h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 août 2015

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Pour qui les cloches sonnent

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les cloches ont sonné et plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont recueillies, jeudi 6 août à 8 h 15, à Hiroshima.

Soixante-dix ans plus tôt, le 6 août 1945, un B-29, volant à haute altitude au-dessus de la ville, largua une bombe à uranium dotée d’une force destructrice équivalente à 16 kilotonnes de TNT, portant la température à 4 000°C au sol.

On estime à 140 000 le nombre de morts, au moment de l’impact puis ultérieurement, sous l’effet de l’irradiation. Trois jours plus tard, celle larguée à Nagasaki, le 9 août 1945, a tué quelque 74 000 personnes.

Il semble que nous sommes en train d’éprouver le même désastre. Pour la simple raison que l’accord nucléaire signé entre P+1 avec l’Iran ne vise pas du tout le démantèlement complet du programme nucléaire iranien. Le régime en place en Iran est toujours en train d’effectuer des falsifications visant l'AIEA et les P5+1. C’est pour cette raison que l’opinion publique n’a jamais eu confiance en ce régime qui, à mon avis, saisira encore toute occasion pour fabriquer la bombe atomique.

Lors d'une réunion privée, Abbas Araqchi, ministre adjoint des Affaires étrangères du régime iranien et le principal négociateur dans les pourparlers nucléaires avec P5+1, dans un briefing privé avec des directeurs et rédacteurs de la radio et de la télévision publique daté le 1er Août, reconnaît, certaines grandes falsifications adressées à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Il a déclaré que l'accord de Vienne était différent de la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies et que le régime iranien n'avait pas l'intention de mettre en œuvre tous les articles de la résolution 2231. Il semble que certaines déclarations publiées à cause de l’imprudence d’Araqchi sur le site web de la télévision et la radio d'Etat, aient été censurées immédiatement sous l’ordre du Conseil suprême de la Sécurité du régime. Certaines déclarations d’Araqchi étaient comme suit:
« l'Occident a détourné le fichier technique de programme nucléaire d'Iran en un fichier politique en raison de la PMD (NDLR : possible dimension militaire) et a constamment travaillé avec l'AIEA en lui fournissant des informations, ce qui n’a fait qu’empirer les choses. Il s’avère que EBW (explosion des détonateurs) ont été révélés. Demandez aux proches relations du Ministère de la Défense : ils sont dans une grande détresse à cause de la fuite d'informations qui ne fait qu’aggraver la situation ».

Ceci en dépit du fait que le régime iranien à maintes reprises a tenté de présenter les détonateurs explosifs comme étant de nature non-militaire et anti-nucléaire et affirmé que ces détonateurs étaient en réalité utilisés à des fins d’exploration de pétrole et de gaz.

Sur un autre sujet, Araqchi a admis que le régime n’avait déjà aucune intention de révéler Fordow et rapporté ce site à l'AIEA seulement quand le site a été divulgué. Il a déclaré notamment:
« Quand nous avons appris que Fordow avait été découvert, juste avant l’annonce, nous avons ordonné rapidement M. Soltania, alors représentant du régime auprès l'AIEA, de déclarer le site à l'AIEA et ses propos ont été rapportés dans une lettre adressée à M. Baradei ... Quand il a parlé de donner la lettre, il a été dit que M. Baradei s’était déplacé à l'aéroport pour se rendre à Washington. Toutefois, M. Soltania était allé à l'aéroport et lui a remis la lettre ».

 Araqchi stipule également que le programme nucléaire est une perte économique pour le pays, faisant allusion au fait que l'objectif principal était l'acquisition de la bombe nucléaire. Il a déclaré:

" J’ai dit à plusieurs reprises que si on en juge le programme nucléaire de notre pays uniquement sur ses mérites économiques, il a été une perte énorme. En d'autres termes, si l'on calcule le coût de production, nous ne pouvons pas même imaginer son coût ".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière