Maryam Rajavi: les agents du régime iranien au sein du pouvoir en Irak sont responsables de l'attaque contre Liberty

Plus de 20 personnes ont été tuées hier soir dans l'attaque la plus meurtrière à ce jour sur le camp Liberty près de l'aéroport de Bagdad où quelques 2400 réfugiés iraniens sans défense ont été gardés dans des conditions dangereuses et inhumaines par le Gouvernement iraquien au cours des dernières années. L'attaque a été menée avec quelque 80 missiles de différents types, dont certains ont été faites par le régime iranien.

Le Comité parlementaire pour un Iran démocratique condamne avec force cette attaque. Il rappelle que le gouvernement irakien ainsi que l’ONU ont d'un point de vue effectif et juridique une part de responsabilité importante dans les conséquences de cette attaque, étant donné qu'ils ont créé en 2011 ce site comme un Lieu temporaire de transit (TTL).

L’intergroupe des Amis d'un Iran Libre au Parlement européen s’indigne de l'attaque meurtrière contre le camp Liberty : « L’intergroupe des Amis d'un Iran Libre condamne l'attaque de missiles contre les réfugiés iraniens dans le camp Liberty. Le jeudi 29 octobre 2015, le camp Liberty, où résident plus de 2000 réfugiés iraniens près de Bagdad, a été visé par une violente attaque de missiles ».

Selon l'agence onusienne, le camp Liberty situé près de l'aéroport de Bagdad abrite environ 2.200 réfugiés. "C'est un acte déplorable, et je suis très préoccupé par le préjudice infligé à ceux qui vivaient dans le camp Liberty", a déclaré le Haut-commissaire pour les réfugiés Antonio Guterres.  "Tous les efforts doivent continuer à être faits pour (soigner) les blessés et identifier (...) les responsables", a-t-il ajouté.

Résidents du camp Liberty qui sont membres de la principale opposition iranienne mouvement de l'OMPI, ont tous été reconnu comme demandeurs d'asile par le HCR et sont protégés par le droit international.

Selon l'agence onusienne, le Haut-commissaire pour les réfugiés Antonio Guterres a déclaré "C'est un acte déplorable, et je suis très préoccupé par le préjudice infligé à ceux qui vivaient dans le camp Liberty".  "Tous les efforts doivent continuer à être faits pour (soigner) les blessés et identifier (...) les responsables", a-t-il ajouté.

Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a fermement condamné le violent bombardement à la roquette du camp Liberty en Irak. Elle a déclaré "ce sont les agents du régime iranien au sein du pouvoir en Irak qui se sont chargés de la responsabilité de cette attaque ; les Etats-Unis et l’ONU sont parfaitement au fait de cette réalité ".

Madame Radjavi a ajouté : Récemment 26 membres du Congrès américain et 32 éminentes personnalités politiques et militaires des Etats-Unis, ainsi que 70 parlementaires français ont avisé le gouvernement américain, les
 et l’Union européenne sur leurs responsabilités dans ce domaine

De son côté, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué dans un communiqué que "les Etats-Unis condamnent avec fermeté l'attaque brutale et insensée" du camp.

Le Comité international pour la Justice (CIJ), à son tour, a condamné l'attaque de missile sur le camp Liberty vicieux. Selon ce comité depuis que le gouvernement irakien a montré être absolument incapables de protéger ces réfugiés iraniens, il est temps aux États-Unis à la hauteur de ses engagements écrits de prendrait des mesures immédiates pour empêcher de nouvelles attaques sur le camp Liberty.

De son côté, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué dans un communiqué que "les Etats-Unis condamnent avec fermeté l'attaque brutale et insensée" du camp. M. Kerry a précisé que Washington avait été en contact avec de hauts responsables irakiens pour s'assurer que les autorités fournissent "toute l'assistance médicale urgente" nécessaire et que des mesures de sécurité supplémentaires seront mises en place après cette "attaque non provoquée".

Les Etats-Unis ont affirmé leur détermination à assister le Haut-commissariat pour transférer les habitants du camp "vers un endroit permanent et sûr en dehors de l'Irak", et invité davantage de pays à "répondre à cette urgente situation humanitaire".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.