Puigdemont va-t-il jeter l'éponge ? (par R.H.)

Catalogne. Report de l'investiture de Puigdemont à la tête du gouvernement. La justice espagnole s'acharne sur les leaders indépendantistes.

Mardi 30 janvier, le président du Parlement régional de Catalogne, Roger Torrent, a reporté à une date non précisée la session parlementaire qui devait investir Carles Puigdemont à la tête de l’exécutif de la Generalitat. A-t-il pris cette décision sous la pression de la justice espagnole ? Il faut reconnaître qu'elle n'y va pas de main morte. Le tribunal constitutionnel avait décrété qu’il n’était pas possible d'organiser une investiture à distance, par vidéoconférence, et que Puigdemeont devait se présenter physiquement au parlement catalan. Il subirait alors le même sort que celui de Oriol Junqueras le leader de l'ERC à qui le juge continue à refuser une remise en liberté provisoire. La décision du président Torrent a tout de même pris de court tout le monde. Puigdemont lui-même qui a réagi par une vidéo publiée sur les réseaux : « La Catalogne avait aujourd’hui l’opportunité de continuer à construire le pays que les Catalans désirent », a-t-il regretté, avant de préciser, qu'après trois mois d’exil belge ses intentions restaient intactes. De son côté, la Cup ne décolère pas. « Ce qui s’est passé hier a été un foutage de gueule. C’est la troisième fois. Et ce sera la dernière » a déclaré le député Carles Riera, faisant allusion à la suspension de la décision de proclamer l’indépendance après le référendum du 1er octobre, à la suspension de la déclaration d’indépendance le 10 octobre et au recul du Govern le 27 octobre, après avoir fait la nouvelle déclaration. Pour l'heure, du côté des deux partis indépendantistes majoritaires, c'est quasiment silence radio. Le député de l’ERC Joan Tarda est l’un des rares à avoir plaidé publiquement pour un « sacrifice » de Puigdemont. Pour autant, les trois partis continuent à affirmer qu'il reste leur candidat . Roger Torrent a confirmé qu'il irait « jusqu’au bout pour défendre les droits du président Puigdemont », Mais en a-t-il les moyens ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.