Ras le bol de ce fichu qu'est le "voile"...

Comment un État Républicain qui se respecte dans ses hautes valeurs de respect des libertés individuelles, s'abaisse t-il jusqu'à demander aux Instances parlementaires de légiférer sur la dénudation de la chevelure de ses citoyennes? Telle est la question.

Vu d'ailleurs,  ce " débat"  autour du voile  apparait comme un phantasme, une obsession...
En quoi un fichu sur la tête d'une femme serait-il à l'encontre des "valeurs républicaines"?

 Dans la vigilance anti-terroriste normale et attendue y compris par ces femmes voilées, nul

n' a, à ce jour, pu faire un quelconque lien  entre le port du voile et une quelconque "radicalisation".

C'est à prendre en compte et à souligner !

Cette obsession du voile relève donc d'un autre registre à décoder.

Comme le signalait un sociologue américain dont j'ai oublié le nom, la nudité des femmes africaines était considérée, dans le temps, par les blancs, comme signe d'appartenance à un peuple de sauvages.

C'était en référence à leurs mères, sœurs et épouses, toutes engoncées dans des tenues conçues pour ne dévoiler aucun bout de chair et même pas les cheveux, protégés par des fichus et des chapeaux et jusqu'aux mains gantées...

Aujourd'hui, recouvertes et voilées, ces femmes d'outre-mer, n'en restent pas moins" hors civilisation" pourrait-on dire, parceque trop voilées...

Comme autrefois, parce qu'elles étaient  trop dénudées, aujourd'hui, elles derangent encore parce ce qu'elles sont trop couvertes!

C'est dire le degré d'aliénation à une norme imposée, auquel on est arrivé !

Valable pour ces femmes qui se voilent sans y être vraiment contraintes comme l'ont été leurs aïeules et tout autant pour celles qui les  pourfendent au nom d'un féminisme étriqué essentialiste et apolitique.

Ras le bol de cette instrumentalisation d'un fichu qui déguise mal la carence des Partis politiques à proposer au peuple français un projet de société qu'il agrée comme digne de son long et tumultueux  combat depuis la prise de la Bastille.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.