Donne-moi tes chaussures

Les enfants aiment marcher dans les chaussures des grands. Ils se sentent eux-même devenir adulte, l'espace de quelques pas. C'est l'âge où ils acceptent d'apprendre de l'autre, avant que l'adolescence ne vienne les centrer sur eux-mêmes. Je me suis déjà demandé ce que cela ferait de porter les chaussures d'un autre. Qu'apprendrait-on de lui ou d'elle?

Les enfants aiment marcher dans les chaussures des grands. Ils se sentent eux-même devenir adulte, l'espace de quelques pas. C'est l'âge où ils acceptent d'apprendre de l'autre, avant que l'adolescence ne vienne les centrer sur eux-mêmes. Je me suis déjà demandé ce que cela ferait de porter les chaussures d'un autre. Qu'apprendrait-on de lui ou d'elle?

On saurait comment il ou elle marche. L'usure des semelles n'étant pas la nôtre on saurait comme l'autre porte son corps, donc comment il se présente à la vie. Bien sûr l'idée est symbolique: il faudrait avoir la même pointure et la même forme de pieds pour que ce soit possible.

Mais il y a deux ans l'idée m'a séduit et j'en ai écrit une chanson. Je la présente ci-dessous sur une vidéo. Ce n'est pas une vraie vidéo, mais le format facilite son intégration. J'en profite pour en mettre deux autres au format audio. Je prépare un CD - album numérique de 12 ou 14 titres. Un musicien professionnel m'a peaufiné les arrangements et j'enregistrerai dans son studio en septembre. J'ai fait une maquette sur mon Mac, donc ce n'est pas un travail déjà fini: la bande-son est unipiste, la voix prise dans un micro non professionnel, et jetravaille encore le chant et l'intention. Le mixage n'est pas top non plus. Mais cela rient déjà la route.

 

En novembre l'abum devrait être terminé et sera mis en ligne sur iTunes. Le lien suivant annoncera sa sortie: www.goetelenjohn.ch. Voici déjà "Donne-moi tes chaussures":

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En audio: Lisa Lisa (cliquer sur l'espace blanc, cela devrait s'ouvrir - enfin j'espère)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Doa (la lapidation) (idem)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En souvenir de Doa Khalil Aswad, membre de la communauté religieuse Yézidi au Kurdistan irakien, lapidée à l’âge de 17 ans  le 7 avril 2007 par les hommes de sa famille, pour avoir aimé un garçon étranger à son clan et à sa religion.

En mémoire de toutes les femmes et les hommes lapidés au nom de la religion ou de coutumes qui portent atteinte à l’intégrité de la personne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.