hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

139 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2020

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Les trois scénarios du « jour d'après »

Même si nous sommes encore loin d'être sortie d'affaire, les points de vue sur ce que sera, ou devrait être, « le jour d'après » se multiplient. Selon ce qu'on aura retenu de cet épisode dramatique, s’échafaudent des scénarios sensiblement différents quant aux rôle des humains avant et après la crise sanitaire.

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a le scénario collapsologique, a priori totalement farfelu mais dont le succès relatif nous oblige à en interroger le sens. Il désigne les humains comme seuls responsables du drame auquel nous sommes confrontés planétairement. Ils auraient trop longtemps défié Gaïa, la terre-mère, pour qu'ils ne récoltent pas ce qu'il ont semé. Pour les prédicateurs de l'apocalypse, « Le jour d'après », c'est la fin du monde, du moins la disparition des humains sur terre. La prédiction est d'autant plus fascinante pour des esprits crédules que ce sont précisément les humains qui sont responsables du dérèglement climatique, de la pollution des sols et de l'atmosphère, du recul drastique de la diversité des espèces végétales et animales. Mais des humains imaginaires, présents dans un monde dont seraient absents à la fois les contraintes sociales, les pouvoirs qui les imposent, les antagonismes de classes qui en résultent.

Le deuxième scénario

On rejoint par là le deuxième scénario du « Jour d'après », lu et entendu à foison dans les médias bien pensants. Cette fois, les humains ne sont pas punis pour avoir transgressé les lois de la nature mais accusés de nous avoir, à cause de leur convoitise, leur égoïsme, leur rapacité, conduits là où nous sommes. Et si, dans le cas présent, les humains ne sont pas à l'origine du coronavirus, ce sont eux qui en auraient accentué tous les effets mortels. A première vue, l'affirmation n'est pas totalement absurde. Prenons la question de l'origine de l'infection. Elle aurait pris naissance en Chine par contact des animaux domestiques et des humains avec des chauves-souris, réservoirs naturels du virus. Ces contacts auraient été favorisés du fait de la destruction de l'habitat des chauves-souris suite une urbanisation et une déforestation intensives. Les humains porteraient effectivement une lourde responsabilité. C'est un raisonnement analogue qui impute aux humains la responsabilité du réchauffement climatique dont il est bien établi qu'il est anthropique. De sorte que la seule façon de le combattre serait de changer radicalement de modes de vie, et qu'ainsi, des millions de nouvelles pratiques sobres et économes mises bout à bout, auraient un effet global bénéfique.

Responsabilité collective versus responsabilité individuelle ?

Le raisonnement n'est pas à récuser, en ce sens, qu'on ne peut pas ignorer les comportements consuméristes générateur de gâchis, l'entichement pour des gadgets inutiles et la propension à acquérir l'objet dernier cri. Et, on ne peut leur chercher d'excuses par le fait que la publicité exercerait sur le consommateur une sorte de fascination à laquelle il ne pourrait pas échapper. Pour autant, ce raisonnement présente un biais fondamental. Celui de faire comme si les humains n'existaient pas à travers des sociétés structurées politiquement, socialement, culturellement, économiquement, judiciairement. Cela n’exonère pas la responsabilité individuelle, mais à condition de concevoir les humain inclus dans un réseau structurel puissant, dans lequel leur marge de manœuvre, si elle n'est pas inexistante, est toutefois limitée.

Le troisième scénario

C'est à ce point de la réflexion qu'il faut faire référence au troisième scénario du « jour d'après ». Les humains, une partie du moins, auront-t-ils fondamentalement changé lorsque la crise sanitaire sera surmontée ? Il faut espérer qu'elle aura induit des comportements individuels plus respectueux de la nature et plus attentifs aux autres. Il faut souhaiter qu'elle aura dessillé nombre d'entre nous sur les failles béantes creusées par le rouleau compresseur néolibéral et sur l'incapacité du système capitaliste à gérer humainement et démocratiquement des situations où la survie de l'humanité est en cause. Mais ces avancées ne conduiront à rien si elles ne convergent pas vers la construction d'un projet politique collectif. C'est le sens de l'appel lancé par les 18 responsables de syndicats, associations et mouvements environnementaux. Ils en appellent « à toutes les forces progressistes et humanistes, et plus largement à toute la société, pour reconstruire un futur écologique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral ». Dans le même ordre d'idée, le PCF, dans un document : « Relever les défis de la crise », daté du 31 mars, s'adresse « À tou·te·s les citoyen·ne·s et toutes les forces associatives, syndicales, de gauche et écologistes mobilisés par la gravité de la situation sanitaire et économique et par le besoin d’un nouveau mode de développement qui place l’humain et la planète avant les profits... » Guillaume Balas de Génération.s vient de proposer de « mettre en place, très rapidement, une rencontre permanente des organisations écologistes et de gauche, des syndicats et des grandes associations sur l’évaluation de la crise et les moyens d’y répondre ».

Ces appels soulignent l'exigence de penser et travailler ensemble. C'est le moins qu'ils puissent faire. Mais, l'urgence voudrait qu'ils se mettent d'accord tout de suite sur un calendrier de discussion traitant de toutes les grandes questions d'un projet alternatif. Qu'ils proposent des modalités pour associer, à part entière, les citoyen·ne·s à leurs travaux.

Ils doivent saisir cette opportunité « offerte » par la crise sanitaire pour en finir avec les suspicions entre organisations, les préséances, les près-carrés, les prétentions hégémoniques. Il y a un devoir d'invention, d'innovation,.

Le temps presse

Roger Hillel 6 avril 2020

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Migrations
À Paris, de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri
Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État pour faire entendre leur voix.
par Yunnes Abzouz
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel