Is MH370 The Latest Casualty Of The Pentagon's Pivot To Asia ?

  Il fallait trouver des images de possibles débris… Chaque pays en mesure de le faire, y est allé de son petit coup de satellite, chacun a protégé du mieux possible l’appréciation qui pouvait être faite des performances réelles de ces petites merveilles de technologie. On a déplacé des armadas d’avions et de vaisseaux dans des mers démontées et des ciels bas, on a créé un groupe de travail international qui rassemble outre les autorités Malaysiennes, les États Unis, La Grande Bretagne, et la Chine, Boeing et Rolls Royce sont de la partie bien entendu ainsi que les aviations civiles et bureaux d’investigations respectifs. Et puis maintenant ? Les bateaux hier ont remonté des débris depuis les nouvelles zones de recherches, mais rien qui pût provenir d’une façon ou d’une autre de l’avion disparu. RIEN !

 

 

Il fallait trouver des images de possibles débris… Chaque pays en mesure de le faire, y est allé de son petit coup de satellite, chacun a protégé du mieux possible l’appréciation qui pouvait être faite des performances réelles de ces petites merveilles de technologie.

 

On a déplacé des armadas d’avions et de vaisseaux dans des mers démontées et des ciels bas, on a créé un groupe de travail international qui rassemble outre les autorités Malaysiennes, les États Unis, La Grande Bretagne, et la Chine, Boeing et Rolls Royce sont de la partie bien entendu ainsi que les aviations civiles et bureaux d’investigations respectifs.

Et puis maintenant ? Les bateaux hier ont remonté des débris depuis les nouvelles zones de recherches, mais rien qui pût provenir d’une façon ou d’une autre de l’avion disparu. RIEN !

 

Comment en est-on arrivé là ? Qu’est ce qui a bien pu motiver cet élan de solidarité phénoménal qui s’exprime en ce moments même dans l’océan Indien aux confins des mers Australes ? Les PINGS et Inmarsat ? Certes …

 

Les fameux «  corridors » ? Certes… Mais comment ont-ils été déterminés, que savons nous réellement des calculs mis en oeuvre ? 

 

Les pings sont émis toutes les heures, et permettent d’identifier l’antenne qui les a émis. Okay. Mais ils ne transmettent pas une position pour autant. Alors ? Alors d’accord on peut à priori connaître l’angle sous lequel ils sont vu par le satellite, toujours d’accord, ce qui nous amène à déterminer les lieux qui sont vus par le satellite sous cet angle là, et donc ces fameux corridors. Mais comment donc est-on passé de ces corridors aux possibles routes suivies ? Les théories les plus sophistiquées peuvent être expliquées à tous dès lors que l’enfumage ou la manipulation ne viennent pas créer le doute…

La détermination de la dernière zone relève ainsi de ce doute eu égard aux explications données. On déterminé que l’avion volait plus vite en fait que prévu. Ah bon ! Comment ?

On a tenu compte de l’effet doppler et des performances de l’avion … okay.

Pour finir par expliquer que l’avion étant allé plus vite avait consommé plus et était donc tombé avant… Géographiquement ? Seulement ? Je veux dire qu’il a aussi dû tomber plus tôt, plus tôt que 00:11 Z ( 08:11 loc ).

On voudrait absolument faire accroire au monde entier que l’avion est tombé aux fins fonds de l’Océan Indien, que l’on ne s’y prendrait pas autrement…

Pourquoi a t-on si vite abandonné les recherches dans le corridor Nord ? 

 

Personne aujourd’hui ne conteste le hijack du MH370, mais on ne détourne pas un avion pour aller le mettre au fond de l’eau, que ce soit avec l’aide volontaire ou contrainte du pilote, et à fortiori par « remote control » 

 

Il apparaît de moins en vraisemblable que l’avion se soit abîmé en mer, puisque l’on y retrouve aucune trace. Dès le lendemain de la disparition je parlais d’un cap qui menait droit aux Maldives, et puis ce reportage extraordinaire sur l’ultra secrète base US de Diego Garcia,

Chairman Hersman's briefs media on Asiana flight 214
qui montre de quoi sont capables sur le plan humain les US et UK quand ils s’agit d’imposer la force au nom des enjeux stratégiques.

Du temps de la guerre froide on parlait de défection et de passage à l’Ouest. En est-on si loin aujourd’hui ?

 Lisez ce document passionnant écrit par un certain Yoichi Shimatsu en cliquant sur le titre.

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.