Marée noire: nouvelle fuite, mais peu d’années de dégâts

Alors que le nouveau couvercle est testé depuis maintenant plus de 48 heures, avec succès jusqu’à hier puisque la fuite semble avoir été stoppée, on apprend aujourd’hui qu’une nouvelle fuite a été détectée dans les environs du puits bouché


maree-noire1.jpg
En fait les informations semblent contradictoires.
La nouvelle fuite s’est produite alors que les tests d’obturation du puits avec le nouveau dôme donnaient satisfaction. Il est à noter que les ingénieurs craignaient dès jeudi que la pression qui allait monter en fermant le puits ne puisse créer des brèches et ouvrir ainsi de nouvelles fuites.
La compagnie BP informe de manière relativement peu transparente. On ne saura ainsi jamais exactement la quantité de pétrole qui a fui dans la mer. Peut-être était-il impossible de le mesurer exactement. Par contre cette nouvelle fuite doit bien être visible. L’océan faisant partie du patrimoine de l’humanité, on attend que BP veuille bien faire acte de transparence dans ses informations. Les seules qui soient précises sont le coût de la marée noire pour le pétrolier: près de 4 milliards de dollars à ce jour.
La «résilience» de la nature
En ce qui concerne la marée noire elle-même les expériences passées permettent de se faire une idée du temps qui sera nécessaire pour réparer l’écosystème.
Marée-noire2.jpgAlors les dégâts sont certes toujours très importants. Mais en regard de l’ampleur de ces catastrophes, la rapidité de réparation de la nature est phénoménale et encourageante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.