h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2022

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Transfert de diplomate terroriste iranien vers l'Iran

Le parlement belge a finalement ratifié un traité controversé. Les députés belges ont ratifié mercredi soir un traité belgo-iranien sur le transfert des condamnés, vivement critiqué par les opposants iraniens en exil en Europe, qui y voient la porte ouverte à la remise à Téhéran d'un Iranien condamné pour terrorisme en Belgique.

h.enayat
militant des droits humains et militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Résistance iranienne condamne fermement l'adoption de l'accord honteux

Avec le régime clérical en Iran et considère que c'est la plus grande incitation pour le fascisme religieux à intensifier le terrorisme et à utiliser autant que possible la prise d'otages pour la libération de ses terroristes et agents arrêtés. De nombreux juristes éminents ont déclaré qu'il s'agissait d'une violation manifeste de la résolution 1373 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le traité a été adopté malgré l'opposition généralisée et unifiée des réfugiés iraniens, des partis d'opposition belges, des avocats et associations de défense des droits humains, mais aussi de certains partis et parlementaires de la coalition gouvernementale, qui ont tenté de le retirer de l'ordre du jour du parlement, le qualifiant de signe distinctif qui inciterait le régime clérical à commettre de nouveaux actes terroristes en Belgique et en Europe.

Dès le départ, ce traité a été signé en secret et soumis au Parlement dans les dernières semaines de ses travaux, dans l'urgence. Il a été pris en sandwich entre plusieurs autres traités, mettant même les opposants de la coalition au pouvoir devant le fait accompli et les incitant à le voter en invoquant le levier bien connu des impératifs de "sécurité nationale".

La campagne mondiale

La campagne mondiale de la Résistance iranienne, aidée et soutenue par des juristes internationaux, des partis d'opposition et des députés belges, des personnalités politiques et des parlementaires en Europe et aux Etats-Unis, se poursuivra en examinant toutes les voies et options politiques et juridiques pour empêcher la libération et le rapatriement en Iran d'Assadollah Assadi, le diplomate terroriste du régime, et de ses complices.

Tout transfert de criminels responsables de terrorisme et de violations des droits humains, sans qu'ils purgent la peine prévue par la loi, revient à encourager et à offrir une rançon au terrorisme et aux violations des droits humains. Cela constitue une violation des lois internationales et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Prise de position de Maryam Rajavi

Maryam Radjavi, la dirigeante de la Résistance iranienne (CNRI), a rappelé, en s’appuyant sur des documents figurant au dossier, que ce diplomate terroriste avait menacé la Belgique d’actes terroristes en mars 2020 par le biais de groupe armés en Iran, en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen.

Dans un message adressé aux Iraniens épris de liberté qui manifestaient devant le parlement belge le 14 juillet contre ce traité honteux, Mme Radjavi a déclaré : La substance et le nom même du traité reviennent à accorder l'impunité au terrorisme du "fascisme religieux" et aux mollahs, qui prévoyaient une tuerie de masse près de Paris, constituant le plus grand attentat terroriste en Europe. Cependant, grâce à vos efforts constants, vous, et d'autres personnes de conscience, avez dénoncé cette conspiration scandaleuse à l'échelle internationale en un court laps de temps.

Elle a souligné : Les adeptes de la complaisance et des accords secrets cherchent à transformer la prise d'otages de citoyens belges en Iran en une tactique contre les victimes du terrorisme et cherchent à satisfaire le bourreau avec le sang des victimes. Se contenter de la libération d'un otage belge en Iran, c'est faire un pas en avant et 100 pas en arrière car, à l'avenir, personne ne sera plus en sécurité. Chaque citoyen européen et américain en Iran sera désormais un otage potentiel.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada