Houria Chafai
Professeur de Psychiatrie à la retraite;
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2021

Spinosa a raison

La vérité historique face à une instrumentalisation conjoncturelle de l'Histoire.

Houria Chafai
Professeur de Psychiatrie à la retraite;
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Ne pas rire, ni pleurer, ni détester, ni maudire, mais comprendre".

Cette invite de Spinoza m'a guidée dans ma réaction au Rapport de Benjamin Stora.

Oui, Spinoza a raison. Il est vain de réagir par le sarcasme, les pleurs, l'imprécation...

L'important est de comprendre et donc de rechercher la Vérité, cette quête exigeante de l'Histoire.

La mémoire n'est pas l'Histoire.

Elle y participe, certes, dans le recueil  des données utiles et nécessaires à vérifier, croiser et recouper pour fonder une vérité historique.

Seule, cette vérité là, peut frayer un chemin pour comprendre assumer et gérer des blessures mémorielles.

Toute autre démarche ne relève que d'une politique conjoncturelle.

C'est, apparemment, cette démarche là qu'a emprunté Benjamin Stora dans son rapport de mission.

Certes, il revêt l'habit d'historien pour donner à son rapport la crédibilité nécessaire d'où la profusion inutile de références à ses pairs, entachée quand- même de sélectivité et d'oublis insolites.

C'est aussi cette démarche politique qui explique sans doute ce souci prégnant de privilégier les mots les plus anodins pour qualifier les pires maux.

Impossible, en effet, de  ne pas relever l'utilisation systématique d'euphémismes et de termes édulcorés pour rendre compte d'une réalité historique autrement plus rude.

Les exemples de cet exercice de style abondent et je ne les pas tous notés. Juste quelques exemples:

La conquête coloniale ? Une "brutalisation de la société" ! La guerre de libération nationale, un avatar malheureux d'une histoire qui aurait pu être autre s'il n'y avait pas eu toutes ces  malencontreuses "exactions". Jusqu'à utiliser le terme "d'accueil" pour évoquer le parcage de nos malheureux frères harkis dans des camps d'internement...

Malgré cet outrage fait à nos mémoires d'Algériens, suivons quand même le conseil de Spinoza !

Exigeons juste, sans acrimonie, sans dérision et encore moins sans pleurs que la Vérité historique soit rétablie.

Cette vérité est pourtant avérée.

Après plus de 40  longues années de guerre aux relents génocidaires, la résistance du peuple algérien a finalement été vaincue.

Enfin a été ouverte la voie d'une colonisation pleine et entière.

Une colonisation de peuplement, le fameux "grand remplacement" qui hante, comme un fantasme inassouvi, et qui ressurgit aujourd'hui comme un refoulé. 

Réactivé par tous ces vaincus de l'Histoire, des paranos ridicules s'ils n'étaient pas dangereux qui projettent sur l'Autre leur ancien rêve: leur Algérie à eux, avec juste quelques fatmas et quelques boys pour les servir... 

Une  fantasmagorie a effectivement longtemps prévalue. Celle d'une contrée inculte, arrachée de haute lutte par de valeureux soldats à une peuplade qui la laissait en friche et qui a été cultivée et développée grâce au courage et à la sueur de pionniers...

Normal que ce mythe ait pu être entretenu aussi longtemps? 

Il a fallu quand même de longues décennies pour ébrécher cette fantasmagorie malgré les travaux des historiens. 

Est-ce normal?

C'est la question que je pose aux citoyens français et surtout aux intellectuels de l'époque.

Ne savaient-ils pas que ces trois départements de la République française n'étaient pas soumis aux mêmes règles de fonctionnement que les leurs? J'en doute. Impossible de l'ignorer.

Ont-ils cherché à savoir pourquoi? Peut-être ! Mais apparemment, ça ne les a pas dérangé outre mesure...

Et pourtant, il y avait de quoi s'interroger.

