Quand l'Histoire bégaye...

Quand le passé ressurgit "tel qu'en lui-même l'éternité le change"...

Confinement oblige, je me suis plongée dans la lecture pour oublier quelque peu l'actualité. Vaine esquive !

En lisant la biographie de Stéphan Zweig par l'académicienne Dominique Bona, je suis saisie de ce que Freud appelait "une inquiétante étrangeté", ce sentiment diffus et troublant de revivre quelque chose de familier...

Oui, en relatant le contexte où a vécu Zweig, ses aspirations, ses désirs, ses doutes, ses remords, elle décrit, en arrière plan, dans cette Europe heureuse du début du 20ème siècle, l’émergence et la montée insidieuse et progressive d'un nationalisme xénophobe déguisé sous les oripeaux d'aspirations républicaines. Signe du "malaise dans la civilisation" qui inquiétait Freud, Einstein entre autres.

Je suis saisie par l'étrange similitude avec ce que nous vivons aujourd'hui.

Comme le pointe Dominique Bona, de nombreux intellos de l'époque ont pâti lourdement de la culpabilité d'avoir été abusés,de par leur déterminisme inconscient et de n'avoir pas réagi à temps.

N'assistons-nous pas aujourd'hui à un processus similaire?

Je le crains vraiment.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.