Houria Chafai
Professeur de Psychiatrie à la retraite;
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2021

Une série, reflet indiscret de l'Actualité...

une façon de décrypter les messages les messages d'une Série de Télévision...

Houria Chafai
Professeur de Psychiatrie à la retraite;
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Confinement oblige, j'ai dérogé à mes réticences que j'avoue être quelque peu élitistes et ringardes envers les Séries TV et j'ai regardé avec plaisir "Lupin à l'ombre d'Arsène".

L'idée qui m'a plu dans ce scénario est de partir d'un traumatisme vécu par un enfant pour éclairer son choix de s'identifier à ce héros d'un roman, seul legs de son père.

Un père jugé coupable d'un vol et coupable encore davantage de s'être pendu en cellule, abandonnant son fils dont il est le seul soutien.

Face à tout suicide d'un être cher, un questionnement multiple est inévitable surtout de la part d'un enfant jusque là chéri et protégé.

Impossible d'admettre que son père n'était qu'un minable voleur doublé d'un imbécile qui avoue  bêtement en l'absence d'aucune preuve et d'un lâche...

D’où le doute puis la certitude que son père a été piégé et son désir de le venger. Tout cela on le devine malgré la pauvreté des dialogues par lequel pêche nombre de séries...

Cela dit, le scénario se tient.

Face au  traumatisme d'une perte injuste et à nombre d'humiliations suggérées par exemple dans ce lycée huppé où l'a mis un  suspect donateur anonyme, seule la vengeance peut l'exorciser.

La meilleure façon de se venger n'est-elle pas de s'identifier à cet Arsène Lupin?

N'est-ce pas la suggestion inconsciente de son père au delà du message de son innocence ?

Oui, se venger de l'agresseur, "gentlemen" en apparence mais perfide, vicieux et sans scrupule en endossant le rôle antagoniste du gentlemen  cambrioleur qu'est Lupin et éventer les liens politiques et policiers qui tissent et protègent l'impunité de ces faux gentlemen.

Oui, cette idée d'un ado traumatisé par une injustice insigne l'amenant dans l'ombre d'Arsène éclaire le personnage de Lupin.

Oui, pourquoi Lupin s'est-il tant joué des conventions sociales étouffantes. Pourquoi son combat contre l'arrogance, la perversité et la malhonnêteté des puissants sans la niaiserie d'un Robin des bois mais en toute conscience des turpitudes des politiques et de leurs servants ?

Choisir un Noir pour ce rôle n'est pas la moindre trouvaille. Lupin n'était-il pas aussi dérangeant ?

Mais dans mon souvenir ancien de lecture, Arséne Lupin n'était pas aussi romantique que Assan ni exempt de violence.

D'être Noir l'oblige t-il à se débarrasser de son carcan de "virilité" pour ne garder du héros populaire que sa substantifique moelle? Tant mieux !

Oui, cette série vaut d'être regardée et décryptée : elle est bien d'actualité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart