Hervé HUBERT
Psychanalyste
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2020

Hervé HUBERT
Psychanalyste
Abonné·e de Mediapart

Devenirs poétiques

Pour ce 1er mai confiné, je poste cet article publié le 14 avril en insistant sur la nécessité d'opposer au sentiment panique ou catastrophique la mobilisation incessante pour vivre libres.

Hervé HUBERT
Psychanalyste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Devenirs poétiques

J’ai été touché simplement par des mots. Des mots d’amis, de camarades, d’inconnus, de proches qui dans leurs valeurs expressives me donnaient cette sensation sensible de pouvoir ressentir mon corps autrement, comme un éveil, dans ce sentiment tragique qui nous submergeait alors comme une vague dans le mental. 
Les mêmes ou d’autres lançaient des appels à la poésie collective en ces temps tragiques.
J’avais le souvenir des mots de Paul Eluard chantés par ma mère. La poésie vient du corps.
Quel est le destin des images d’enfances, quels sont leurs refuges brisés dans les valeurs-miroirs des mots qui font amalgames ?
Histoires vers un autre monde qui se vit au présent pour rassurer l’autre, vivre avec les autres.
On tue un enfant, on tue des enfants, aujourd’hui et pour demain. On tue les poètes de l’enfance.
Les capitalistes tuent.
Comment changer la vie ? Vite !
Et Marx alors ?
Il est confiné !

Marx possiblement confiné au niveau de ses écrits à sa géniale et ardue analyse du Capital ?
Pourtant dans une lettre à Engels écrite en juillet 1865 deux ans avant la publication de son oeuvre majeure, il se confie : «  Maintenant en ce qui concerne mon travail, je vais te dire la vérité. Quels qu’en soient les défauts, l’avantage de mes écrits est qu’ils forment un ensemble artistique »
L’introduction de la poésie et de l’art dans le rapport au savoir scientifique est une nouvelle façon de penser qu’augure Marx et qui n’est pas encore advenue.
Que faire et comment faire pour partir concrètement d’une base autre dans ce XXIème siècle qui oscille entre espoirs gigantesques et meurtres de masse plus ou moins masqués ?
La poésie de Marx laissera Lacan mélancolique : « Marx était un poète qui a réussi à faire un mouvement politique » clame-t-il à la fin de son enseignement dans le Séminaire « Le moment de conclure » en 1978.
Dans son étymologie Poesis renvoie en grec ancien à la création, la fabrique, à l’art : l’art de faire, qui renvoie toujours à une pratique sociale concrète. En ce point précis se trouve le lieu de rupture nécessaire avec Hegel : l’analyse de Marx part d’une base autre, celle qui découle du primat qu’il donne à la pratique, à la pratique sociale, contrairement au philosophe de la transcendance et de l’abstraction spéculative. C’est à cet endroit que se situe l’échec de Lacan à sortir d’une philosophie de la psychanalyse.
Marx est en forme, en formes multiples.
L’introduction de la forme-valeur dans la décisive première section du Livre I du Capital donne la portée poétique réelle, celle qui met en mouvement la vie humaine dans le rapport au concret du savoir et de la création.
Dans son transfert envers son oeuvre scientifique, il met en avant le primat de la forme, de l’apparence, et de la sensation dans ce qui porte vers la vie. Cela se noue, via l’image sociale, au corps et aux mots. Voici me semble-t-il le secret de son art poétique et fait pour lui ensemble artistique.
Cela n’est pas une abstraction détachée de la vie, ni une métaphore spéculative. Une métaphore c’est du réel nous indique Sarah Kane.
La forme-valeur est matérielle et elle parle.
Comment analyser ce qui se produit socialement aujourd’hui sans prendre en compte le transfert défini par Marx dans le Capital lorsque qu’il analyse le rapport transférentiel entre deux marchandises, la toile et l’habit, et indique que c’est dans la fréquentation avec une autre marchandise, l’habit, que la toile parle et qu’elle livre ses pensées dans la seule langue qu’elle parle couramment, la langue des marchandises, et que cette langue-là dit le rapport au travail humain et à l’égalité dans le cadre de la production capitaliste ?
Comment parler entre humains autrement que dans le langage des marchandises alors que nous vivons cruellement et insidieusement à la fois, les effets de l’impérialisme, stade suprême du capitalisme, génialement décrits par Lénine en leurs fondements, et la poussée des répression en tous genres ? Comment faire autrement et mettre en place une pratique sociale autre, concrètement ? Cela nécessite d’établir un nouveau rapport entre la pratique et la théorie, d’établir de nouveaux rapports sociaux, d’aborder la question sociale à partir d’une base autre. Il s’agit donc d’un enjeu de civilisation crucial pour la poursuite d’une vie humaine digne d’être vécue. Des potentiels énormes sont définis par les avancées du savoir humain et les nouvelles technologies et il suffirait de changer le fondement des pratiques économiques et sociales pour modifier la vie, les rapports sociaux de production.
Cette esquisse vers des devenirs poétiques de l’humanité sera reprise dans notre blog, à plusieurs voix.
Je terminerai avec un écrit de Lucien Bonnafé, psychiatre, et ceux qui ont eu la chance de le connaitre se souviennent de sa voix.
Il écrivait en septembre 1977 dans Vivre libres ! :
« Ainsi convient-il d’opposer au sentiment panique ou catastrophique de l’existence, entretenu pour son effet démobilisateur, un sentiment tragique de la vie mis au service d’une mobilisation incessante pour aider les hommes, avec toujours plus d’efficacité, améliorer toujours leurs capacités de régler eux-mêmes leurs problèmes, de soigner leur vie, de faire respecter leurs droits, d’accomplir leur besoin de changer leurs besoins, de disposer toujours plus librement de soi ».

Hervé Hubert

 Le 14 avril 2020

http://www.apps-psychanalyse-sociale.com/single-post/2020/04/17/DEVENIR-POÉTIQUES

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey