Henri Sterdyniak
Economiste citoyen
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2019

De la naïveté des inspirateurs

Dans Le Monde daté du 11 décembre, Philippe Aghion, Antoine Bozio, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry viennent au secours de la grande réforme structurelle des retraites, en prétendant que son refus par le corps social ne proviendrait que de la maladresse du gouvernement.

Henri Sterdyniak
Economiste citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans Le Monde daté du 11 décembre, Philippe Aghion, Antoine Bozio, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry viennent au secours de la grande réforme structurelle des retraites, en prétendant que son refus par le corps social ne proviendrait que de la maladresse du gouvernement. Le Monde nous précise que ces éminents économistes ont inspiré la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, comme si, derrière eux, ce n’était pas la technocratie financière et le patronat qui tiraient les ficelles.

Les quatre inspirateurs multiplient les naïvetés. Selon eux, « le principe « à cotisations égales, retraite égale » serait pleinement compatible avec le renforcement de la solidarité du système et la prise en compte de la pénibilité ».  Quels sont les dispositifs dans le système à points contributif préconisé par Jean-Paul Delevoye, qui assurent un taux de remplacement plus élevé pour les bas salaires que pour les salaires plus élevés ou une retraite précoce pour les emplois pénibles ?

Selon les quatre inspirateurs, « des considérations budgétaires détournent de l’essentiel ». Ils n’ont semble-t-il toujours pas compris que le but de la réforme est de réduire la part des retraites dans le PIB et de permettre au gouvernement de contrôler son évolution.

Ils prétendent que « l’allongement des carrières en raison de la démographie est compatible avec le maintien d’un âge d’ouverture des droits à 62 ans et ne nécessite pas l’instauration d’un âge pivot ». C’est pourtant la logique même du système à points que le niveau de la pension dépende fortement de l’âge de départ, comme ils le précisent d’ailleurs plus loin. C’est le cas, par exemple, en Suède.

Les quatre inspirateurs ne voient pas la contradiction entre préconiser de « renoncer aux mesures d’âge » et prétendre « cela n’empêchera pas l’âge effectif de départ à la retraite d’augmenter avec les progrès de l’espérance de vie ». Eussent-ils été honnêtes qu’ils auraient ajouté « grâce à une décote de plus en plus pénalisante ? ».

Ils reconnaissent que « les Français craignent que d’obscures décisions technocratiques permettent de manipuler à l’envi le niveau de leur retraite ». Faut-il préciser que des décisions comme la hausse de la CSG sur les retraites ou la désindexation des retraites ne viennent pas d’obscurs technocrates, mais du candidat qu’ils ont inspiré et qui a porté le projet des technocrates à l'Élysée ?

Ils reconnaissent que « pour recréer la confiance, il faut énoncer des règles d’indexation stables et précises. La loi devra ainsi fixer les principes d’évolution de la valeur du point, du taux de rendement et du supplément de pension par année travaillée supplémentaire ». Ils feignent de ne pas savoir que, comme le proclamait Français Fillon, l’objectif d’un système par points est précisément de pouvoir baisser de façon discrétionnaire la valeur du point.

Selon les quatre inspirateurs, « il est également souhaitable que les partenaires sociaux participent à la gouvernance du système ». Belle découverte ! Ils oublient qu’Emmanuel Macron se donne comme objectif d’étatiser la protection sociale, de priver de tous pouvoirs les partenaires sociaux. Son projet d’un système unique de retraite géré par l’État vient après sa prise de contrôle de l’assurance-chômage.

Enfin, les quatre inspirateurs ont trouvé une solution miracle pour les enseignants et autres fonctionnaires, victimes de la réforme, baisser leur taux de cotisation pour augmenter leur salaire, comme si la logique du système n’était pas le même taux de cotisation pour tous.

Les inspirateurs concluent : « Si la réforme est injuste ou anxiogène, les délais ne résoudront rien. Si, elle est socialement juste et économiquement efficace, pourquoi la retarder ? ». Nous dirons, quant à nous : une réforme qui fragilise le système des retraites se heurte au refus de la masse des actifs, pourquoi l’imposer ? 

Comme on dit en Afrique : « Quand le diable t’invite, il faut y aller avec une très longue cuillère ». Quand un candidat se donne comme objectif de remettre en cause le modèle social français et caler la France sur le modèle libéral anglo-saxon, que ses inspirateurs ne prétendent pas qu’ils ne savaient pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com