GUANTANAMO A LA FRANÇAISE ( 7/8 ) - La parole est au présumé coupable !

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

La parole est au présumé coupable !


Précisons d’emblée qu’Adlène reviendra sur nombre d’éléments qu’on lui a fait signer à l’issue de la garde à vue qui s’est déroulée dans les conditions décrites auparavant. Il conteste par ailleurs des éléments liés à une traduction biaisée de certains de ses propos écrits en langue arabe et demandera une contre-expertise que l’on attend toujours. Il conteste enfin le procédé des agents de la DCRI qui entretiennent des confusions volontaires sur le pseudo qu’il utilisait sur un forum donné (et qui ont été parfaitement identifiés par les enquêteurs à partir de ses connexions depuis la ligne téléphonique du domicile parental) et des pseudos utilisés sur d’autres forums que l’accusation veut présenter comme étant utilisés par Adlène (ce qu’il nie et ce qui n’est avéré par aucune sorte d’identification informatique).


Confronté à ce foisonnement de discussions entre pseudos avérés ou supposés sur lesquelles l’accusation construit un dossier à charge, Adlène reconnaitra avoir été sollicité, au cours de certaines des discussions, par un internaute (le fameux DEBCHI d’après les enquêteurs, dont on a vu les doutes entourant sa « déposition ») qui l’interpelle d’abord sur des sujets de discussion généraux liés à l’actualité du monde musulman (Palestine, Afghanistan, Irak …). Cet internaute lui proposera progressivement une collaboration « concrète » à laquelle Adlène ne donnera pas suite. Ces conversations, qui forment le cœur de l’accusation, ont donc été assumées par Adlène qui rappelle néanmoins que celles-ci ont eu lieu à la sortie de son hospitalisation de 20 jours, alors qu’il était sous un traitement médicamenteux lourd (à base de morphine) qui a perduré jusqu’au début de l’été 2009. Il reconnaitra qu’il a pu avoir des propos déplacés ou excessifs à cette époque, qu’il faut donc prendre dans ce contexte spécifique, mais que cela n’est jamais allé plus loin. A partir de juillet 2009, il reprendra son travail à mi-temps et abandonnera cette activité sur internet.
Il me confessera plus tard avoir inutilement échangé, durant cette période précédant sa reprise de fonctions, avec certains internautes qui s’apparentaient plus à des « trolls » qui voulaient « le pousser à dire des choses » qu’à des internautes ouverts à la discussion.


Il ne remet en revanche pas en cause ses positions idéologiques : les guerres en Palestine, Afghanistan, Irak … sont de nature néo-coloniale, les peuples envahis ont toute légitimité à résister, la foi islamique a toujours été un fédérateur puissant pour les différents mouvements anti-colonialistes dans ces pays.
J’ajouterais que ces affirmations reflètent assez bien la personnalité d’Adlène qui a toujours assumé son indépendance d’esprit et ses opinions. Par ailleurs, il n’a jamais caché sa foi, comme certains journalistes ont bien voulu l’écrire dans des scénarios du genre « Dr  Jekyll et Mr Hyde ». A cette duplicité suggérée de la personnalité d’Adlène répond en revanche une duplicité bien réelle des autorités françaises, d’abord « amies de Mouammar» et depuis peu « ennemies de Kadhafi », comme nous allons le voir.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.