La lettre ouverte à Monsieur Khamenei : L’extase a disparue de votre tête!

Si je vous écris, ce n’est pas parce que vous avez des oreilles pour entendre, ni parce que je reconnais le tueur de milliers et de milliers de personnes, j'écris au nom de l'histoire. L'histoire ne considère personne d'autre que vous comme responsable de ce qui, à cause de votre négligence, de votre narcissisme et de votre haine, n'est plus appelé la mort pour cause de maladie, mais le crime !

Monsieur Khamenei, vous détenez le titre de chef politique et religieux de l'Iran. Vous êtes la première personne du système et vous êtes le commandant en chef des forces armées iraniennes.

Montrez-nous les forces iraniennes, existent-elles que dans les cris venant des rangs de vos partisans ? Ou en envoyant les forces du pays sous prétexte de soutenir la sécurité nationale en dehors des frontières de l'Iran ? Ou mettre en quarantaine et couper Internet sur la population du pays et tuer les manifestants et emprisonner les manifestants ?

Alors, quand cette sécurité, dont vous vous vantez constamment, va-t-elle inclure le peuple iranien ? Ou peut-être êtes-vous vous-même la "sécurité nationale" et quiconque vous nomme, osant la moindre critique, est emmené quelque part dans les cellules des services de sécurité !

Tout tournant autour de l’axe de votre existence et de votre autorité, vous êtes donc « la sécurité nationale » !

Dans ces jours tellement embrouillés qui se passent en Iran et dans le monde, nous avons bien observé comment vous étiez assis à côté et tout en ayant ciblé les critiques du gouvernement d’Hassan Rohani. Un gouvernement dysfonctionnel et paralysé, un enfant sans bras, ni jambes. Celui-ci est un corps, avec une tête n’ayant qu'une bouche, une bouche pour remplir l'abdomen qui ne se remplit pas. Cela ne se remplit jamais, avale tout et gonfle et grossit constamment.

Vous savez ce que je veux dire, votre propre sécurité s'applique à tout le monde et partout ! C'est-à-dire, maintenir et nourrir les troupes que vous soutenez. Livrer toutes les zones économiques importantes au CGRI (Corps des Gardiens de la révolution islamique) en échange de la légitimité dont vous avez toujours manqué. Parce qu'en tant que leader qui porte le titre de leader révolutionnaire et religieux, vous n’avez ni   joué un rôle important dans la révolution iranienne de l'année 1978, ni les références religieuses nécessaires pour le clergé chiite ou, pour les gens. En échange de cette légitimité, vous devez toujours faire du commerce avec vos soutiens. Cela définit toutes les équations du pays.

hassan-firuzabadi-khamenei-mohammad-ali-jafari

 

En Iran, le nom des tous les politiciens incompétents sert de mot de code pour votre nome. C'est le nom qui vous a masqué. Tous les noms autorisés à maudits sans crainte des conséquences et de l'emprisonnement sont votre nom ! Chaque malédiction a caché votre nom dans son voisinage, tous les noms maudits et maudits par le peuple iranien sont votre nom !

Ne pensez pas que vous vous cachez derrière ces noms, sachez bien que vous avez été dupliqué dans tous ces noms sales.  Même, les blasphèmes contre les autres sur les lèvres de vos marionnettes sont votre nom, votre nom secret !

Le grand guide suprême de la Nation chiite ! L’extase a disparue de votre tête! Vous savez que ceux qui aujourd'hui vous amèneront sur le trône demain vous mettront au défi. C'est la simple coutume des humains ... même si vous vous cachez derrière des milliers de noms, le jour de votre dévoilement viendra !

Vous, qui donnez des instructions pour les moindres choses de la vie privée des gens, avez gardé le silence sur cette tempête de mort.  C'est comme raconter une histoire aux enfants.  Vous conseillez aux gens de prier, vous parlez de bioterrorisme et vous vomissez cette «maladie mentale» sur les gens. Et vous avez rampé dans vos couloirs. Vous avez oublié l'histoire de l'homme baathiste, comment il a été sorti du couloir qui était sa tombe ...

Les gens n'oublieront jamais comment vous avez vomi le contenu de votre esprit sur eux pendant toutes ces années. Peut-être qu'aujourd'hui, ils fuient eux-mêmes de cette odeur de crasse et de saleté, avec un comportement autodestructeur sur les routes, au lieu de rester en quarantaine, mais le jour où leurs échappatoires seront fermées, ils se tourneront vers eux et vers vous et ce jour sera votre fin !

Ces jours-ci, le monde entier sera de terrible humeur, et nous observons l'incompétence et le fascisme comme une chose universelle. Nous observons la non-reconnaissance de "l'humain" comme "humain". Nous le vivons tous ensemble cette expérience si difficile et observons bien les réactions des Seigneurs du pouvoir mondial.

M. Khamenei! Ce qui vous distingue, c'est que vous avez versé tellement de sang que l'homme n'est même plus une unité de comptage pour vous ! Vous ne pourriez même pas prétendre être désolé !  Bien que vous ne l'ayez jamais regretté!

Aujourd'hui encore, et dans ces conditions infernales, le peuple iranien doit encore payer le prix de vos gangs, de vos cris et de votre haine contre le monde. La République islamique a tellement menti au peuple que la plupart des gens ne font pas confiance aux bilans des personnes infectées et décédés par le coronavirus (48% des personnes selon les bilans gouvernementales). Aux yeux du public, de nombreux du personnel médical meurt en raison d'un manque d'équipement médical, tout comme un grand nombre de patients. Les sanctions américaines ne vous blesseront pas, mais elles ont paralysé la santé et la vie des peuples et dans cette crise, vous refusez l'aide internationale juste pour prouver que vous êtes quelqu'un !

Mais vous n’êtes personne!

La gauche à travers le monde doit savoir que vous n'êtes pas anti-impérialiste, vous êtes juste une personne qui, afin de maintenir le cercle de vos partisans et de légitimer le titre qui vous a été donné, le guide suprême de la révolution islamique de l’Iran ayant eu lieu il y a quarante ans et vous n'y avez joué aucun rôle, n'avez rien à craindre de sacrifier le peuple iranien et d'autres pays.

Si je vous écris, ce n’est pas parce que vous avez des oreilles pour entendre, ni parce que je reconnais le tueur de milliers et de milliers de personnes, j'écris au nom de l'histoire. L'histoire ne considère personne d'autre que vous comme responsable de ce qui, à cause de votre négligence, de votre narcissisme et de votre haine, n'est plus appelé la mort pour cause de maladie, mais le crime !

La lettre a également été écrite en français parce que vous ne faites attention qu'à ce qui se passe dans d'autres pays, pas en Iran.

    - Hengameh Hoveyda

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.