henri pierre jeudy
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2022

henri pierre jeudy
Abonné·e de Mediapart

La chasse aux incivilités

Derrière les caméras de surveillance installées à l’entrée des villages, l’appel à la « vigilance citoyenne » est-elle une invitation à la délation ? La surveillance quand elle devient trop ostentatoire engendre un état de morbidité sociale et sur un territoire qui ne cesse de se dépeupler, l’atmosphère de la vie communautaire peut alors sombrer dans un désarroi implicite.

henri pierre jeudy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La ville du futur n’est-elle pas préfigurée par la campagne d’aujourd’hui ? Il n’est pas inconvenant d’imaginer que le principe du confinement soit devenu la source d’un modèle de vie. Telle une utopie de l’autarcie en trompe l’œil puisque celle-ci n’est définie que par le système économique qui en distribue les règles. Ne plus sortir de chez soi pour aller acheter des provisions ou pour se préparer à manger s’est imposé comme le signe dominant du bonheur de vivre. Dans la ville du futur, c’est le frigidaire lui-même qui est d’ailleurs programmé pour établir les menus quotidiens et assurer l’ordre des approvisionnements. Mieux, les potagers au sommet des immeubles offrent les éléments vitaux pour une bio-éco-existence et limitent les effets de la pollution dans l’air. C’est donc à partir de chez soi que le nouveau monde peut être construit et que la planète sera sauvée des risques de son déclin.

Ce repli sur le territoire privé, sur « notre chez soi », toujours connecté, change les représentations, si elles existent encore, de la vie publique, en imposant une immatérialité des échanges, lesquels ne sont plus que des « effets de commutation ». A de telles fins, il faut apprendre à s’enfermer tout en préservant des lieux de convivialité où les échanges de type « corporels » pourront s’accomplir. La communication par les réseaux sociaux n’empêche pas de « se retrouver ensemble » grâce, essentiellement, à des événements culturels. L’apologie du « vivre ensemble » implique l’obligation de la fête comme point de mire du collectif. Ainsi l’espace public perd-il son aspect « universel » pour devenir une portion spatiale déterminée par sa fonction.

L’œil de Big Brother est une métaphore de l’omni-surveillance… La propagation du contrôle, à la campagne, s’accomplit inéluctablement, sans doute confortée par la pandémie. Le port du masque, aussi légitime soit-il pour assurer la protection sanitaire des uns et des autres, a créé des mécanismes gestuels de méfiance qui amplifient les représentations quotidiennes de l’insécurité. Comment la spontanéité naturelle de la confiance retrouvera-t-elle sa place dans les relations humaines ? Cette légitimation de la surveillance, offerte par la peur de la circulation d’un virus, banalise l’appel à la vigilance civique avec son œil presque terrifiant qui orne l’entrée des villages pour dissuader les « étrangers » de commettre des actes d’incivilité. Depuis longtemps, au dépôt des poubelles de mon village, il est écrit sur un panneau : « Réserver aux gens du village, sous peine de poursuite, caméra de surveillance ». Même si elle n’existe pas, cette caméra est devenue l’arme habituelle de dissuasion. Rien que la désignation de sa présence doit « faire peur »…

Maintenant, des caméras de surveillance ont été placées aux entrées du village, elles balaient un champ de vision qu’il semble difficile à définir. Mais elles sont bien là et captent toute intrusion possible. Les engins agricoles, les véhicules, les motocyclettes… continuent d’aller et venir comme si rien n’avait changé ni ne pouvait changer. La surveillance quand elle devient trop ostentatoire engendre un état de morbidité sociale et sur un territoire qui ne cesse de se dépeupler, l’atmosphère de la vie communautaire peut alors sombrer dans un désarroi implicite. L’hospitalité suppose au contraire une certaine élégance du comportement humain au lieu de vouloir conjurer la peur que provoque l’insécurité par une méfiance ostensible. Au nom de la protection, ce qui hante la société contemporaine, c’est un désir sournois de délation qui risque de mettre en péril la puissance fondatrice des rapports humains.

Dans l’enceinte même d’un village, la présence d’un étranger n’est-elle pas prise par avance comme un signe d’intrusion ? L’hospitalité demeure le souvenir d’une autre époque ! Aujourd’hui les habitants d’une bourgade, entraînés à se surveiller eux-mêmes, n’hésitent plus à avoir recours à la délation, en gardant l’œil toujours ouvert sur tout ce qui se passe, surtout quand il ne se passe rien.

Comme les valeurs qui régissent la société s’avèrent de plus en plus moribondes, comme l’espoir partagé d’un changement structurel de la société n’est pas pour demain, il est difficile de ne pas s’en remettre à la surveillance accrue. Les cancans, ces bavardages médisants, ont toujours été de mise dans un village, ils étaient même à l’origine de certaines rumeurs, aujourd’hui le commérage, animé par la « vigilance civique » redevient-il, comme à l’époque de l’occupation allemande, une invitation à la délation ? Pour faire croire en la qualité des rapports humains, chacun serait destiné à « être un vigile ». Et pour rendre honorable une telle pratique, on lui donne le nom de « vigilance citoyenne ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que les macronistes ont besoin de la gauche pour faire passer leur texte sur le développement de l’éolien et du solaire, Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir, de part et d’autre, les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : non, les élus mis en cause ne sont pas « comme les autres »
La majorité a octroyé la présidence du groupe d’amitié France-Liban à l’ancien ministre Damien Abad car il serait « un député comme les autres ». Comme pour le député LFI Adrien Quatennens, les partis politiques ne sont pas à la hauteur de #MeToo.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André