Blog suivi par 11 abonnés

Le blog de Henry Moreigne

  • Sarkozy et la machine infernale du Front national

    Par | 3 commentaires | 1 recommandé
    Qui trop embrasse mal étreint. La chasse aux électeurs du front national ouverte par le chef de l’Etat dans des calculs politiques à court terme suscite une trouble légitime y compris au sein de la droite traditionnelle. Nicolas Sarkozy, c’est l’une de ses marques de fabrique, revendique d’être un président sans tabous, mais pas sans trompettes. Celui que Marianne présente comme le caïd de l’Elysée et Mediapart un délinquant constitutionnel préfère à la devise de la république le slogan évocateur d’un équipementier sportif (enfreindre les règles) quitte, à rompre le cordon sanitaire érigé autour du Front National par ses prédécesseurs.
  • Barack Obama, ce président qui fait peur à une partie de l'Amérique

    Par | 1 recommandé
    A trop avoir salué la capacité des Etats-Unis à porter à leur tête un président de couleur, les observateurs extérieurs ont sous-estimé la violence et la détermination d’une partie non négligeable des américains à vouloir mettre au plus vite un terme à la présence d’un noir à la Maison Blanche. Diabolisé pour son interventionnisme, accusé de défendre les pauvres et les gens de couleur, Obama est considéré comme une menace pour le rêve américain.
  • Togo : la politique de l'autruche de la France et de l'UE

    Par | 15 commentaires | 9 recommandés
    Les voies de l'information sont impénétrables. Alors que Kofi Yamgnane avait le 9 août dernier dénoncé dans l'indifférence totale sur France Culture (L'Esprit Public) une situation politique togolaise explosive allant jusqu'à évoquer un risque de génocide, une crise pire qu'en Côte d'Ivoire, pire qu'au Rwanda, c'est finalement par internet et la diffusion d'une simple vidéo où l'on voit un officier supérieur français menacer verbalement et physiquement un journaliste Togolais que les projecteurs de l'actualité se braquent un temps sur ce petit pays d'Afrique de seulement 6 millions d'habitants.
  • Insécurité, Immigration, Inefficacité, les trois "I" de Nicolas Sarkozy

    Par | 2 commentaires
    Il flotte comme un petit parfum oriental au gouvernement. Les grandes gueules de l'UMP en quête de faveurs du chef de l'État ont entamé la danse du ventre de l'insécurité. Paroles et paroles chantait Dalida, l'important n'est pas de réfléchir et d'élaborer des dispositifs efficaces partagés collectivement mais de s'agiter pour ne rien faire. Logique, pourquoi être efficace sur une question qui depuis pratiquement une décennie constitue le fonds de commerce de Nicolas Sarkozy ? Qu'apporte la déchéance de nationalité puisqu'elle ne conditionne pas plus l'éligibilité aux allocations familiales que le maintien sur le territoire national du déchu ? Avec un train d'avance c'est ce que demande déjàle Front National.
  • Bernard Kouchner a-t-il raté sa sortie ?

    Par | 65 commentaires | 9 recommandés
    Dans son édition du 6 août, Le Monde consacrait un article reprenant le fil de l’offensive sécuritaire menée depuis l’Elysée par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant. Le quotidien relève qu’aucun ministre n’a osé faire un clash et reprend les propos anonymes d’une source proche du Président qui considère que Bernard Kouchner “a manqué une occasion en or de claquer la porte“.
  • Sécurité : la bataille de l'opinion est engagée

    Par | 2 recommandés
    SOS Figaro. Voilà un sondage qui tombe bien, servi sur un plateau par un grand quotidien dont la proximité du pouvoir s’affiche de plus en plus ostensiblement. Même si l’analyse du sondage de l’IFOP par Le Figaro est sujette à caution, la gauche aurait tort d’ignorer l’avertissement qu’il contient. Reste toutefois que l’honneur de la politique, c’est parfois aller à l’encontre des idées dominantes pour faire prévaloir des idées humanistes et généreuses. A cet égard, la bataille qui avait entouré l’abolition de la peine de mort reste une référence.
  • Nicolas Sarkozy, président perdu d'une France nauséeuse

    Par | 5 commentaires | 4 recommandés
    Tout début juillet, Brice Teinturier, de TNS Sofres, analysait sur Europe 1 l’effondrement de la popularité de Nicolas Sarkozy . Si le directeur général adjoint de l’institut de sondage relevait que dans sa chute le président de la république entraîne la classe politique dans son ensemble à l’exception de l’extrême droite, il notait surtout la présence d’un sentiment diffus, très particulier, dans le pays :“On est passé du désenchantement et de la déception à des éléments beaucoup plus forts, presque de l’écoeurement. Mais c’est un climat général On a véritablement une vague de rejet qu’on n’avait pas vu depuis très longtemps à ce niveau-là“.
  • Eric Woerth, César du dégrèvement fiscal

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    L'affaire Woerth-Bettencourt c'est un peu l'histoire sans fin. Au moment où l'exécutif part en vacances, Libération reproduit en Une des extraits d'une lettre du 24 avril 2008 et signée d'Eric Woerth qui démontre que celui-ci, alors ministre du budget, est personnellement intervenu pour obtenir un dégrèvement fiscal de 27 millions sur la succession du sculpteur César. Problème, l'exécuteur testamentaire de l'artiste, Alain-Dominique Perrin, figurerait parmi les grands donateurs de l'UMP. Une parfaite illustration du conflit d'intérêt que représente la détention de la double casquette de collecteur de fonds de l'UMP et de ministre du budget.
  • Au-delà de la sécurité Nicolas Sarkozy va-t-il ouvrir le débat sur l'immigration ?

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Simple rideau de fumée autour de l'affaire Woerth-Bettencourt ou entrebâillement de la porte du dossier de l'immigration ? Irrésistiblement, Nicolas Sarkozy tire le débat public vers la question de l'immigration, sujet hautement clivant qui renvoie vers sa politique de civilisation.
  • Sécurité : gauche angélique contre droite machiavélique ?

    Par | 5 commentaires | 1 recommandé
    A droite toute. La rupture promise est au rendez-vous mais pas là où on l’attendait. On savait Nicolas Sarkozy décomplexé à l’égard de l’argent, il prouve qu’il l’est également vis à vis de l’immigration. En liant celle-ci à l’insécurité, thèse défendue par l’extrême droite depuis de nombreuses années, le Chef de l’État fait voler en éclats le Front Républicain qui unissait les partis de gouvernement contre le Front National. Dans un réflexe pavlovien, la gauche crie à la “dérive antirépublicaine ” s’exposant ainsi aux accusations d’angélisme de l’UMP. Robert Badinter dans toute sa sagesse, invite la gauche à garder son sang froid et à répondre par des propositions concrètes dans le cadre du programme présidentiel de 2012.