l'imposture démocratique

Nécessité de revoir le concept de démocratie avalisée par les élections

15/11 2019

Une  petite réflexion personnelle au sujet du concept de démocratie, illustrée par l'actualité en Algérie.

On en est au 39eme vendredi où on bat les pavés et où une foule s'est fait peuple.

Encore un vendredi où je n’irai pas marcher. La hernie discale que j’ai provoqué  par inadvertance, de fait, par oubli de la fragilité de mon âge, m’impose  un repos.

Heureusement, je peux y participer virtuellement.

Les belles images des manifs atténuent quelque peu mon angoisse quant à la stratégie  évidente de la part du Pouvoir, ce même pouvoir, encore bien en place, de sauver les meubles et s’assurer une continuité, comme le montrent les nouvelles nominations à la tête de la Sonatrach et de la Banque d’Algérie, institutions clés et les Lois qu’ils ont fait voter au pas de charge par une Assemblée croupion.

Oui, qu'importe le respect de la Constitution qui restreint les pouvoirs du Président intérimaire et du chef du Gouvernement.

Dispositions légales outrepassées, depuis des mois et  balayées par la sortie d'une loi, hors affaires courantes à gérer et soumise à l'APN pour ratification en urgence.

Oui, qu’importe les images des travées de l’APN, désertées par les députés lors des débats de ces lois fondamentales !

L’important est que,  fidèles aux objurgations, ces députés se pointent au moment du vote.

Il en sera de même pour l’élection du 12 décembre !

Que leur importe qu’apparemment, la majorité des électeurs n’aille pas voter ?

Il suffira de quelques centaines  de milliers de votants pour départager les candidats et nous sortir le vainqueur : celui qui aura eu le maximum de voix ! 

Et il sera le Président d’autres centaines de milliers d’Algériens qui ne l’auront pas élu.

Mais, là, aussi, que leur importe !

Ils se sont apparemment déjà assuré la complicité internationale  pour avaliser ce scrutin démocratique.

C’est le scénario le plus probable. 

Voilà ce qu'est la démocratie !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.