hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

138 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2020

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Tout ce ramdam pour en arriver là

Dans son allocution du 13 avril, le président de la République a prononcé onze fois « 11 mai », ce qui ne pouvait être compris que par la sortie du confinement à cette date. Tout faux ! est venu dire le lendemain son ministre de l'Intérieur.

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi soir, le président de la République a prononcé une allocution après l'avoir reportée de plusieurs jours, afin, disait-on, de consulter largement et de présenter un texte au petit poil. Effectivement, chaque mot a été pesé, tellement pesé, qu'au final, le discours en est devenu pesant. Et, le fait d'avoir prononcé onze fois, « 11 mai », n'a rien arrangé :

« le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai...

Le lundi 11 mai ne sera possible que si...

Le 11 mai prochain, sera donc le début d’une nouvelle étape...

À partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement...

Le 11 mai, il s’agira aussi de permettre au plus grand nombre...

Rester même après le 11 mai confinées...

Nous allons, d’ici le 11 mai...

Nous aurons à partir du 11 mai...

Le 11 mai, nous serons en capacité...

Je souhaite qu’avant le 11 mai...

A partir du 11 mai en lien avec...

Et pour chacune de ces occurrences, il convenait d'en saisir les nuances, les prudences et les subtilités. Ainsi, s'est-il bien gardé de prononcer le mot « déconfinement », mais nous qui sommes confiné.e.s, nous n'avons compris qu'une chose : que la fin du confinement était programmée pour le lundi 11 mai. Tout le reste du discours nous aura échappé, surtout après les palinodies, les couacs et les incohérences d'Emmanuel Macron, de son Premier ministre et des autres membres du gouvernement.depuis le début de la catastrophe sanitaire.

Mais, il s'agissait d'un grave malentendu. Mardi matin, son ministre de l'Intérieur s'est précipité vers les radios pour nous dire que nous n'avions pas bien compris : « Le déconfinement, le 11 mai, n’est pas une certitude mais un objectif », et aussi « Ce qu'a annoncé le président de la République hier, ce n'est pas le déconfinement le 11 mai, c'est le confinement jusqu'au 11 mai ».

Après tout ce ramdam, achever comme il l'a fait son allocution en prédisant que « nous retrouverons les jours heureux », empruntant par là le nom du programme du Conseil national de la Résistance, est au mieux une stupidité, au pire une goujaterie.

Roger Hillel 14 avril 2020

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan