HichHal
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2012

GUANTANAMO A LA FRANÇAISE ( 6/8 ) - Un cadeau en provenance d’Algérie, un costume « made in France »

HichHal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

L’inespéré arrive enfin pour le juge TEISSIER qui, deux semaines avant la clôture de l’instruction, reçoit et transmet au juge des libertés, le juge MATON (qui a systématiquement refusé de remettre Adlène en liberté depuis deux ans), un document des services algériens affirmant qu’un dénommé Mustapha DEBCHI, arrêté en février 2011 en Algérie, aurait reconnu faire partie d’AQMI et avoir été en contact via internet avec Adlène ! Les magistrats révèleront l’existence de ce document à Adlène ainsi qu’aux avocats, et le juge MATON affirmera que le dénommé DEBCHI aurait été libéré en Algérie peu de temps après son arrestation… DEBCHI ne devait donc pas être si proche d’AQMI.

Après une rapide analyse du procès verbal en question par nos avocats, il s'avère que celui-ci correspond à un interrogatoire assez improbable : les questions des enquêteurs algériens n'y figurent pas (seule la mention Q précède la réponse R et la déclaration de DEBCHI). En outre, l’identité de la personne interrogée n’est avérée par aucune sorte de document officiel d’identité, autant d'éléments qui jettent plus qu'un doute sur la crédibilité de ce procès verbal qui ne respecte aucun des usages officiels dans ce type d'affaire. Cela ne convaincra d'ailleurs même pas le juge TEISSIER, qui voyait là pourtant certains de ses arguments d'accusation repris un à un par les déclarations d'un présumé terroriste : il délivrera une ordonnance de disjonction deux semaines plus tard (dissociant ainsi l’affaire « HICHEUR » de l’affaire « DEBCHI») lorsqu’il clôturera l’instruction à la mi-octobre 2011.


Adlène se « retrouve » ainsi seul mis en examen pour le chef d’inculpation « d’association de malfaiteurs » ….


Le procureur nommé dans cette affaire, G. PORTENSEIGNE, spécialisé dans le cyber-«jihad médiatique», a rendu son réquisitoire à la mi-décembre 2011, un réquisitoire de plus de 60 pages qui d’après nos avocats, « n’apporte rien de nouveau à ce dossier monté de toutes pièces par la DCRI» : y sont volontairement imbriqués des éléments divers, comme les opinions politiques et idéologiques qu’Adlène aurait échangées sur des sites Internet, sous forme de « posts » ou autres messages personnels qui lui sont adressés par les internautes participant à ces forums.

Certains d’entre eux lui demandant  d’utiliser un logiciel de cryptage de données car ces sujets de discussion étaient « chauds » (toujours de manière anonyme : Adlène a à faire à des « pseudos »). Adlène se « prête au jeu » et échange donc avec divers internautes, notamment durant sa période de convalescence (il a été hospitalisé plus de 20 jours pour une hernie discale) et durant laquelle il passe une bonne partie de son temps au domicile parental, à surfer sur internet. Il le fera en écrivant indifféremment en français ou en arabe (sa langue maternelle). Les enquêteurs sélectionneront quelques-unes des discussions pour bâtir leur accusation.


Toujours est-il que « l’ensemble », d’après le procureur, est combiné avec une liste d’ouvrages « jihadistes » (en langue arabe, croit-il devoir préciser) qu’il aurait téléchargés depuis Internet (ces ouvrages étaient donc accessibles au grand public) ou encore à d’autres textes en langue arabe qu’il aurait traduits…Tous ces éléments proviendraient d’une analyse méticuleuse du disque dur de l’ordinateur d’Adlène et de l’historique de navigation sur Internet : on y cherche donc scrupuleusement tout élément qui pourrait être utilisé à charge (pour bâtir l’image d’un « terroriste islamiste ») en expurgeant systématiquement tous les documents à décharge (qui forment - à un centième près - plus de 99,99 % des documents contenus sur son ordinateur) qui ne collent pas au scénario. Dans son réquisitoire, le procureur reprend cette méthode : il veut convaincre qu’Adlène est un terroriste de l’Internet (un terroriste « virtuel » en quelque sorte) et tout est bon pour lui tailler un costume de « réel » terroriste, du « sur mesure » pour reprendre les termes d’Adlène.


Le juge TEISSIER, dans son ordonnance du 29 décembre 2011, reprend également tous ces scénarios alors qu’il est également censé instruire à décharge, et il demande le maintien en détention. En attendant, aucun élément matériel venant valider l’hypothèse de la préparation d’un quelconque acte terroriste n’a été présenté, seul demeure un scénario bien ficelé par les services de la DCRI. Depuis le début de sa détention, Adlène n’a jamais eu accès aux 30 tomes du dossier d’instruction, ce qui lui permettrait de mieux préparer sa défense, d’autant plus qu’un procès est prévu à la fin du mois de mars 2012.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan