h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2022

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Iran : hausse du prix du pain, un nouveau soulèvement

Les villes iraniennes sont instables. La théocratie iranienne est également dans un état de panique et fait face à une période tendue, avec des coupures ou des ralentissements d’Internet dans certaines provinces.

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Jusqu'à présent, aucun gouvernement au cours de la première année au pouvoir n'a rendu le pain du peuple plus cher avec une pente aussi abrupte », a déclaré le mollah Fazel Meybodi au séminaire de Qom. Ce mode de gouvernance n’est pas durable.

Un membre du Comité de sécurité nationale du régime des mollahs a averti que le seuil de tolérance populaire avait atteint le niveau le plus bas possible. « Nous ne devons pas tester la patience des gens », a-t-il averti.

Cependant, les nouvelles et les vidéos qui ont atteint les médias sociaux malgré la censure indiquent un conflit généralisé. Les jeunes attaquent les forces répressives avec des pierres. Des jeunes des villes d'Izeh, Masjed Soleyman, Susangard, etc. scandent « A bas Khamenei ! », « A bas Raissi (le président actuel) ».

D'autre part, les avertissements au sein du régime lui-même de cette situation explosive se multiplient de jour en jour. Habibi, directeur de la radio culturelle du régime, affirme que « la situation du régime est complètement instable » et met en garde les dirigeants de ce média : « La situation actuelle ne doit pas provoquer de protestations. La moindre erreur est impardonnable. La première erreur est la dernière ».

« Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des hausses de prix temporaires », écrivait le journal Arman le 9 mai. Mais la réponse de Khamenei à ces avertissements est d'envoyer des forces répressives dans les villes volcaniques. Lorsque les villes de la province du Khuzestan sont devenues instables, il a envoyé une armée de gardes spéciaux contre Ispahan, Izeh, Susangard, Ahvaz et Masjed Soleyman. La coupure d'Internet est en soi un signe d'approbation des soulèvements, des conflits et des conditions de soulèvement.

Mais la question est : Khamenei peut-il arrêter les soulèvements et les révoltes avec des mesures telles que la coupure d'Internet, la censure et la répression ?

Si cela lui avait été possible, il n'aurait pas laissé les mêmes étincelles se reproduire. Car il sait très bien qu'une étincelle peut provoquer un soulèvement dans une société explosive. Pour cette raison, parallèlement à la terrible augmentation du prix du pain et d'autres produits de base, Khamenei a préparé ses forces répressives et déployé ses agents en uniformes militaires et civils sur les places et les rues sensibles. Malgré tout cela, un soulèvement a finalement eu lieu et maintenant des slogans niant tout le régime retentissent ici et là.

L'augmentation du prix du pain est plus importante que le prix de l'essence, la crise de l'eau et de l'environnement. La vie des gens en dépend, et la question est désormais d'être ou de ne pas être, et les gens n'ont plus rien à perdre. Le mollah Meybodi a déclaré : « Monsieur le Président, si l'économie du pays est désorganisée et que l'inflation n'est pas contenue, il n'y aura pas de révolution, nous devons attendre la grève de la faim, car le soulèvement est plus dangereux que la révolution ».

En revanche, les contestations se sont sensiblement intensifiées, comme les manifestations d'enseignants, depuis le début de l'année iranienne (21 mars 2022) jusqu'à aujourd'hui, ainsi que l'ampleur des unités de résistance, comme la France à l'époque de Vichy , et leurs opérations, comme l'incendie de la statue de Qassem Soleimani, icône de la politique iranienne hostile, et l'infiltration des serveurs de la télévision iranienne qui est un levier de la répression de Khamenei à travers le pays sont les signe d'un soulèvement. La société est sur un baril de poudre, et à tout moment elle risque d’exploser.

Le journal officiel Arman du 9 mai prévient que le danger est grand et qu'il faut faire quelque chose, car « nous sommes tous dans le même bateau, et s'il est crevé, aucun de nous ne survivra ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André