hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

138 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2020

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Les délations controversées d'aujourd'hui et d'hier

De nombreuses personnes se sont émues d'un article signé du journaliste Alexandre Kauffmann, paru dans le Monde du 10 avril : « Avec le coronavirus, le retour des « corbeaux ».

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette publication est intéressante à plusieurs titres. C'est une enquête présentée sous le chapô : « A Paris comme en province, la police reçoit des appels pour dénoncer des manquements, réels ou supposés, aux mesures de confinement. Un phénomène limité, mais révélateur des angoisses de l’époque et du poids du passé.portant sur des exemples de dénonciations. » Suivent quelques exemples de dénonciations, dont certaines anonymes, récoltés auprès de divers services policiers ou municipaux. Tout est authentique et rend compte d'un phénomène dont le journaliste tient à préciser dans le corps du texte que « Si les appels aux services de police et de gendarmerie ont explosé – pour l’essentiel, des questions pratiques autour des autorisations de déplacement –, la part des délations est restée marginale. De Bordeaux à Strasbourg en passant par Paris, les standardistes des mairies partagent ce constat. »

Un titre démenti par l'article

L'intégralité de l'article n'est réservée qu'aux abonnés du Monde mais le titre, accessible à tous, a fait le tour des réseaux sociaux. Comment peut-il être compris ? Que la délation n'est pas un épiphénomène et qu'elle évoque celle qui eut cours au à l'époque de l'Occupation. Ce qui va rester, ce sont ces deux interprétations, alors qu'elles sont démenties, pour peu que l'on soit en mesure de lire la totalité de l'article. Certes, la délation existe, mais elle est très limitée. L'article cite le témoignage d'une opératrice de la Mairie de Paris : « Il y a plus de dénonciations que d’habitude. Elles sont bien souvent virulentes, mais minoritaires, environ cinq appels sur cent… » Et puis encore cette précision : « Si les appels aux services de police et de gendarmerie ont explosé – pour l’essentiel, des questions pratiques autour des autorisations de déplacement –, la part des délations est restée marginale. De Bordeaux à Strasbourg en passant par Paris, les standardistes des mairies partagent ce constat. »

Un parallèle indécent

La deuxième interprétation que suggère le titre « Avec le coronavirus, le retour des « corbeaux », c'est le parallèle avec la période de l'occupation au cours de laquelle la délation aurait été massive. Cette fois encore, l'article conteste cette idée reçue. Pour ce faire, le journaliste fait appel à l'historien Laurent Joly, auteur de « Dénoncer les juifs sous l’Occupation » (CNRS Éditions, 2017), lequel déclare, entre autres, que : « Si la délation est associée à cette période, elle ne correspond pourtant pas au phénomène de masse qu’on imagine communément. Ce sont d’abord les Allemands qui ont forcé ce trait sous l’Occupation pour dénigrer les Français. Reprise par des écrivains de droite soucieux de se dédouaner à la Libération, puis par des journalistes et des réalisateurs engagés à gauche, le mythe de millions de dénonciations s’est solidement installé dans l’imaginaire collectif, loin du véritable ordre de grandeur. » A cette époque, il est effectivement notoire que des juifs ont été arrêtés par la police vichyste, conjointement ou pas avec la Gestapo, sur la base de dénonciations. Mais gardons nous de faire un parallèle entre ces dénonciations et celles qui peuvent se produire aujourd'hui. Sous l'Occupation, la dénonciation de juifs était généralement suivie par leur arrestation puis leur internement en France et enfin par leur transport vers les camp d'extermination nazis. D'autre part, si ces dénonciations étaient une horreur, il reste qu'elles ne sont à l'origine que d'une infime partie des arrestations de juifs qui se conclurent par près de 80 000 victimes, dont 3000 dans les camps d'internement français et 77 000 dans les camps nazis. En fait, les rafles furent organisées sur la base des listes de recensement des juifs établies en 40-41 puis en 43 par les autorités françaises. Dans son ouvrage de référence « Vichy-Auschwitz. La « solution finale » de la question juive en France » (Fayard 2001), Serge Klarsfeld en a fait la démonstration chiffrée et documentée.

Un témoignage personnel

Au début des années 2000, j'ai consulté aux Archives municipales d'Avignon le dossier « juifs ». Les lettres de dénonciations y étaient rares, par contre y figuraient les listes de recensement des juifs d'Avignon. La première avait été établie en juin 41 sur la base des déclarations faites par les juifs appelés, par voie de presse, à se rendre à la mairie. S'y soustraire était puni de lourdes amendes et d'emprisonnement. J'ai pu consulter ces listes comportant près de 1500 noms, dont celui de ma famille, le mien compris, j'avais moins de 1 an. Il est établi que la quasi totalité des juifs d'Avignon se sont conformés à l'injonction préfectorale, effrayés par les suites judiciaires qui seraient données s'ils ne le faisaient pas. Les juifs adultes se voyaient alors apposer le tampon "juif" sur leur titre d'identité. Un nouveau recensement avait été lancé en août 43, et les listes finalisées en mai 44. Je les ai aussi examinées, n'y figuraient plus les juifs raflés depuis 41, dont certains membres de ma famille arrêtés quelques mois avant au cours de la dernière rafle d'Avignon de mars 44 et exterminés au camp d' Auschwitz.

Roger Hillel 12 avril 2020

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma