Hengameh Hoveyda
Écrivaine, journaliste et militante politique iranienne
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2020

Ce n'est que le début ; nouvelle vague d'exécutions en Iran à l'ombre de la Covid-19

La République islamique d'Iran profite de l'atmosphère créée pendant la période du couronnement pour réprimer les manifestations et lancer une nouvelle vague d'exécution de dissidents.

Hengameh Hoveyda
Écrivaine, journaliste et militante politique iranienne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La République islamique d'Iran profite de l'atmosphère créée pendant la période du couronnement pour réprimer les manifestations et lancer une nouvelle vague d'exécution de dissidents. En attendant, certaines personnes anonymes meurent, et certaines, comme Navid Afkari et Ruhollah Zam, peuvent devenir plus dignes d'intérêt, motivant peut-être le soutien des organisations internationales de défense des droits humains et une intervention mondiale pour faire face à cette situation.

Keyhan, un journal extrémiste pro-régime affilié aux forces de sécurité de la République islamique d'Iran, déclare par écrit quelques jours après l'exécution de Zam que l'exécution montre qu'« une nouvelle période de combats contre les traîtres avait commencé ». (dans la littérature du système islamique iranien, presque tous les opposants et critiques du régime sont considérés comme des traîtres et sont jugés pour avoir

agi contre la sécurité nationale)

Ameneh Sadat Zabihpour, l'une des présentateurs de la télévision d'État du régime iranien, qui a participé à certains "aveux télévisés forcés" de prisonniers politiques et connue comme un élément du système de sécurité et l'une des interrogateurs-journalistes du régime, a également écrit sur son compte Twitter après l’exécution de Zam que « ce n'est que le début ».


De toutes les réactions des journalistes affiliés au système de sécurité du régime, on peut déduire que le régime essaie d'intimider sesopposants en dehors de l'Iran sans aucune dissimulation. Ce qui est intéressant, c'est que cela résulte du fait que la République islamique apparaît désormais hors de ses frontières, et dans les pays européens, non seulement capable de menacer, mais facilement et sans problème sérieux, capable d'anéantir ses opposants.
Cependant, de telles remarques ne semblent pas seulement alarmantes, il y a une autre raison pour laquelle la République islamique d'Iran tente de réengager certains pays européens dans ses activités criminelles, à savoir que la République islamique comme dans les premières années de la révolution de 79 se voit en danger et considère les fondements de son gouvernement comme faibles.


Il est clair que l'actuel leader iranien, l'ayatollah Seyyed Mohammad Khamenehie, ne vivra pas longtemps, et pour transférer le pouvoir à son successeur, il est nécessaire après sa mort que la République islamique élimine autant que possible les dangers possibles et prépare le terrain pour le trône du prochain leader.
Bien que les spéculations sur l'identité du prochain dirigeant iranien soient vaines, aucun leader aujourd'hui, quatre décennies après la

révolution, n'aura plus la légitimité des anciens leaders aux yeux des masses croyantes du régime, même s'il a un titre religieux plus légitime aux yeux des clergés chiites.

     -- Hengameh Hoveyda

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement