HRW

HRW

ONG de défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2020

Comment la France peut redoubler d'efforts pour soutenir les défenseurs de l'Amazonie

Au cours de l’année écoulée, la France a dénoncé avec vigueur la crise qui ne cesse de s’aggraver en Amazonie brésilienne, appelant l’attention de la communauté internationale sur les politiques environnementales désastreuses du président Jair Bolsonaro. Mais si la France espère vraiment aider les Brésilien.ne.s à sauver la plus grande forêt tropicale du monde, elle peut et devrait aller plus loin

HRW

HRW

ONG de défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De nombreux Brésilien.ne.s, parmi la société civile, les communautés autochtones, le secteur privé et les agences gouvernementales sont résolu.e.s à préserver l’Amazonie. En fait, le Brésil a longtemps joué un rôle de premier plan dans la conservation. Mais aujourd’hui, ses défenseurs de la forêt sont confrontés à un président qui s’oppose à leurs efforts et sabote l’aptitude du pays à faire respecter ses lois sur la protection de l’environnement.

La France et le monde entier, ont véritablement intérêt à soutenir les défenseurs de la forêt agissant au Brésil. L’Amazonie joue un rôle déterminant dans l’atténuation du changement climatique en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Elle stocke autant de gaz à effet de serre que le monde entier en produit en 10 ans. La déforestation au contraire, la pousse vers un point de bascule irréversible au-delà duquel d’immenses portions pourraient irrémédiablement sécher et dégager des milliards de tonnes de carbone capturé.

En 2019, première année du mandat présidentiel de Bolsonaro, la déforestation a augmenté de 85 pour cent par rapport à l’année précédente. Un total de 9 000 kilomètres carrés a été défriché en Amazonie, soit une surface supérieure à 85 fois la superficie de Paris. Cette année, de janvier à fin octobre, près de 8000 kilomètres carrés ont déjà été rasés.

En août 2019, alors que la violence des incendies de forêt mettait en évidence la gravité de la crise en Amazonie, le Président Emmanuel Macron a exhorté Bolsonaro d’agir. Bolsonaro a rejeté avec colère cette interpellation qu’il considérait comme un affront à la souveraineté brésilienne. La France a réagi de façon judicieuse, par l’annonce d’un partenariat destiné à promouvoir la préservation de la forêt tropicale avec les gouverneurs des neuf états de l’Amazonie brésilienne, montrant ainsi que ses préoccupations était largement partagées dans le pays.

C’est en septembre dernier que la France a annoncé sa décision la plus significative : qu’elle ne soutiendrait pas la ratification de l’accord commercial conclu entre l’Union européenne et le Mercosur, le bloc sud-américain, en l’absence d’assurances que les parties respecteront les objectifs de l’Accord de Paris et que l’accord de libre-échange ne conduira pas à un accroissement de la déforestation.

Cette annonce a fait écho à des inquiétudes soulevées par un nombre croissant de responsables européens craignant que l’administration de Bolsonaro ne respecte pas les dispositions environnementales de l'accord, qui comprennent des engagements à lutter contre l'exploitation forestière illégale et à respecter l'Accord de Paris, mais ne prévoient pas de sanctions en cas de non-respect. Elle a de plus suscité des demandes grandissantes pour que soient négociées des précisions supplémentaires visant à renforcer ces dispositions.

Plusieurs idées ont été émises depuis, concernant de tels ajouts, lesquelles méritent de sérieux débats. Mais ces derniers risquent de détourner l’attention du besoin urgent de s’attaquer dès maintenant à la crise de l’Amazonie. Après tout, l’accord ne sera sans doute pas ratifié et mis en œuvre avant des années. Pendant ce temps, Bolsonaro peut continuer à démanteler la capacité du Brésil à respecter ses engagements environnementaux et précipiter le « point de bascule » au-delà duquel ces engagements seront effectivement impossibles à tenir.

Au lieu de se focaliser uniquement sur ce qui pourrait advenir de l’Amazonie après la mise en place de l’accord, l’Union européenne devrait insister sur la nécessité de voir des progrès en matière de réduction de la déforestation dès maintenant, alors que la ratification est encore à l’étude, et avant que Bolsonaro ne puisse causer des dommages potentiellement irréversibles à la forêt tropicale. L’UE devrait également chercher à soutenir les Brésilien.ne.s qui luttent contre la déforestation.

La déforestation est essentiellement le fait de réseaux criminels violents qui menacent, attaquent, et tuent les protecteurs de la forêt qu’ils trouvent en travers de leur chemin. Ces mafias déclenchent des incendies pour défricher les terres en vue d’établir des pâturages pour les troupeaux et des terrains agricoles. Ce faisant, elles empoisonnent l’air que respirent des millions de personnes et entraînent des milliers d’hospitalisations pour maladies respiratoires. Ces mafias n’ont quasiment jamais à répondre de ces crimes. Tant que cette impunité sera de mise, il est à craindre que la déforestation se poursuivra hors de tout contrôle.

La France est fondée dans sa réticence de ratifier l’accord commercial en l’absence de garanties que le Brésil honorera ses engagements environnementaux. Pour s'assurer que ces engagements seront toujours réalisables lorsque l'accord entrera en vigueur, il est essentiel d'établir des critères concrets que le Brésil devrait respecter avant que la ratification ne puisse être envisagée.

L’un des critères devrait être une diminution suffisante des taux de déforestation pour permettre au pays d’atteindre ses propres objectifs de l’Accord de Paris, c’est-à-dire, éliminer la déforestation illégale d’ici 2030. Le second devrait consister en la réalisation de progrès substantiels pour mettre fin à l’impunité pour les violences contre les défenseurs de la forêt, mesurés par le nombre de cas faisant l’objet d’une enquête, de poursuites judiciaires et de procès, ainsi que la fin des violations des lois sur l’environnement, mesurée par la proportion de sanctions réellement appliquées dans le domaine de la protection de l’environnement.

En fin de compte, ce sont les Brésilien.ne.s qui sauveront leur forêt tropicale. Mais ils ont besoin de conditions favorables pour y arriver. Grâce à l’accord UE-Mercosur, la France et l’Union européenne peuvent donner au gouvernement Bolsonaro une puissante incitation à créer ces conditions. Cela doit débuter dès maintenant, pas après l’éventuelle mise en place de l’accord.  

Daniel Wilkinson et Luciana Téllez Chávez sont respectivement directeur par intérim et chercheuse au sein de la Division environnement et droits humains de Human Rights Watch.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon