Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

308 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2013

Albert Camus: mémoire en mille morceaux

Pauvre Albert Camus, qui n’appartenait à personne, et que tout le monde s’est approprié, à l’occasion du centenaire de sa naissance, hier 7 novembre, sans qu’un hommage collectif ne puisse lui être consacré. Son extraordinaire présence (il est partout cinquante après sa mort) et cette extraordinaire absence sont à coup sûr le symptôme politique d’un problème national…

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

Pauvre Albert Camus, qui n’appartenait à personne, et que tout le monde s’est approprié, à l’occasion du centenaire de sa naissance, hier 7 novembre, sans qu’un hommage collectif ne puisse lui être consacré. Son extraordinaire présence (il est partout cinquante après sa mort) et cette extraordinaire absence sont à coup sûr le symptôme politique d’un problème national…

       Tout le monde le revendique, il serait quasiment sarkozyste à écouter Henri Guaino, il serait d’abord « un Pied-noir », à constater la polémique suscitée à Aix en Provence par la préparation de l’exposition sur son œuvre et sa vie, il serait en fait « un Algérien », il serait de gauche mais pas trop, il serait de droite mais pas vraiment, fils de misère et grand bourgeois, etc. etc.

        Il illustre un peu une chanson peu connue du bon vieux Georges Brassens qui disait : « Il est toujours joli le temps passé, une fois qu’ils ont cassé leur pipe on pardonne à tous ceux qui nous ont offensé, les morts sont tous de braves types… ».

       Mais à Camus on pardonne sans pardonner, parce qu’il est encore vivant… Dans la chanson on tourne la page, tandis que dans la France d’aujourd’hui on la réécrit encore.

       La mémoire d’Albert Camus porte en elle deux affrontements. Deux coupures du monde. L’Est face à l’Ouest, l’Algérie face à la France. La guerre froide et la décolonisation. Les justes contre les injustes.

       Sur la guerre froide et le refus de regarder l’Union soviétique comme un paradis terrestre, Camus, accusé à son époque de ne pas savoir choisir, ou pire encore de pactiser avec le diable, a gagné par KO, quand le mur s’est effondré.

       Sur la guerre d’Algérie, qui se situe pourtant dans cette période, et oppose les mêmes acteurs, la guerre n’est par contre pas encore finie, et chaque film, chaque évocation, est l’occasion de rallumer les vieilles rancunes. Impossible de dire tout haut, sans passer pour un colonialiste en France, et un traître en Algérie, que les deux nations restent fédérées dans les faits, et dans les peuples, ce qui est pourtant le message de Camus.

       Impossible de ne pas affirmer une vérité tranchante, alors que son message est celui des vérités déchirantes, lui qui disait qu’un homme « est toujours la proie de ses vérités ».

       L’homme français des années 2013 a moins que jamais lâché « sa proie », il est toujours manichéen, quasiment sur chaque sujet, tandis que l’illustre Albert Camus, célébré de toute part, mais pas dans un seul lieu, en était tout le contraire.  

       Ni Panthéon, ni hommage national, mais la déclaration d’amour de toutes les tribus gauloises pour ce Français même pas né en Gaule, c’est sans doute l’expression de la France éternelle, divisée, morcelée, métissée, mais dont tous les fragments rêvent d’Union nationale, en se battant pour le morceau…

       France Culture 7h15 ; France Musique 8h07 ; Twitter @huberthuertas

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann