Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mai 2013

La Revue « Egypte »

 Les lecteurs qui s’intéressent à l’égyptologie se demandent souvent quelle publication française pourrait leur apporter, au-delà du sensationnel sans lendemain, des informations sérieuses et des synthèses sur les découvertes anciennes ou récentes de l'égyptologie.

Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Couverture du numéro 68. © Centre d'égyptologie

Les lecteurs qui s’intéressent à l’égyptologie se demandent souvent quelle publication française pourrait leur apporter, au-delà du sensationnel sans lendemain, des informations sérieuses et des synthèses sur les découvertes anciennes ou récentes de l'égyptologie.

Or une telle revue existe. Elle se nomme : Égypte Afrique & Orient. Elle est publiée par le Centre d'égyptologie, une association basée en Avignon, mais dont les activités s’étendent à la Provence et à une partie du Languedoc. La revue, dirigée depuis sa création en 1996 par Thierry-Louis Bergerot, est disponible seulement par abonnement annuel. Mais on peut en trouver également des exemplaires à la boutique RMN du Louvre et dans quelques rares librairies spécialisées en archéologie.

La parution est trimestrielle. Chaque numéro est consacré à un sujet décliné en plusieurs articles, tous rédigés par des spécialistes, c'est-à-dire des égyptologues confirmés et des doctorants, français ou francophones. Les textes sont d’un bon niveau intermédiaire, compréhensibles par tous les amateurs et les étudiants. Donc pas d’articles jargonnant trop longs ou trop abscons, ni de thèses caricaturales sur les pyramides préfabriquées ou les galeries en colimaçon de Khéops !

Nous sommes ici dans le domaine de l’excellente vulgarisation, celle qui respecte la vérité scientifique en la mettant à la portée des esprits cultivés. L’illustration abondante en noir et blanc, plus rarement en couleur, comprend beaucoup de plans des sites archéologiques. Les photos sont souvent complétées par des dessins. Les  relevés de bas-reliefs et des inscriptions hiéroglyphiques s’avèrent en effet plus parlant que les photos qui écrasent les détails. Enfin les notes et les indications bibliographiques permettent de prolonger éventuellement la lecture.

Ainsi le numéro 67 (septembre 2012) traite du Temple égyptien. Il s’agit d’un premier volet centré sur la vie et le fonctionnement du temple antique. Il comprend notamment un article sur l’administration du Ramesseum, par le charismatique Christian Leblanc, directeur de la mission archéologique française de Thèbes-Ouest (ici). Ou encore une étude de Karnak comme lieu de guérison à l’époque tardive, par Laurent Coulon, brillant égyptologue du CNRS à Lyon.

Un blog de Tanis (cliché MFFT) © MFFT

Le numéro 68 (janvier 2013) considère le Temple égyptien dans un second volet concernant  l’architecture et l’archéologie. Luc Gabolde, spécialiste reconnu de  Karnak, analyse les contingences religieuses et les contraintes géomorphologiques pour l’implantation du temple. Jean-François Carlotti traque les modifications du « Grand château d’Amon » de Sésostris sur le même site. Philippe Brissaud, directeur de la mission française des fouilles de Tanis (ici) présente les premières études du temple de Mout dont il vient de mettre à jour le lac sacré, avec d’admirables reliefs.

Le numéro 69 (mars 2013) est consacré aux Femmes dans l’égyptologie au XIXe siècle. Il s’agit des premières femmes qui ne craignent pas d’arpenter les sites archéologiques : romancières, voyageuses curieuses et expertes ou épouses d’égyptologues tout aussi compétentes que leur mari. C’est le cas de Marguerite Naville, évoquée par l’égyptologue Jean-Luc Chappaz, conservateur du musée de Genève. En prime on trouve ici un article très critique sur l’exposition du centenaire de Néfertiti à Berlin. Il émane de l’égyptologue Christian Loeben, directeur des collections égyptiennes du Museum Kestner à Hanovre.

Ajoutons que Jean-Luc Bovot, égyptologue au Louvre, tient une chronique régulière sur le multimédia axé sur l’égyptomanie. Enfin les sujets des prochains numéros qui sont fixés par le comité scientifique de la revue sont annoncés à l’avance. Ainsi le N° 70 traitera du milieu rural égyptien, le N° 71 de magie et de médecine, et le N° 72, des villes, habitats et jardins.

Le Centre d'égyptologie développe un nouveau site internet où l’on trouve tous les renseignements nécessaires. En particulier on peut y télécharger un index très utile de tous les articles parus dans la revue et dans les publications annexes depuis 20 ans. Edité en PDF, il comporte un double classement, par auteurs et par sujets.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa