Pourquoi je suis candidat «France Insoumise» sur la 5ème circonscription à Marseille?

Sur la 5ème circonscription des Bouches du Rhône à Marseille, Jean Luc Mélenchon est arrivé largement en tête avec 25.07% des voix. Avec Anne Mandine ma suppléante, nous sommes donc les mieux placés pour battre la droite et gagner l’élection législative. J’explique les raisons de ma candidature.

Marseille Insoumise contre Macron et son monde

En étant opposé à Marine Le Pen au second tour des présidentielles, Emmanuel Macron a été largement élu. Mais une majorité de Français ne soutient pas le projet qu’il porte. Au premier tour, seulement 50% de ses électeurs ont voté pour son projet soit 11.5% des votants et moins de 10% des inscrits ! L’approfondissement des réformes libérales qu’il souhaite mettre en œuvre vise à casser le Code du travail et la sécurité sociale, mais aussi les services publics comme l’hôpital et l’école. La nomination de Nicolas Hulot est là pour faire oublier que son programme est aussi profondément anti écologique. Mais le choix du bras droit de Juppé comme Premier ministre indique très clairement que Macron compte mener une politique économique et sociale très à droite.

Ces politiques dites de l’offre visent à augmenter la « compétitivité » de l’économie française. Elles ont déjà inspiré les mandats de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Menées au Royaume-Uni, en Grèce, en Italie et en Allemagne, elles sont responsables d’une explosion de la grande pauvreté et des inégalités. En France, seuls les plus riches en profitent : les dix plus grandes fortunes françaises ont engrangé une augmentation de 42 milliards de leur patrimoine en 2016, soit l’équivalent de 40% du budget de l’état !

Le nouveau président sait qu’il est minoritaire, c’est pourquoi il a unifié son camp, celui du libéralisme économique en détruisant les anciens partis d’abord le PS et maintenant il essaie de faire éclater « Les Républicains ». C’est aussi la raison pour laquelle, il compte réformer le Code du travail par ordonnance le plus vite possible durant l’été !

Si nous laissons les pleins pouvoirs à Macron, les crises sociales, écologiques et politiques vont s’accentuer. Avant de lutter dans la rue contre ces régressions, nous pouvons enrayer la machine Macron dès les législatives. Avec la division à droite et au PS et la confusion généralisée qui règne, il n’est pas sûr d’avoir une majorité.

À Marseille, nous pouvons être au second tour dans un grand nombre de circonscriptions et gagner dans au moins quatre d’entre elles (3,4,5 et 7), si les citoyens qui ont voté Jean Luc Mélenchon choisissent le bulletin La France Insoumise.

Pourquoi La France Insoumise ?

Voter La France Insoumise est le moyen le plus sûr pour résister à la politique de Macron et pour continuer le développement d’une grande force qui défend la justice sociale, la planification écologique, la VIème République et la paix. Le PS et ses alliés (EELV, PRG) ont mené une politique de droite anti écologique et d’austérité qui a échoué. Le passage en force de la loi travail et la proposition de déchéance de nationalité ont été les mesures les plus honteuses d’un quinquennat, dont toute la politique économique a été pensée par Macron. Nous ne pouvons pas reconstruire avec la direction du PS. Le mot de « gauche » a été sali pour longtemps. Les citoyens ne s’y sont pas trompés et ont massivement choisi le bulletin Jean Luc Mélenchon, car il s’est opposé sans faillir à cette politique durant 5 ans. Notre programme « l’avenir en commun » présente un projet de société réaliste et radicalement différent :

 Nos solutions à la crise sociale : sécurité sociale intégrale, retraite à 60 ans, hausse généralisée des salaires et du minimum retraite, 6ème semaine de congés payés, réduction du temps de travail, relance de l’activité industrielle, protectionnisme solidaire, Etat employeur en dernier recours, plan ambitieux de construction de logement.

Nos solutions à la crise écologique : une relance écologiquement responsable de l’activité, sortie du nucléaire, sobriété énergétique et 100% d’énergie renouvelable, une planification écologique pour respecter la règle verte, une agriculture paysanne et urbaine respectueuse de l’environnement et de la santé des travailleurs, plus de transports en commun accessibles à toutes et tous.

Nos solutions à la crise démocratique : une assemblée constituante, dans laquelle nous y défendrons la proportionnelle, le droit de révoquer les élus, le non cumul des mandats, de nouveaux droits pour les habitants dans leurs quartiers et pour les salariés dans les entreprises.

 La situation politique est par ailleurs très confuse. Dans notre circonscription où la députée sortante Marie Arlette Carlotti a renoncé in extremis à se présenter, quatre candidats se réclament de Macron. Il y a pire,  Avi Assouly, l’actuel député suppléant de Marie-Arlette Carlotti est dans le comité de soutien de Moraine le candidat des « Républicains »[1] ! Dans la 4ème circonscription où se présente Jean Luc Mélenchon, Saïd Ousmane Diallo, le suppléant de Corinne Versini, candidate en Marche soutenait Hamon auparavant[2], alors que Hamon apporte lui son soutien à des candidats PCF ailleurs en France.

Dans cette situation confuse, la ligne défendue par La France Insoumise est claire : renouveler la politique en impliquant largement les citoyens pour fédérer le peuple autour d’un projet social, écologiste et démocratique. Nous présentons des candidats dans 567 circonscriptions et pouvons être au second tour dans 400 d’entre elles si nos électeurs se mobilisent comme au premier tour de la présidentielle. La France Insoumise et les députés qui seront élus seront au cœur de la recomposition à venir.

Le Front de Gauche a échoué à construire une maison commune à tous ceux qui luttent contre le libéralisme économique et le saccage de notre planète. Le PCF porte une lourde responsabilité dans cet échec collectif, car il a préféré des alliances à géométrie variable, par exemple avec le PS aux municipales à Paris ou Grenoble et a toujours refusé l’adhésion directe au Front de Gauche.  Au lendemain des législatives, la France Insoumise tendra la main à tous les militants de l’émancipation pour permettre la réussite de notre projet de société

 Généalogie d’une candidature

Ma suppléante, Anne Mandine, et moi même avons été désignés au consensus pour être candidats aux législatives de la France Insoumise, lors d’une assemblée de circonscription réunissant tous les insoumis des différents groupes d’appui. Au départ du processus il y avait des dizaines de candidats. Contrairement à « En Marche », les candidats n’ont pas été départagés par un entretien d’embauche téléphonique réalisé par un comité national, mais ont été choisis par les militants locaux.

J’ai proposé ma candidature, car je pense pouvoir être utile au sein de l’Assemblée Nationale. Docteur en écologie et titulaire d’un master en philosophie des sciences, à 39 ans, je suis chargé de recherche à l’Institut National de Recherche Agronomique. Depuis 2005, j’étudie l’effet du changement climatique sur la santé de nos forêts. En tant que scientifique, je ne peux que constater les dégâts du capitalisme sur nos écosystèmes. Comme responsable syndical (CGT), je suis aussi consterné par la souffrance au travail que génère la précarité. Je suis un militant actif depuis 1995. Au sein du mouvement altermondialiste (notamment ATTAC), j'ai participé aux mobilisations contre les guerres d’Afghanistan et d'Irak, aux mobilisations contre le G8 à Gênes et Evian, ainsi qu'aux Forums Sociaux Européens de Londres, Paris et Athènes. Militant politique depuis 2002, acteur de la bataille contre le Traité Constitutionnel et membre du Front De Gauche depuis 2011, je participe depuis longtemps à la reconstruction d'une gauche de gauche.

J’ai été en charge de la rédaction du programme de la France Insoumise sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Si je suis élu député, je m’engage à traiter des dossiers environnementaux, de la recherche et de l’innovation. Mais je porterais aussi à l’Assemblée National la voix des Marseillais concernant leurs conditions de travail et de vie. Marseille est un condensé de toutes les contradictions de la société Française : 18.5% de chômeurs, 25% de pauvres, une économie au ralenti, un air et une eau pollués, des transports en communs insuffisants, un clientélisme qui gangrène tout. Marseille plus que tout autre ville a besoin d’un nouvel avenir en commun et de députés qui défendent une démocratie solidaire et écologiste en combattant de façon intransigeante la politique de régression sociale de Macron.

 Par ailleurs, comme le prévoit la charte que tous les candidats de la France Insoumise ont signée, je m’engage notamment à :

  • n’accepter au cours de mon  mandat aucun don, cadeau ou prêt, de nature à les influencer pour favoriser les intérêts d’une personne privée ou d’une personne morale et dénoncer publiquement toute tentative de corruption avérée ;
  • lutter contre toutes les dépenses somptuaires et contre tout ce qui serait un privilège en inadéquation avec la stricte fonction représentative de l’élu ;
  • respecter les procédures de transparence proposées par la France insoumise, notamment concernant la réserve parlementaire si celle-ci n’est pas supprimée ;
  • déposer et défendre une proposition de loi afin de réintégrer le régime de retraite des députés au sein du régime national de la sécurité sociale ;
  • poursuivre tout au long du mandat le travail d’échanges avec les associations, syndicats, réseaux ou collectifs rencontrés au cours de la campagne
  • publier un compte rendu de mandat régulier

Pour toutes ces raisons, je vous invite à manifester avec les syndicats « pour en finir avec les politiques au service de la finance »  le 8 juin[3] et à voter et à faire voter pour la France Insoumise les 11 et 18 juin aux élections législatives !


[1] http://www.go-met.com/legislatives-lancement-du-comite-soutien-yves-moraine/

[2] http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/4463199/versini-rem-atterrit-doucement-dans-la-4e.html

[3] http://cgt13.reference-syndicale.fr/2017/05/8-juin-2017-action/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.