Pourquoi après avoir assuré la colonisation pleine et entière, l’État français a t-il dérogé à ses principes républicains en communautarisant les habitants de cette contrée pourtant intégrée à la nation.

En effet, les habitants ont étés classés en deux communautés: celle des français regroupant tous les nouveaux arrivés et  celle  étiquetée "indigènes" comprenant tous les autochtones, berbères, arabes et juifs.

Qui a communautarisé une population annexée de fait à la Nation française?

C'est un État Républicain anti communautariste.

Bien pis, ce même État Républicain a aggravé  davantage la communautarisation en scindant cette communié. 

Et, au nom de quoi? Incroyable mais vrai ! Au nom de la religion !

Deuxième accroc dans le reniement des valeurs républicaines : la prise en compte de la religion des citoyens qui contredit pourtant le principe de la laïcité.

Oui, ce passé historique a de quoi nous faire  rire face au déferlement actuel  pour la sauvegarde menacée des valeurs de la République : laïque et anticommuniste.

Mon œil, dirait mon petit fils, mais restons fidèle au conseil de Spinoza, ne pas en rire ni en pleurer...

Notre exigence est claire. celle de la vérité historique. Uniquement !

On la doit à nos aïeux. 

Moi, personnellement à mon arrière grand-mère rescapée d'une enfumade où a péri tout son douar, d'autres plus jeunes à des pères, frères ou sœurs broyés dans cette guerre de libération horrible et pourtant, oh combien nécessaire.

Oui, Novembre a été pour nous un espoir de lendemains meilleurs. Le 11 décembre , occulté, a été  pourtant l'aurore de la fin de 

notre asservissement.

Nous, victimes mais aussi acteurs et actrices  de cette Histoire, sommes indignés à juste titre de ce rapport qui s'apparente à une prise d'otages.

Les otages, ce sont les milliers de nos frères et sœurs qui se sont retrouvés dans le pays de l'ex colonisateur. Beaucoup sont enfants ou petits enfants d'algériens ayant fui la misère du temps colonial.

D'autres, ont fui la déferlante islamiste partie à l'assaut de la République pour instaurer un Khalifat. 

Utile de rappeler , pour l'Histoire que cette mouvance a été soutenue par Mitterrand au nom des intérêts de la France.

Effectivement, son engagement néolibéral avait de quoi séduire.

  Qu'importe le prix qu'allait payer le peuple algérien en régression. Les intérêts de la France, avant tout !

La France a quand même bénéficié de cet épisode: des centaines de professionnels de haut niveau formés par l'Algérie sont venus compenser ses déficits. Je pense, entre autres à l'appoint des médecins et psychiatres.

Bref, on néglige tous ces aspects pour n'en  retenir qu'un, imposé par l’extrême droite : les immigrés vous pompent vos boulots ce qui n'est, a l'évidence pas le cas.

Autre antienne : leur réticence à la laïcité érigée, on ne sait pourquoi comme une valeur suprême.

Autre biais de cette prise d'otage: nous culpabiliser par rapport aux harkis pour évacuer leur propre culpabilité face à la façon dont ils ont "accueillis" comme dit Stora dans ses multiples euphémismes ces indigènes qui les ont secondés dans leur mission pacificatrice.

Non!  Les immigrés de tous bords et y compris quelques vieux harkis et leurs enfants font partie de notre Histoire et c'est à nous à prendre en compte la meilleure façon d’accueillir leurs demandes.

Vous êtes disqualifiés pour les représenter, donc la prise d'otage n'a plus lieu d'être.

Que dire encore de ce  rapport ?

Juste, que loin d'apaiser les blessures mémorielles il les a revivifiées.

En témoigne cette réaction partagée entre nous tous et toutes et que ma copine Fadila Chitour  a exprimé : nous avons gagné la guerre contre l'occupant colonialiste, nous l'avons bouté et récupéré notre Pays.

Ce n'est pas au vainqueur à demander des excuses. Reste au vaincu à faire son devoir. 

.

bradée par des  imprègne encore l'imaginaire  

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef