Maroc-Algérie : Les réfugiés syriens otages de la crise du Sahara

On est bien loin des images véhiculées par le film «Casablanca» (1942) où le night-club, géré par un américain en exil, sert de refuge à ceux en quête de papiers pour quitter le pays. Un Maroc où se mêlent exil politique, sacrifice et amour impossible.

 Casablanca, le 24 novembre 2017. Des affrontements éclatent soudainement entre des habitants d’un quartier populaire et des subsahariens, en majorité en situation illégale. Insultes échangées, pierres lancées et pneus incendiés à quelques mètres seulement de la gare routière d’Ouled Ziane. Les subsahariens parlent de racisme,  les marocains se plaignent de nuisance et de squat d’un jardin public.

On est bien loin des images véhiculées par le film «Casablanca» (1942) où le night-club, géré par un américain en exil, sert de refuge à ceux en quête de papiers pour quitter le pays. Un Maroc où se mêlent exil politique, sacrifice et amour impossible.

Les subsahariens ne sont pas les seuls à vivre un exil difficile dans le royaume chérifien. Il y a aussi ces syriens qui ont fui la guerre et le régime de Bachar Al Assad. Ils sont moins nombreux, certes, mais leurs conditions de vie ne sont pas moins pénibles.

En avril dernier, une cinquantaine de réfugiés syriens sont restés bloqués plusieurs mois dans le désert, entre les frontières des deux pays, dans des conditions très difficiles. Plusieurs photos et vidéos postées sur YouTube montrent ces syriens, accompagnés de leurs enfants, faire face au froid, à des tempêtes de sables et à des serpents venimeux. Parmi eux,  une femme sur le point d’accoucher.

Malgré l’appel de l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), les deux pays ont essayé de se renvoyer la balle, chacun campant sur ses positions, avant que le Roi du Maroc ne décide de régler cette crise. Si la mesure a été saluée par les citoyens et les militants des deux pays ainsi que par la communauté internationale (à travers le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies), elle ne règle pas la question d’asile ni de mobilité dans la zone frontalière de l’Est du pays. En effet, le Maroc et le Front Polisario se disputent le  Sahara occidental, une zone considérée par l’ONU comme «non autonome». Le soutien algérien au Polisario complique les relations maroco-algériennes depuis des décennies.

Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika (photomontage) © huffpostmaghreb.com Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika (photomontage) © huffpostmaghreb.com

Pour Michèle Decaster, la Secrétaire Générale de l’Association française d’Amitié et de Solidarité avec les peuples d’Afrique, il ne s’agit pas d’un « conflit territorial» mais d’un « conflit de décolonisation » inscrit, selon elle,  à la 4ème commission de l’ONU dans le cadre de la résolution 1514 de l’Assemblée générale « sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux ». «Le cessez-le-feu qui dure depuis 27 ans n’est pas la paix. Les guerres sont néfastes pour tous les peuples: sahraoui, marocain, les réfugiés syriens et subsahariens», ajoute-elle.

Depuis août 1994, les frontières entre les deux pays sont officiellement fermées mais restent perméables aux trafiquants de drogues, aux immigrants clandestins et aux personnes à la recherche d’un refuge politique. Si la situation est politiquement «stable» entre les deux voisins, des crises ne cessent d’émerger de temps à autre à cause du conflit. Pour Michèle, le Maroc se «sert» de cette carte afin de brouiller les pistes dans le conflit qui l’oppose au peuple sahraoui. «Les premières victimes sont les habitants de part et d’autre de la frontière dont les échanges professionnels, familiaux et amicaux sont bloqués», déplore –t-elle.

Devant cette situation délicate de rivalités politiques, il est très fréquent de voir des familles entières, brandissant leurs passeports, faire la manche devant les mosquées et près des feux rouges, ce notamment à Rabat et à Casablanca.

D’autres décident de se joindre aux subsahariens et tentent de traverser la méditerranée ou de franchir les barbelés de Ceuta ou Melilla afin de rejoindre l’Europe. Une aventure encore plus risquée.

 

Cet article a été publié grâce au partenariat éditorial et journalistique entre le Caffè dei Giornalisti de Turin en Italie et la Maison des Journalistes à Paris en France. Lire l'article en italien ici.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.