Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 mars 2015

Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Un scarabée en or de Néfertiti

 C’est un petit scarabée égyptien en or qui a permis de dater l’épave d’un navire antique découverte en 1982 au sud de la ville turque de Kas, à l’est de la ville actuelle de Bodrum, l’ancienne Halicarnasse. Au revers, il porte le cartouche de la reine Néfertiti, la célèbre épouse du pharaon Akhenaton.

Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un petit scarabée égyptien en or qui a permis de dater l’épave d’un navire antique découverte en 1982 au sud de la ville turque de Kas, à l’est de la ville actuelle de Bodrum, l’ancienne Halicarnasse. Au revers, il porte le cartouche de la reine Néfertiti, la célèbre épouse du pharaon Akhenaton.

L’épave a été fouillée de 1984 à 1994 par une équipe d’archéologues turcs et allemands. Le navire reposait sur une pente de 42 à 61 m de fond. Le matériel recueilli et le bois du bateau sauvegardé se trouvent maintenant au musée d’archéologie sous-marine de Bodrum, dans le château Saint-Pierre. Cette embarcation de l’âge du Bronze est la plus vieille épave fouillée in situ dans le monde.

UN NAVIRE DE COMMERCE PHENICIEN :

Large et rond comme un navire marchand, le bateau mesurait 9 m de long. Il était doté d’une importante quille lui permettant de naviguer en mer, contrairement aux navires fluviaux à fond plat. La coque en bois était assemblée par tenon et mortaise, selon la technique phénicienne.

La cargaison a été estimée à 13 tonnes de marchandises. Mais il faut lui ajouter plus de 3 tonnes pour les 24 ancres en pierre percée. Elle comprend :

1) du métal : 354 lingots de cuivre en forme de « peau de bœuf », 121 lingots de cuivre de forme dite « plano-convexe », 68 lingots d’étain, soit plus de 11 tonnes au total.

2) du verre : 175 galettes de verre bleu de 2 kg destinées à la refonte, 26.000 perles de verre, 70.000 perles de faïence.

3) des produits de teinture : orpiment et des milliers de Murex Opercula.

4) des produits liquides contenus dans 150 amphores cananéennes pour l’huile, les épices, les olives et l’essence de térébenthine.

5) du bois précieux d’ébène, de l’ambre, des œufs d’autruche.

6) des outils et des armes en bronze.

7) de la vaisselle en faïence, en cuivre, en bronze.

8) des objets de prestige en ivoire d’éléphant et d’hippopotame, ainsi que des parures et des bijoux en or inspirés par un goût égyptien qui révèle les premières formes d’égyptomanie.

9) des poids (au nombre de 149) de forme géométrique et d’autres en forme d’animaux (sphinx, lion, vache).

10) enfin, une double tablette en bois recouverte de cire, probable carnet de bord du capitaine avec le répertoire de la cargaison aujourd’hui effacé.

UNE EPAVE DE L’AGE DU BRONZE RECENT :

La construction du navire a pu être datée du deuxième tiers du XIV° siècle avant J-C par dendrochronologie, technique basée sur l’étude des cernes concentriques du bois lors de son abattage. Cette datation est affinée aux alentours ou après 1350 par la présence du scarabée au nom de la reine Néfertiti. Son époux est le pharaon Amenhotep IV, devenu ensuite Akhenaton dans le cadre du culte du dieu solaire Aton. En effet ce règne, qui annonce la fin prochaine de la XVIII° dynastie, se situe aux environs des années 1360 – 1340 avant J-C, avec de légères variations selon les différents égyptologues spécialistes de la période d’Amarna.

Le navire de commerce levantin faisait route vers l’ouest. Il transportait une cargaison embarquée dans un port palestinien, puis complétée à Chypre. Il se dirigeait ensuite vers la mer Egée et les ports des principautés mycéniennes alors en pleine expansion. Son naufrage au large du cap d’Ulu Burun en fait un témoin essentiel sur son époque.

Cette épave atteste de l’importance des échanges maritimes lointains à travers la Méditerranée à l’époque du bronze récent. Ce commerce, loin de se limiter aux produits de luxe, porte principalement sur des matières premières pondéreuses d’intérêt stratégique, comme ici les 11 tonnes de cuivre et d’étain. Les échanges qui excèdent le simple cabotage se réalisent à chaque escale par le troc, sans recours à une quelconque monnaie universelle. Des sociétés différentes et éloignées pratiquent ainsi de fructueux contacts. Les objets de luxe émanent ou s’inspirent de la civilisation millénaire pharaonique qui domine alors l’espace. Mais les objets fabriqués en Egypte sont rares. Des artefacts d’égyptomanie, produits en masse par milliers dans les cités maritimes du Levant, sont alors exportés dans toute la Méditerranée.

Par les mêmes voies se propagent, à travers l’immensité maritime, les modes et les usages, les techniques et les inventions, les idées, les mythes et les croyances, facteurs multiples de la fusion d’un monde antique en gestation.  

Ces objets qui incarnent l'histoire de la Méditerranée (2)

NB : Ce billet poursuit la série consacrée aux objets emblématiques qui incarnent l’histoire de la Méditerranée, matrice complexe au long court, dans un continuum sans cesse bouleversé, entremêlant dans ses flux et ses reflux, les espaces, les peuples, les siècles, les civilisations et les mythes, des origines antiques jusqu’à nos jours tumultueux.  

(1) L’Aiguière de Saint-Denis, à voir ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens