hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

139 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2020

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi une telle irresponsabilité ?

Depuis le début de la crise sanitaire, les décisions et les déclarations de Macron et de son gouvernement ont été incohérentes et contradictoires. Il reste encore à en expliquer les raisons.

hillel roger
Professeur d'université à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'heure où nous en sommes, dans la phase épidémique qui nous submerge, il n'y a plus d'autre alternative que le confinement total. Les milieux médicaux, dans leur quasi unanimité, s'accordent là-dessus. Pour autant, de nombreux spécialistes de la santé publique (virologues, épidémiologistes, infectiologues, médecins des hôpitaux, praticiens de terrain ...) considèrent que si les choses avaient été prises à temps, au moment des premières alertes courant janvier, une autre stratégie aurait été possible. Celle choisie par la Chine et la Corée du sud, basée sur le port du masque généralisé, le dépistage massif, l'identification des porteurs malades ou sains et leur mise en quarantaine, et, aussi pour la Corée du Sud, le traçage des contacts des personnes testées positives. Ces dispositions étaient connues depuis plusieurs semaines du gouvernement français. Il les a écartées ne prenant que tardivement la mesure de l’ampleur de la crise sanitaire qui s'annonçait. L'exemple le plus affligeant a été le maintien du premier tour des élections municipales.

Décisions et déclarations plus irresponsables les une que les autres.

Il faudrait en faire la liste. C'est accablant. Je n'en prends que quatre : fin janvier, Agnès Buzyn, alors ministre de la santé, affirme que « le risque d'importation [du virus] depuis Wuhan est pratiquement nul » et que « le risque de propagation est très faible ». Le 6 mars, Macron et son épouse se rendent au théâtre, lui déclarant : « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie ». Le 12 mars, le ministre Blanquer assène qu’il n’y a aucune raison de fermer les écoles, le soir même la fermeture générale est annoncée. Le 11 mars, on a ce  tweet  de Macron, « Nous ne renoncerons à rien, surtout pas à rire, à chanter, à penser, à aimer, surtout pas aux terrasses, aux salles de concert, au fêtes de soir d’été, surtout pas à la liberté », mais le 12, les écoles ferment et le 14, le début du confinement général est décrété. Point d'orgue des ces irresponsabilités en rafale, la déclaration solennelle du chef de l'Etat selon laquelle « nous sommes en guerre », et son appel comminatoire à l'union pour conduire cette « guerre ». Enfin, l'acmé de cette irresponsabilité avec les mesures prises pour s'arroger les pleins pouvoirs pour mener cette « guerre ».

Les raisons de cette irresponsabilité massive

Dès lors que cette irresponsabilité massive est reconnue, il reste encore à en expliquer les raisons. D'aucuns l'attribue au fait que les membres de ce gouvernement, de part leur extraction sociale et leur formation élitiste, seraient déconnectés de la réalité. Le pouvoir ainsi socialement cadenassé ne pourrait que multiplier les couacs de communication et les errements stratégiques. Il y a certainement du vrai dans tout cela. Mais, s'en tenir là, serait faire l'impasse sur l'idéologie qui animent en toute chose les dirigeants politiques du pays. L'idéologie des « premiers de cordée » dont les richesses viendraient « ruisseler » sur l'ensemble de la société. Les premiers de cordée, en d'autres termes, « les marchés financiers » qui gangrènent l'ensemble de notre économie. Obnubilé par ces marchés financiers, par la préservation de leurs rendements et de leur profits, le pouvoir cafouille, incapable de prendre la crise sanitaire à bras le corps. C'est cette idéologie, qui, dominant les pensées et les actes de Macron et de son gouvernement, a conduit à la politique du « zéro stock » en matière de masques, produits de dépistage, respirateurs.... C'est elle qui a motivé les décisions de ce gouvernement et de ceux du temps de Sarkozy et de Hollande, qui ont provoqué la fragilisation du système de santé, le sabotage du service public, l'asphyxie des recherches fondamentales, notamment sur les virus émergents, pour privilégier les recherches axées sur les débouchés « rentables ». C'est cette idéologie qui a poussé à la délocalisation des entreprises pour maximiser les profits. On en finirait pas d'énumérer les dégâts qu'elle a provoqués.

L'invocation de l'Etat - providence laisse sceptique

La gestion calamiteuse de cette crise servira-t-elle de leçon à Macron et son gouvernement ? A suivre notre champion du néolibéralisme, ce serait le cas. N'a-t-il pas déclaré le 12 mars que l'Etat-providence est « un bien précieux(...) un atout indispensable » ? N'a-t-il pas enfoncé le clou avec cette incise : « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. » N'a-t-il pas annoncé « une rupture » pour l'après crise ? Comment le croire. Tout dans sa gestion de la crise incite au scepticisme. Rien ne permet de penser qu'il conçoive un Etat- providence au service de l'humain.

Le covid-19 est une calamité. Pour s'en prémunir, dans la mesure du possible, il ne nous reste plus que le confinement. Mais après, lorsque la crise sanitaire sera surmontée, nous n'avons aucune assurance qu'elle ne soit pas instrumentalisée par ce même pouvoir qui nous a conduit où nous en sommes aujourd'hui. Après tant de palinodies de sa part, rien ne nous garantit qu'il ne prenne prétexte de la situation difficile dans laquelle nous allons nous trouver, pour imposer une politique de « l'après-guerre » : austérité tous azimuts et autoritarisme sans limite.

Roger Hillel 29 mars 2020

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28