REEDUCATION À l'HOPITAL HENRY GABRIELLE

Depuis plus de 16 mois et après quatre opérations chirurgicales, me voici toujours hospitalisé à HENRY GABRIELLE, un remarquable hôpital spécialisé qui appartient au groupe public des H.C.L. Il est situé à Saint-Genis-Laval, au sud est de Lyon. Ma maladie principale est une paraplegie résultant d'un accident de la route dans lequel un camion fou a écrasé notre véhicule avec 100 % de tort.

Bien sur cet hôpital Henry Gabrielle est un établissement spécifique qui accueille essentiellement des malades medullaires. Ici on les appele les "patients" car ils souffrent de troubles liés à moelle épinière ou aux nerfs qui contrôlent les membres ou des organes internes. Une grande partie des patients, incapables de marcher, se deplacent en fauteuil à roue grâce aux leçons données par les excellents kinésithérapeutes de la maison.

Les origines des troubles sont diverses : accidents de la route, accidents sportifs ou du travail, chutes, AVC, autres maladies ou suites d'opérations mal terminées...Certains malades doivent aussi être soignes pour des affections secondaires liées au milieu hospitalier       ( diverses escarres,  phlebites...).

Mais les paraplegies, ces graves aléas de la vie, sont de plus en plus fréquentes et touchent les deux sexes, ainsi que les enfants, soignés dans un autre établissement que le nôtre.

Les malades participent tous les jours activement aux soins. L'objectif c'est de reforcer l'autonomie nécessaire aux handicapés après leur sortie de l'hôpital, le retour à la maison , voire la reprise du boulot. C'est ainsi que les malades sont responsables des sondages urologiques et de l'entretien quotidien des boites de stomie après operations.

La durée du séjour se compte en mois et parfois en années. Les patients doivent donc faire preuve d'une longue patience dans leur rééducation confiée à un personnel très compétent et qui ras-semble tous les corps de métiers nécessaires. Pour chaque activité successives les séances durent une demi-heure. 

On y trouve les médecins, les spécialistes, les pychologues, et d'autres spécialités que j'ignorais jusque ici. Il y a bien sûr les infirmières spécialisées ainsi que les agents de soins.

Les infirmières jouent un rôle important dans la continuité du service. Elles assurent une ambiance positive par leurs relations avec tous les malades que la longeur des soins peut plonger dans une déprime relative. 

C'est pourquoi les relations et les visites des familles et des amis sont encouragées comme des facteurs de guérison.

Il en est de même pour les "permissions de sortie" dont nous parlerons dans un prochain billet de ce blog.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.