hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2021

Le terrible choc du 10 mai 1981

Ce que fut pour moi la soirée au cours de laquelle fut annoncée la victoire de François Mitterrand à la présidentielle de 81

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus nous approchions de l'échéance de l'élection présidentielle, moins les sondages nous étaient favorables et plus l'inquiétude se faisait palpable dans nos rangs. A chacune de ses apparitions à la TV, Marchais était assailli par « si vous arrivez derrière Mitterrand allez-vous vous désister ? », injonction à laquelle il refusait de répondre. Il ne s'y engagera finalement que le 23 mars 1981 au cours de l'émission Cartes sur table. A l'époque, lorsqu'un sondage nous était défavorable, nous avions l'habitude de dire que le seul valable serait le résultat des urnes. Celui du 26 avril, au soir du premier tour, fut proche de celui donné quelques jours avant dans les médias. G. Marchais n'avait recueilli que 15,4% des suffrages exprimés, largement surclassé par F. Mitterrand avec ses 25,9%. La Parti avait perdu un quart de ses électeurs. Le choc fut terrible. Cette fois ci, le doute n'était plus permis, notre stratégie était bel et bien battue en brèche. Pour moi, cela signifiait que l'espoir d'un passage au socialisme, quand bien même hypothétique et lointain, venait de nous échapper. C'était la matrice même de toute notre stratégie qui volait en éclat. Le PS était en train de réussir le pari dont il s'était vanté en petit comité, celui de nous faire disparaître. Le 10 mai, François Mitterrand l'emporta sur Giscard d'Estaing. Ma femme et moi, nous boudâmes, c'est peu de le dire, la liesse populaire qui s'en suivit. Nous étions restés chez nous, la rage au ventre, obligés de faire bonne figure lorsque des amis du quartier nous téléphonaient pour nous inviter à venir les rejoindre devant la mairie de Villeurbanne afin de fêter ensemble la victoire de la gauche. Nous apprîmes qu'à Paris un énorme rassemblement avait commencé place de la Bastille et que Pierre Juquin y avait pris la parole au nom du PCF pour exalter les perspectives ouvertes par le succès de F. Mitterrand. Cela n'avait pas été de notre goût.

Aux élections législatives des 17 et 21 juin 1981, ce fut le triomphe de la vague rose. Le PS obtint la majorité absolue avec 285 sièges. Le PCF passa de 86 députés dans la législature précédente à 44. La direction du Parti négocia avec le PS un accord de gouvernement et c'est George Marchais qui annonça à la TV l'entrée de quatre ministres au gouvernement : Charles Fiterman, Anicet Le Pors, Jack Ralite et Marcel Rigout. Après quarante sept ans d'absence, des communistes revenaient au gouvernement. C'était l'arbre qui cachait la forêt.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum