Vol 114 Libyan Arab Airlines, une tragédie oubliée au dessus du Sinaï, juste avant que la guerre du Kippour n'éclate.

Le Boeing 727 de la Libyan Arab Airlines décolle de Tripoli à 10:30 ce 21 Février 1973, il s'agit d'un vol régulier qui rejoint le Caire via une escale à Benghazi. La deuxième partie du vol, Benghazi - Cairo donc, se termine en catastrophe. L'avion est abattu par la chasse Israélienne au dessus du Sinaï.

727 727
 

Le Commandant Jacques Bourgès, est un commandant de bord B727 d'Air France, détaché à la Libyan Arab Airlines depuis l'automne 1972.

Il s'est perdu entre Benghazi et Le Caire, le vent de sable et la panne d'une radio-balise ont aggravé une estime défaillante, et le 727 franchit le canal de Suez et s'enfonce au dessus du Sinaï. Il est immédiatement intercepté par deux Phantom de la chasse israélienne. Les deux chasseurs lui intiment l'ordre de les suivre et d'atterrir en Israel, et devant l'attitude du Commandant d'Air France qui refuse d'obtempérer, effectuent des tirs de sommation sur l'avant de l'avion... sans résultat ! Moshé Dayan, Ministre de la défense du 1er ministre Golda Meir, donne l'ordre d'abattre l'avion. 

L'ordre est exécuté, et l'avion abattu se crashera dans le désert. Huit des neuf membres d'équipage et 100 des 104 passagers perdront la vie.

Seul le co-pilote Libyen qui n'était pas dans le poste au moment du crash a survécu. Les deux navigants d'Air France, le CdB et l'OMN furent tués. 

Pourquoi le Commandant de Bord n'a t-il pas obtempéré, le mystère reste entier toujours aujourd'hui.


Le 17 Août 2012 un Airbus A330 d'Air France à destination de Beyrouth viole l'espace aérien Syrien et est contraint de se poser à Damas.
Les médias s'emparent aussitôt de cette histoire surréaliste relatée ici dans l'Express : 

Paris-Damas: le déroutant périple du vol AF 562

Un pilote d'Air France publie il y a quelques jours " Les confidences d'un Pilote de Ligne " Il y revient notamment sur des événements tragiques qui ne sont évidemment pas les siens, le Rio-Paris et ce fameux vol AF 562 " dérouté " à Damas. 

De ces deux événements il livre - on pouvait s'y attendre - la version assez grotesque d'Air France, et bien entendu banalise à outrance. 

A l'aulne de la tragédie du B727, dont je viens de parler, on mesurera les invraisemblables risques pris par les deux pilotes du vol sur Damas. 

En Février 1973, nous sommes juste avant la guerre du Kippour et c'était bien évidement risqué d'ignorer les tirs de semonce des Israéliens, en Août 2012 la guerre civile fait rage en Syrie .... 

Le gentil bouquin de François Suchel a un mérite néanmoins, il remet Éric Schramm en scène comme le responsable de ce grave incident en Syrie. 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.