HichHal
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2012

GUANTANAMO A LA FRANÇAISE ( 5/8 )- Deux ans de détention plus tard : du physicien d’al Qaida à l’ « individu auto-radicalisé »

HichHal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8


Depuis le 08 octobre 2009, aucun élément matériel venant avérer une quelconque préparation d’acte terroriste n’a été versé au dossier d’instruction, alors que celui-ci a continué de s’épaissir durant la détention d’Adlène (il contiendrait pas loin de 30 tomes), d’après nos avocats. Adlène est donc informé de l’évolution des accusations que l’on porte à son encontre au cours des rares interrogatoires du juge TEISSIER (un interrogatoire tous les 4 mois) ou durant les audiences de demande de mise en liberté qu’il formule (pas moins de 25 audiences en deux ans de détention provisoire). Mais les suspicions des « services », qui surveillaient pourtant Adlène depuis plus d’un an (et qui pouvaient donc, en théorie, interpeller Adlène en flagrant délit de préparation d’un acte terroriste supposé), combinées à la « volonté du moment » du ministre de l’Intérieur de l’époque (comme en atteste un cableWikileaks évoquant l’affaire) ont suffit à faire incarcérer Adlène depuis plus de 27 mois à ce jour.


Les motifs d’inculpation ont évolué de manière assez obscure au cours de l’instruction qui est donc alimentée par les services de la DCRI. Ces motifs ont évolué en fonction de « l’air du temps » : Adlène était tantôt accusé d'avoir échangé avec un internaute suspecté d'être un terroriste opérant à Gaza, ou encore un autre présumé terroriste opérant en Somalie... autant de « motifs » servant, tous les 4 mois, à renouveler son mandat de dépôt. Le juge TEISSIER lui proposera même un entretien avec des « officiers de renseignement américains » en mai 2010, proposition qu'Adlène était prêt à accepter avant que les américains ne se désistent ; ils ne reviendront pas à la charge.


Pour notre part, nous n’avons été entendus (si l'on exclut les auditions de Zitouni et de ma mère au début de « l'affaire »), de même que certains amis proches, qu’au printemps 2011, soit plus d’un an et demi après l’arrestation d’Adlène, sur le « volet financier de l’affaire» et ce dans des conditions rocambolesques.

Ainsi, un ami se voit interrogé sur les raisons de sa conversion à l'islam et sur la possibilité qu’Adlène ou un autre membre de la famille y était pour quelque chose (par des officiers de la brigade financière !). Un autre ami est questionné sur « l'intensité » de sa « foi ». Pour ce qui me concerne, un appel masqué s'affiche sur mon téléphone portable début mai 2011: un « capitaine de la brigade financière » veut m'entendre au commissariat de Grenoble « au sujet de mon frère ». Je me présente donc le 16 mai 2011 à 13h (sans avoir reçu de convocation) pour un interrogatoire où l’on évoque mes entrées et sorties d'argent des trois dernières années, mais également la religion musulmane ou encore la présence de « travailleurs chinois » en Algérie : cela prendra 4 heures. On me promet de m'envoyer par courrier une attestation pour mon employeur, courrier qui ne m’est toujours pas parvenu...
De manière toute aussi étrange, le juge TEISSIER, après avoir sollicité l'aide de la justice suisse dès le mois de novembre 2009, ne demande l’aide de la justice algérienne qu'au mois d'aout 2010 soit 10 mois après le début de la détention d’Adlène. Pourtant, ce dernier est soupçonné « d’interagir » avec un groupe basé en Algérie et il était en partance pour l’Algérie le jour de son arrestation. En dépit d'un dossier bien creux, F. PECHENARD déclarera le 9 septembre 2011 (au micro de France Info et à l’occasion du dixième « anniversaire » des attentats du 11 septembre)  que ses services avaient déjoué un attentat d'un « individu auto-radicalisé  qui a essayé de poser une bombe dans un bataillon de chasseurs alpins » (français).


La justice suisse classera l’affaire après un an d’investigations et après avoir interrogé Adlène au cours de sa détention en septembre 2010 : «il n'a pas été possible d'identifier le ou les auteurs de l'infraction supposée», déclare la porte-parole du Ministère de la Confédération helvétique.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa