Hicham Mansouri
Journaliste marocain réfugié en France. Cofondateur de l'Association Marocaine pour le Journalisme d'investigation (AMJI)
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2017

Hicham Mansouri
Journaliste marocain réfugié en France. Cofondateur de l'Association Marocaine pour le Journalisme d'investigation (AMJI)
Abonné·e de Mediapart

P. Baudouin: “Les pratiques du régime de Mohammed VI ressemblent à celles de Ben Ali"

Ancien secrétaire général puis président de la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), Maître Patrick Baudouin est un fin connaisseur de la situation des droits Humains au Maghreb mais aussi en Afrique. Dans cet entretien, il nous livre sa vision de l’état des lieux des libertés au Maroc ainsi que le bilan de Mohammed VI en la matière.

Hicham Mansouri
Journaliste marocain réfugié en France. Cofondateur de l'Association Marocaine pour le Journalisme d'investigation (AMJI)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maître Patrick Baudouin

 Ancien secrétaire général puis président de la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), est un fin connaisseur de la situation des droits Humains au Maghreb mais aussi en Afrique.

Passionné des luttes contre la répression et pour la liberté, il a été l’un des plus jeunes membres du comité central de la ligue française pendant les années 70.

Dans cet entretien, l’actuel président d'honneur de la FIDH, nous livre sa vision de l’état des lieux des libertés au Maroc ainsi que le bilan de Mohammed VI en la matière.

- Quel regard portez-vous sur la situation actuelle des droits Humains au Maroc?

Elle est malheureusement préoccupante. S’il existe un certain nombre d'avancées, notamment dans le domaine de la société, force est de constater, que pour tout ce qui est droit et libertés fondamentales, on reste au statu-quo. Ces libertés, qui constituent le socle et le fondement des démocraties, continuent à être bafouées au Maroc. C’est en particulier le cas de la liberté d’expression et la liberté de presse. C’est la liberté d’opposition finalement qui est touchée. Dès qu'on manifeste une opposition virulente au pouvoir et - il faut bien le dire - au Palais royal, on devient vite suspect et susceptible de poursuites.

 - En quoi cela se manifeste-t-il?

Le corollaire de l’atteinte à ces libertés fondamentales est la poursuite judiciaire de personnes qui ne sont coupables de rien d’autre que de ne pas être d’accord avec le pouvoir. On se retrouve devant des situations assez absurdes qui conduisent à des condamnations, à des privations de sortie du territoire ou à des postes qu’on ne peut plus conserver. C’est des brimades qu’on a connues avec le régime de Ben Ali en Tunisie. Même si les deux régimes sont différents, il existe des points de similitudes. Les méthodes utilisées pour réprimer les voix critiques se ressemblent.

 Il faut aussi mentionner que des pratiques policières, comme les mauvais traitements et la torture, n’ont pas été éradiqués et ce contrairement aux promesses qui avaient pu être réalisées. On voit des condamnations très lourdes, avec les droits de la défense qui ne sont pas toujours respectés. C’est le cas par exemple des affaires qui concernent des islamistes ou des sympathisants du Polisario. C’est un tableau assez sombre et préoccupant.

- Si on prend le régime dans la continuité du règne d’Hassan II, est-ce que cette régression vous surprend?

Non, elle ne me surprend pas. Je crois que c’est la nature du régime. Les sujets tabous persistent sous la protection absolue du pouvoir monarchique. On ne peut toujours pas critiquer le roi, l’armée ou la politique suivie au Sahara Occidental. Tant qu’on reste sur ce registre, il y aura inévitablement des dérives commises par le pouvoir. Je ne dirais pas que la situation au Maroc d’aujourd’hui est équivalente à celle des années les plus noires [années de plomb, Ndlr.] du règne d’Hassan II, mais il y a des survivances de toutes les dérives qui ont caractérisé le règne de ce dernier.

 - La diffamation est l'une des techniques de répression utilisée. Vous avez porté plainte, au nom de l’historien Maâti Monjib, contre le journal « Le360.ma »...

Maâti Monjib a fait l’objet de propos parfaitement diffamatoires tenus dans cet organe, que je qualifierais de caniveau. Tout le monde sait qu’il reproduit la volonté du pouvoir de dénigrement d’un certain nombre d’opposants. Il s’agit de les salir et de les discréditer avec des méthodes inacceptables. C’est exactement ce que faisait le régime de Ben Ali: l’art d’essayer de discréditer les voix critiques via des campagnes diffamatoires. Le pouvoir marocain pratique aujourd’hui la même recette. On prête, par exemple, à M. Monjib des malversations pour essayer d’en faire quelqu’un qui serait corrompu. On l’accuse d’autres choses absurdes et infondées. On salit gratuitement. C’est la raison pour laquelle on a déposé plainte pour diffamation.

 - Et pourquoi en France?

Nous savons très bien qu’une telle plainte déposée au Maroc n’aurait aucune chance d’aboutir. C’est une vérité incontestable, hélas. Nous avons saisi la justice française car Le360 diffuse depuis le territoire français, ce qui donnait compétence à la justice française. Cette compétence a d’ailleurs été reconnue. Mais il fallait se battre car la juge d’instruction désignée s’estimait, dans un premier temps, incompétente. Or elle a dû reconnaître sa compétence après une décision de la chambre d’instruction, devant laquelle nous avons fait appel. Elle a délivré, pendant le cours d’instruction, “une commission rogatoire” afin d’entendre les organes dirigeants et l’auteur des articles incriminés. Elle s’est alors heurtée à un refus de la part de ces présumés responsables de la diffamation. C’est pourquoi elle a considéré in-fine qu’elle ne pouvait pas aller plus loin dans ses investigations au Maroc.

- Pensez-vous que la procédure va aboutir?

Malheureusement, on touche à un autre scandale qui est aussi la compromission des autorités françaises avec ses homologues au Maroc. Il s’agit de la convention d’entraide judiciaire entre les deux pays qui permet à chaque côté de poursuivre ses ressortissants dès lors que la compétence territoriale est avérée. Sur demandes pressantes des autorités marocaines, qui avaient suspendu toute coopération judiciaire et policière il y a quelques années, la France se dessaisit dès lors que les autorités marocaines revendiquent la possibilité de poursuivre elle-même un ressortissant marocain qui serait susceptible de condamnation en France. Évidemment cela n’a qu’un seul objet: assurer l’impunité aux responsables marocains ayant commis des actes incriminés. C’était le cas des poursuites prévues contre M. Abdellatif Hammouchi [Directeur de la Direction générale de la surveillance du territoire], accusé de torture par le boxeur et champion du monde Zakaria Moumni.

  - Propos recueillis par: Hicham Mansouri

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac