AIR Cocaïne : Naudin a du mal à trouver un avocat disposé, sa mise en examen est donc reportée à Jeudi. De son côté Chauprade enfonce son lieutenant barbouze

L'audience qui devait voir Christophe Naudin être mis en examen pour son implication dans l'évasion des deux pilotes français reconnus coupables de trafic de drogues et condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine, avait déjà été reportée à ce jour Mardi 8 Mars, afin de lui permettre d'être assisté par un avocat. Difficile apparemment d'en trouver un disposé...

Naudin menotté, le DSK des Latinos en effet Naudin menotté, le DSK des Latinos en effet
Alors que Christophe Naudin avait vu sa mise en examen reportée à l'audience de ce jour Mardi 8 Mars, pour lui laisser le temps de trouver un avocat disposé à l'assister, ce n'est que vers 16 heures locales qu'il y parvint enfin, hélas trop tard pour permettre de conclure le jour même. 

 

L'audience est donc une fois de plus reportée, ce sera Jeudi vers 10:30. Naudin sera alors fixé sur son sort. Liberté conditionnelle, ou détention provisoire...

Les avocats ont fait monter les enchères et la trésorerie du comité de soutien au Sire Naudin a dû quelque peu souffrir. Je me permets donc de donner ICI le lien vers la " cagnotte à Naudin " pour ceux qui voudraient investir sur la durée... ( 10 ans minimum )

Quant à la pétition « Aidez-nous à sauver Christophe Naudin » elle s'essouffle sérieusement en plafonnant aux alentours des mille signatures ...

Évidemment il y a de la concurrence sur change.org, la pétition contre la le projet de Loi sur le Travail de la Ministre Myriam El Khomri, dépasse ce soir 1 200 000 soutiens.

Enfin Jeudi on saura....

Pour autant le, de moins en moins fameux, Député européen Aymeric Chauprade avait déjà pris ses précautions, dans la mesure ou il pouvait craindre en fait, une mesure de liberté conditionnelle pour son Lieutenant barbouze. Ce dernier évidemment aurait eu tout loisir de régler ses comptes avec le chef de l'équipe 1 de l'opération « Dîner en ville » libre de ses mouvements et de ses contacts avec la presse.

Il aura suffi d'un tweet du géopolitologue renommé, pour déclencher la mise au point du procureur général Francisco Dominguez qui a estimé « qu'il existait un "risque sérieux" de fuite et par conséquent, "il ne peut pas obtenir une mise en liberté" sous caution, a-t-il déclaré. "Il existe des menaces sérieuses qui, s'il venait à obtenir sa liberté, pourraient (être mises à exécution), à travers des mécanismes ou des manoeuvres comme celles qui ont été utilisés avec les deux pilotes", a-t-il ajouté. »

Le tweet disait je cite « Je vais me battre pour sortir Christophe Naudin de la République dominicaine » ( c'est une manie chez lui ma parole ), ce que bien entendu le procureur général Dominguez a aussitôt exploité en déclarant qu'ayant à faire face à l'outrageante menace d'une nouvelle opération « Dîner en ville », seule la détention provisoire était envisageable pour Naudin.

Il avait par ailleurs ajouté qu'il attendait avec curiosité la visite de Chauprade en République dominicaine afin d'observer comment il allait s'y prendre pour « extirper son ami Christophe Naudin d'un déni de Justice »

Du coup l'irresponsable Député européen s'affole et communique encore.

Il reconnaît bien volontiers que l'opération « dîner en ville » était objectivement une ingérence dans les Affaires dominicaines, et demande pardon, tout en menaçant aussitôt que si la République dominicaine ne passait pas l'éponge, eh bien on allait voir ce que l'on allait voir, il allait, bien planqué derrière son immunité parlementaire, mettre à feu et à sang le Parlement Européen afin de dénoncer la faillite de l'État de droit en République dominicaine. Voici le communiqué destiné à ses compatriotes : (cliquez sur l'extrait pour le communiqué intégral)


« En revanche, si l’acharnement contre Christophe devait continuer, s’il n’était pas libéré rapidement et autorisé à rentrer en France, je veux prévenir mes amis dominicains que je mettrai toute mon énergie au Parlement européen et en France, pour dénoncer la faillite de l’État de droit en République dominicaine et défendre un compatriote en danger de mort. »

Demande de pardon suivie de menaces, ça c'est pour les couillons de Français qui l'ont élu et les autres...
La belle arrogance française !

Dans sa lettre ouverte au « Señor Presidente de la República Dominicana, Excelencia  » rédigée en Espagnol, le ton se fait nettement plus implorant, menaces et coups de menton effacés, et en revanche appel à la miséricorde....  Et pour ajouter au pathétique, elle est lue dans la vidéo qui y est intégrée

Évidemment on est loin de la lettre « J'accuse » de ce pauvre Naudin, c'est même une belle lettre, une brillante lettre où l'émotion et l'éloge du passé surgissent au détour de chaque phrase, de chaque argument, dont voici la fin :

« Je crois avoir épuisé tous mes arguments pour vous convaincre de ma sincérité. Au moment d’achever cette lettre, il me revient de votre pays un souvenir très fort. Je pense à ces moments d’inspiration et de fraîcheur que je venais chercher dans la grande salle du Musée de l’Indépendance de Santo Domingo, Calle Duarte, près de la dernière demeure des Padres de la Patria. Et je me dis qu’une nation qui vénère autant ses anciens et reste fidèle à sa religion peut toujours trouver la force d’être miséricordieuse.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma Très Haute Considération. »

 

L'appel à la miséricorde du Président et du peuple dominicain est touchant, brillant, habile, et produirait très certainement un très bel effet dans un prétoire, malheureusement la tragédie des trois Robin des bois, n'est pas encore arrivée au stade du procès et des plaidoiries.

La touchante sincérité de M. Chauprade, masque cependant difficilement ce qui semble n'être qu'une posture visant à obtenir la seule annulation des mandats d'arrêts dominicains, et des Notices rouges d'Interpol.  

Seul le Député Chauprade souffre d'une situation intenable à terme, celle de ne pouvoir quitter l'Espace européen sans risquer à coup sûr d'être arrêté et extradé vers la République dominicaine. 

Mais comment demander à un Président une grâce pour une sentence qui n'est même pas prononcée, et dont les recours ne seraient évidemment pas déposés ?

C'est donc à genoux et finalement sans aucune dignité que le futur ex-Député européen, supplie et implore Son Excellence Le président de la République dominicaine. 

Si cet homme avait réellement du panache, et puisqu'il souhaite assumer toute l'opération, qu'il se livre donc à la Justice dominicaine, en échange de la liberté de Naudin. 

Une fois condamné dans un procès qui pourrait aller vite alors là seulement il pourra demander sa grâce. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.