute le peuple iranien et même des ressortissants étrangers, et cette politique a été un refuge politique pour le régime iranien.

Le silence face à la répression interne et à la politique belliqueuse dans la région a fait du régime une menace sérieuse pour la région et l'Europe.

N'est-il pas temps, comme le dit le secrétaire général de l'OTAN, d'arrêter de placer le libre-échange au-dessus de la liberté et de soutenir l'opposition démocratique iranienne, le Conseil national de la résistance, qui appelle à la séparation de la religion et de l'État et à l'égalité des sexes ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze