hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2022

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Pour des débats de fond, dans et hors du PCF

Je plaide pour renouer avec la pratique du débat qui pourrait s'exposer sans réserve sur les réseaux sociaux ou sur des sites. De ce point de vue, le PCF a une responsabilité toute particulière, car il lui revient d'organiser des débats, notamment en utilisant son site, ce qu'il ne fait absolument pas.

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LA PRATIQUE DU DÉBAT A RÉGRESSÉ

Je plaide pour renouer avec la pratique du débat qui pourrait s'exposer sans réserve sur les réseaux sociaux ou sur des sites. De ce point de vue, le PCF a une responsabilité toute particulière, car il lui revient d'organiser des débats, notamment en utilisant son site, ce qu'il ne fait absolument pas. J'insiste sur le « sans réserve », car je note la persistance d'une opinion qui a longtemps noué la vie du PCF selon laquelle « il faut laver notre linge sale entre nous ». Tout cela est totalement dépassé. Il faut débattre sur le fond et, pour le PCF, qui se réclame du marxisme, il lui revient de favoriser les débats théoriques au lieu de chercher à faire du buzz* dans les médias pour attirer l'attention sur lui, ce en quoi Fabien Roussel excelle. Nombreux sont celles et ceux qui se réjouissent de le voir recueillir un taux de sympathie à la hausse, soit 36% (baromètre des personnalités politiques du 21 septembre 2022). C'est une erreur de croire qu'il y a une corrélation étroite entre la sympathie accordée à une personnalité et l'affinité avec le parti auquel elle appartient. C'est certainement ce qui explique, pour une part, que le taux de soutien de Fabien Roussel reste stable à 5%.

UNE STRATÉGIE FONDÉE SUR LE BUZZ OU SUR LE DÉBAT ?

Il semble que les indicateurs du type taux de sympathie ou de popularité soient pris au sérieux par la direction du PCF, si l'on en juge par le commentaire posté sur sa page FB à la date du 29 septembre  : « Carton plein pour Fabien Roussel : + 11 points de popularité dans le baromètre Cluster 17, 1ère personnalité politique toutes catégories (soutien + sympathie) ». C'est un peu court. Le PCF a besoin d'asseoir son utilité avec des arguments politiques qui l'identifient comme un parti authentiquement révolutionnaire. Sa visée reste le dépassement du capitalisme, plus précisément son abolissement et concomitamment son remplacement, ce que les marxistes désignent par « dépassement », par une société que nous appellerons, faute de mieux, le communisme (reste totalement ouvert la question considérable du contenu d'un communisme réel). Les arguments auxquels je pense n'ont que faire, par exemple, de la formule « parti du travail », que j'ai récemment contestée (cf. ma contribution datée du 6 octobre.

Mais peut-être que la direction actuelle du parti communiste privilégie une toute autre stratégie qui serait fondée sur la recherche d'une visibilité médiatique immédiate, quitte à faire feu de tout bois, en considérant que cette visibilité se traduira, à terme, par une notoriété accrue, voire une prééminence, du parti dans le paysage politique à gauche. C'est ce que Fabien Roussel désigne comme « le renouveau du communisme français » (rapport du CN du 22 septembre). Cela signifierait que, dès lors que ce renouveau serait réalisé, il deviendrait possible d'envisager un rassemblement des forces de gauche dans lequel le PCF aurait retrouvé une influence perdue depuis longtemps.

Si cela se confirme, je m'inscris en faux contre cette stratégie. L'utilité du parti ne sera reconnue que s'il suscite, sans mettre des conditions préalables, des débats de fond et confronte ses analyses avec celles de tous les partenaires potentiels convaincus de l'urgence de la transformation sociale. Ce n'est pas seulement, loin sans faut, avec des revendications pour ici et maintenant sur :emploi, chômage, salaires, retraites, pouvoir d'achat, conditions de travail, qu'il y parviendra. Elles sont tellement légitimes qu'elles sont, pour l'essentiel, partagées par le mouvement progressiste et sont les supports puissants des luttes communes immédiates et à moyen terme.

L'utilité du parti communiste n'a de chance d'être démontrée que s'il devient capable de faire débattre sur des problématiques complexes qui exigent d'être approfondies en son au sein et débattues avec les autres forces de la transformation sociale. Parmi les plus controversées , il y a évidemment la question des questions : « qu'entendons-nous par se débarrasser du capitalisme ? que proposons nous de mettre à la place ? ».

*A propos du buzz

Si la recherche du buzz dans les médias était remplacée par l'incitation au débat, je suis convaincu que les polémiques se tariraient. Le buzz s'apparente à une partie de ping-pong. Plus une formule prononcée dans les médias est provocante plus elle a de chance d'être répercutée dans les médias et les réseaux sociaux. C'est ce qui est recherché par son énonciateur. S'en suit des cris d’orfraie qui appellent des mises au point de la part de son auteur. La partie de ping-pong est lancée. Lorsque Fabien Roussel oppose le travail aux allocations, cela va provoquer des remous, à la suite de quoi il va préciser le sens de ses formules, mais, histoire de relancer la partie, il ne va pas manquer pas de fustiger ceux qui incitent à la « paresse ». Nouvelles flambées, nouvelles mises au point. Alors qu'on arrête de s'insurger qu'il soit pris pour cible, cela fait partie du jeu. C'est l'avalanche de réactions et contre réactions qui mises bout à bout donnent l'apparence d'une cabale.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte