Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

281 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2014

Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

Is MH370 The Latest Casualty Of The Pentagon's Pivot To Asia ?

  Il fallait trouver des images de possibles débris… Chaque pays en mesure de le faire, y est allé de son petit coup de satellite, chacun a protégé du mieux possible l’appréciation qui pouvait être faite des performances réelles de ces petites merveilles de technologie. On a déplacé des armadas d’avions et de vaisseaux dans des mers démontées et des ciels bas, on a créé un groupe de travail international qui rassemble outre les autorités Malaysiennes, les États Unis, La Grande Bretagne, et la Chine, Boeing et Rolls Royce sont de la partie bien entendu ainsi que les aviations civiles et bureaux d’investigations respectifs. Et puis maintenant ? Les bateaux hier ont remonté des débris depuis les nouvelles zones de recherches, mais rien qui pût provenir d’une façon ou d’une autre de l’avion disparu. RIEN !

Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il fallait trouver des images de possibles débris… Chaque pays en mesure de le faire, y est allé de son petit coup de satellite, chacun a protégé du mieux possible l’appréciation qui pouvait être faite des performances réelles de ces petites merveilles de technologie.

On a déplacé des armadas d’avions et de vaisseaux dans des mers démontées et des ciels bas, on a créé un groupe de travail international qui rassemble outre les autorités Malaysiennes, les États Unis, La Grande Bretagne, et la Chine, Boeing et Rolls Royce sont de la partie bien entendu ainsi que les aviations civiles et bureaux d’investigations respectifs.

Et puis maintenant ? Les bateaux hier ont remonté des débris depuis les nouvelles zones de recherches, mais rien qui pût provenir d’une façon ou d’une autre de l’avion disparu. RIEN !

Comment en est-on arrivé là ? Qu’est ce qui a bien pu motiver cet élan de solidarité phénoménal qui s’exprime en ce moments même dans l’océan Indien aux confins des mers Australes ? Les PINGS et Inmarsat ? Certes …

Les fameux «  corridors » ? Certes… Mais comment ont-ils été déterminés, que savons nous réellement des calculs mis en oeuvre ? 

Les pings sont émis toutes les heures, et permettent d’identifier l’antenne qui les a émis. Okay. Mais ils ne transmettent pas une position pour autant. Alors ? Alors d’accord on peut à priori connaître l’angle sous lequel ils sont vu par le satellite, toujours d’accord, ce qui nous amène à déterminer les lieux qui sont vus par le satellite sous cet angle là, et donc ces fameux corridors. Mais comment donc est-on passé de ces corridors aux possibles routes suivies ? Les théories les plus sophistiquées peuvent être expliquées à tous dès lors que l’enfumage ou la manipulation ne viennent pas créer le doute…

La détermination de la dernière zone relève ainsi de ce doute eu égard aux explications données. On déterminé que l’avion volait plus vite en fait que prévu. Ah bon ! Comment ?

On a tenu compte de l’effet doppler et des performances de l’avion … okay.

Pour finir par expliquer que l’avion étant allé plus vite avait consommé plus et était donc tombé avant… Géographiquement ? Seulement ? Je veux dire qu’il a aussi dû tomber plus tôt, plus tôt que 00:11 Z ( 08:11 loc ).



On voudrait absolument faire accroire au monde entier que l’avion est tombé aux fins fonds de l’Océan Indien, que l’on ne s’y prendrait pas autrement…

Pourquoi a t-on si vite abandonné les recherches dans le corridor Nord ? 

Personne aujourd’hui ne conteste le hijack du MH370, mais on ne détourne pas un avion pour aller le mettre au fond de l’eau, que ce soit avec l’aide volontaire ou contrainte du pilote, et à fortiori par « remote control » 

Il apparaît de moins en vraisemblable que l’avion se soit abîmé en mer, puisque l’on y retrouve aucune trace. Dès le lendemain de la disparition je parlais d’un cap qui menait droit aux Maldives, et puis ce reportage extraordinaire sur l’ultra secrète base US de Diego Garcia,
qui montre de quoi sont capables sur le plan humain les US et UK quand ils s’agit d’imposer la force au nom des enjeux stratégiques.

Du temps de la guerre froide on parlait de défection et de passage à l’Ouest. En est-on si loin aujourd’hui ?

 Lisez ce document passionnant écrit par un certain Yoichi Shimatsu en cliquant sur le titre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard