L'INDOMPTABLE

Face à la bêtise qui fait de l'être humain le cimetière de l'humain, le sourire d'une révolution porte l'espoir de définir des horizons autres que ceux des guerres, de la domination et de la négation, aux dominés, du droit de vivre...

Votre Excellence,

J'ai l'honneur de ne pas m'adresser à vous, de solliciter votre absence, pour écrire sans concession, ce qui fait ma révolution...

D'emblée
Je dois vous faire un aveu...
En ce dimanche sans histoires
J'étais pénard
Pour quelques moments
D'évasion
Il a fallut que le maudit écran
Ou son côté amusant
C'est selon...
Me jette à la gueule 
Les rêves exilés
De trois enfants
Qui ne sont plus
Et voici que me prend
Le désir ardent
D'arracher quelques mots
Aux cris stridents
Qui peuplent mon silence
Sans vraiment vous les adresser
Mais...
Peut-être qu'ils finiront
Par vous lire
Qui sait ?

C'est insolent, ce que je m'apprête à écrire. Mes mots peuvent même être révoltants, à être à votre place ou - à défaut !- à se tenir de votre côté. Enfin, je l'imagine plutôt mal que bien. Car, pour ainsi dire, je ne peux être ni à votre place, ni de votre côté.

Pour commencer
Je n'ai pas fait mon service militaire
Mon rapport à la terre
N'est pas celui où la vie
Doit être une offrande à la guerre

Vous voyez ? Pour un début, ce n'est déjà pas mal !

Je me vois mal en soldat
Faire le "oui"
Quand il faut être le "non"
Surtout ...
Quand il est question
D’abandonner Don Quichotte
A ses moulins
Cervantès m'en excusera 
Et son ami Sancho Panza

Quand c'est de fleuves de sang
Qu'il s'agit
L'histoire bannie
De toute poésie
En proie au déshonneur
Devient l'otage toute désignée
De l'horreur...

L'ignominie, c'est quand arrive la langue nuit où Stockholm et Lima célèbrent les noces de la victime et du bourreau, sans savoir vraiment qui des deux prend la vie de l'autre et qui, des deux, laisse sa vie à l'autre. C'est l'éternelle énigme !

Votre Excellence,

Mon écrit gagnerait sans doute à être mieux présenté. Je le reconnais. Pour la forme, ce n'est pas gagné, pas plus que ça ne l'est pour le fond. Mais, bon ! Passons...

Je crois vous devoir le soupçon d'une consolation.

Ma feuille n'est pas morte
Elle n'est pas tombée d'un arbre
Elle ne regrette ni fruits
Ni histoire
Pas même la douceur d'une attente
Au clair d'une lune à dessiner...

 

Sale gosse !
On me l'a dit tellement de fois
Que je regrette les rares fois
Où je ne l'ai pas mérité !

Tête à claques !
Je préfère infiniment
Cette tête-là
Aux têtes bien faites
Sous les casquettes
Qui ne vivent que l'instant d’obéir
Au chef !

Des têtes si bien faites
Sous leurs casquettes
Qu'elles n'ont de patrie
Que la soumission
Au bon vouloir
Du porte-galons !

Pour conclure,
Entre l'honneur, les honneurs et les galons, l'histoire n'a pas finit de remplir les océans de larmes et de sang.

Votre Excellence,

Veuillez ne pas agréer l'hypocrisie de ma très haute considération.
Hacène LOUCIF.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.