Air Cocaïne.... STOP.... Vol Spécial.... STOP.... CAI / SDQ... Le Caire - Saint-Domingue... STOP Extradition de Christophe Naudin en cours STOP

L'indécent Christophe Naudin estime "avoir fait le travail de l'Etat" en organisant l'évasion des deux pilotes français condamnés à 20 ans de réclusion criminelle en République dominicaine et en y ayant activement participé. Les deux pilotes français sont incarcérés aux Baumettes pour un bon bout de temps et l'arrogant criminologue vient d'être arrêté à son hôtel du Caire par la police Egyptienne.

Stupide médiatisation d'une barbouzerie déléguée à des amateurs . Cliquez sur l'image pour visionner la déclaration surréaliste de l'inconséquent " spécialiste en sûreté "

Christophe Naudin fait le buzz et invente une extraordinaire définition pénale : « L'assistance à personne en danger judiciaire. »
Son affligeante crédulité n'a d'égale que sa fatuité et son mépris pour les institutions, fussent-elles dominicaines.

Son appétence pour les médias est telle qu'il ne peut réaliser ne serait-ce que quelques instants à quel point il apparaît comme totalement   manipulé par un comité de soutien aux pilotes trafiquants de drogues, lui même soutenu par le syndicat national des pilotes de ligne, le SNPL, et un commandant d'Air France, Philippe Heneman,  qui n'hésite pas à mettre en avant son appartenance à cette compagnie aérienne, qui goûtera à n'en pas douter les développements grotesques de cette histoire...

Mieux encore il écrira une lettre ouverte au Président de la République dominicaine, Son Excellence Danilo Medina Sánchez, au titre outrancier « J'accuse ! » publiée par l'APNA, l'Association des Professionnels Navigants de l'Aviation. Lettre qui, et c'est proprement surréaliste, commence par ces mots : « Au nom du peuple français et au nom de l'ensemble des professionnels du transport aérien, ... » 

Surréaliste aussi que l'Etat français n'ait pas réagi à une telle usurpation, une telle imposture ! Surréaliste et indécent ! Les médias aiment tellement ça !

La lettre se termine tout aussi grossièrement par une accusation aussi directe que violente  : 

« En substance, je vous accuse de ne pas intervenir et d'autoriser officiellement un déni de justice. Combien de temps encore, allez-vous tolérer cette situation ? »

La mégalomanie de ce type est proprement insupportable. N'est pas Émile Zola qui veut, et si la fameuse lettre de l'écrivain au Président Félix Faure dans le cadre de l'affaire Dreyfus débutait aussi par ce célèbre « J'accuse ! » il ne défendait pas des voyous, lui, mais un officier le Capitaine Dreyfus, qui fût d'ailleurs innocenté, ce qui ne risque pas d'arriver aux deux pilotes dévoyés.

Le 13 janvier 1898, Zola publie l’une des lettres politiques les plus fameuses de tous les temps : « J’accuse! ». Fruit d’années d’enquêtes, cette lettre, qui lui vaudra procès et exil, sera un pièce maîtresse dans la résolution de l’Affaire. Un document qui n’a rien perdu de sa splendeur !

Zola exilé paya le prix fort mais grâce à son magnifique combat, Dreyfus fut innocenté. 

Le pitoyable Naudin, est en route pour les geôles dominicaines, je m'en réjouis, et j'espère que lui aussi paiera le prix fort.

Nul comité de soutien ne lui viendra en aide, il est aisé de l'imaginer, quant à la diplomatie française elle se félicitera probablement dans les salons feutrés du Quai d'Orsay, que les pendules aient été remises à l'heure...

Après OSS117 : « Le Caire nid d'espions » on se divertira avec Chris 22 : « L'exfiltreur extradé »

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.