Nouvelle catastrophe évitée chez Air France

 

Le vol AF 953 effectuait le 2 Mai dernier un petit saut de puce ( quelques 120 km ) entre Malabo capitale de la Guinée Equatoriale et Douala au Cameroun.

Des formations orageuses se trouvaient sur sa route et le pilote obtint du contrôle aérien de dévier sa route vers le Nord. En fait vers le Mont Cameroun. Il aurait aussi pu dévier vers le SUD ?

Chose étrange il volait au niveau de vol FL 90, c'est à dire bien en dessous de l'altitude de sécurité dans le secteur du Mont Cameroun. 

Cette altitude assez basse peut s'expliquer certes par la courte distance entre les deux aéroports, pour autant il est hallucinant et effrayant d'observer que l'équipage n'avait manifestement pas la conscience de la proximité du Mont Cameroun. 

Cette conscience du danger se révéla quand l'alarme " d'anti-collision " d'avec la montagne retentit dans le cockpit.

Cette alarme ne souffre aucune interprétation dès lors que le vol se déroule sans visibilité extérieure ( nuages et/ou nuit ).
C'est à dire réaction immédiate : poussée à fond et montée au maximum des performances jusqu'à ce que l'alarme ne cesse, c'est à dire jusqu'à ce que le danger ne disparaisse.

L'équipage réagit normalement à cette alarme, et la collision fut évitée..

Très bien !

 

Pour autant et une fois de plus on a affaire à un équipage de guignols, et je pèse mes mots.

Comment est-il possible d'ignorer le danger en termes d'obstacle du Mont Cameroun, et qui plus est un danger isolé.

Comment peut-on omettre d'en évoquer la présence dans un briefing aussi bien avant décollage, qu'avant atterrissage ?

Comment peut-on ne pas appliquer la procédure qui veut que sur l'un des ND ( Navigation Display ) le relief soit représenté. ( Terrain on ND ).

Décidément et plus que jamais Air France devient Scare France ... 

Il suffit de consulter le très sérieux site JACDEC, pour être effrayé par la très longue liste d'incidents graves chez Air France, et ce depuis la catastrophe Rio-Paris. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.