Le gâchis des bleus: Zahia, au secours!

La messe est (presque) dite. Pour avoir la plus petite chance de rattrapage la France du Mondial doit compter sur une victoire nette dans le dernier match de premier tour, et espérer qu'il n'y ait pas de nul entre les deux autres équipes de son groupe.


domenech_36839_5297.jpgÇa va être coton. Ce genre de calcul précède souvent la sortie par la petite porte. Parce qu’on n’a pas été capables d’entrer par la grande.
Je me suis un temps demandé si les résultats très moyens des bleus en matchs amicaux étaient une stratégie pour endormir à l’avance les adversaires du mondial, et s’ils allaient sortir les griffes une fois la compète venue. Que nenni. En fait de griffes, ils ont des mitaines.
Quel gâchis de voir des joueurs dotés d'un réel talent individuel, qui font le bonheur de grands clubs européens, balbutier ainsi leur foot. Au point de tacler un joueur adverse dans les 16 mètres et prendre un pénalty évident et prévisible simplement parce qu’on a laissé des trous - que dis-je, des trous: des fosses, des abysses - en défense: grave à ce niveau d’enjeux. Cette image, comme celle du premier but, illustre bien la détresse et l’esseulement des joueurs.
Où sont les fulgurances de Ribery? Il a trop fumé de marocain - enfin, je veux dire de marocaine. Il aurait fallut mettre Zahia derrière les but adverses pour avoir une chance de marquer. Où est l’organisation collective, la créativité, cette touche aérienne de génie de 98? Disparue.
Et l’on voit que c’est une affaire de sélectionneur. Après Jacquet, Lemerre a bien vu son équipe gagner l’Euro 2000, mais elle était sur la lancée du Mondial 98. En 2002, élimination dès le premier tour du Mondial. Exit Lemerre. Puis Santini, avec peu de résultats. Enfin Domenech. Et par miracle la France en finale en 2006. Mais une France dont on sentait déjà la décomposition, la perte de cohésion, l’irrégularité, et qui a eu la chance de bénéficier de quelques anciens de 98 grâce auxquels elle est allé jusque là.
World_Cup_7511.JPG
Et depuis, la cata. Et Domenech qui fait le clown à la télé. Domenech qui impose à ses joueurs sa conception tactique, conception inefficace et castratrice. Qui n’a pas su tirer le meilleur parti des joueurs, ni leur insuffler la créativité de 98. Un seul joueur a fait preuve de lucidité à la fin du match: le capitaine Patrice Evra qui dit que la France est une petite nation du football.
Autant de talents individuels pour ce gâchis collectif!
Je me disais depuis un moment que Domenech avait l’air de plus en plus décalé et déconnecté. Là on est carrément devant une déficience intellectuelle. Il aurait voulu faire perdre qu’il ne s’y serait pas pris autrement.
Si les bleus se sauvent lors du prochain match, ce ne sera pas grâce à l’esprit fumeux, compliqué et malade de Domenech. L’apprenti-sorcier s’est pris les pieds dans le balai. S’ils se sauvent ce sera malgré leur coach, c’est parce qu’ils feront comme ils ont envie, parce qu’ils auront retrouvé un sursaut de fierté et le plaisir de jouer. Ou parce qu’ils voudront toucher les primes pour se payer une deuxième Ferrari, une deuxième Bentley, une deuxième Zahia, etc...
Et pendant ce temps la France des smicard et des rmistes, la France qui en bave, soutient avec coeur les millionnaires arrogants que sont ses joueurs. Même Roselyne Bachelot y va de son couplet surréaliste: «Il faut être derrière eux aussi dans la difficulté».

Pour leur donner un coup de pied aux fesses, oui!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.