Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 oct. 2015

Corneille de Lyon entre au Musée des Beaux-arts

C’est un petit portrait, et pourtant magistral, «  L’Homme au béret noir tenant une paire de gants », peint vers 1530, qui entre au Musée des Beaux-arts de Lyon au moyen d’une souscription publique. Le peintre Corneille, natif de La Haye, porte aujourd’hui le patronyme de la ville où il a longtemps résidé et où il a produit l’essentiel de son œuvre.

Horus
Chercheur en Egyptomanie. Handicapé. Citoyen et militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

→ Homme au béret noir tenant une paire de gants, vers 1530. © Photo : MBA Lyon / Alain Basset. © 

C’est un petit portrait, et pourtant magistral, «  L’Homme au béret noir tenant une paire de gants », peint vers 1530, qui entre au Musée des Beaux-arts de Lyon au moyen d’une souscription publique. Le peintre Corneille, natif de La Haye, porte aujourd’hui le patronyme de la ville où il a longtemps résidé et où il a produit l’essentiel de son œuvre.

Le peintre Corneille de Lyon (entre 1500 et 1510 - 1575) qui a magistralement illustré l’art du portrait dans sa ville d’adoption au temps de la Renaissance n’était pas représenté au Musée des Beaux-arts. C’est chose faite avec l’acquisition de ce chef-d’œuvre, financée par une souscription publique et par le mécénat d’entreprise, sans aucune contribution publique. En effet, le prix d’achat dans une collection particulière anglaise s’élève à 635 000 € (450 000 livres). Plus de 1.300 lyonnais ont répondus à l’appel, souscrivant pour 300 000 €. Le reste provient des mécènes regroupés dans la Fondation du Cercle Poussin.

Corneille, originaire de La Haye en Hollande est né entre 1500 et 1510. Il est déjà établi à Lyon en 1533 et bientôt il épouse la fille de l’imprimeur Fradin, intégrant ainsi le milieu des artistes et des humanistes. En 1534 il est déjà « peintre de la Reine Eléonore », dernière épouse de François I°. Puis il est naturalisé français par un décret d’Henri II en 1547 qui le désigne comme peintre ordinaire du roi. Dès lors, bien que résident à Lyon, son œuvre se divise en deux séries. D’une part des portraits privés des familles princières de la Cour. D’autre part des portraits  de bourgeois, d’humanistes, d’imprimeurs et d’artistes lyonnais. Cette seconde catégorie constitue la majorité des œuvres de l’artiste aujourd’hui perdues ou non encore attribuées.

«  L’Homme au béret noir tenant une paire de gants » est présenté pour la première fois au Musée des Beaux-arts dans le cadre de l’exposition « Lyon Renaissance. Arts et Humanisme ». Il est exposé dans une salle où sont rassemblés 18 portraits peints par Corneille, venus des plus grands musées du monde : Louvre, Versailles, Londres, Florence, Modène, New York, Vienne, Anvers, Gênes. Cette série qui comporte 5 portraits de cour et 13 figures lyonnaises est la plus grande exposition jamais réalisée des œuvres de Corneille.

→ Pierre Aymeric, 1534, Louvre, inventaire 1976-15. © Photo : Louvre. © 

Ce type de portrait de petites dimensions, peint à l’huile sur bois, est rapidement devenu un véritable genre, du vivant même du peintre. Un commentateur du XVII° écrivit qu’il excellait à peindre « des petits portraits au naturel qu’on nomme  Cornilla ». Ses caractères ressortent bien dans la série présentée : frontalité du modèle limité au buste, avec rarement une main apparente ; le regard dirigé vers le spectateur ; un éclairage diffus et sans ombre ; un fond uniforme (souvent vert) ; un cadre à peine esquissé. Bref, la simplicité et la désinvolture, allant à l’essentiel du sujet.

L’exposition  permet d’effectuer des comparaisons. Un des tableaux du Louvre faisait jusqu’alors référence pour l’art de Corneille. Il représente Pierre Aymeric natif de Saint-Flour, devenu consul de Lyon. C’est la seule œuvre actuellement connue à être signé et datée au verso de 1534. Force est de reconnaître que le nouveau venu, probablement peint à la fin des années 1530,  L’Homme au béret noir tenant une paire de gants, ne lui cède en rien. Dans les deux cas, Corneille fait d’un portrait direct, sobre et vif, l’expression vivante du caractère de son modèle. Malgré son petit format, c’est bien un chef d’œuvre de la Renaissance qui entre au Musée des Beaux-arts de Lyon.

Cartel :
Homme au béret noir tenant
une paire de gants
, vers 1535
Huile sur bois - 24,1 x 18,5 cm
Lyon, Musée des Beaux-arts.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau