Hubert Huertas

Sa biographie
J'ai commencé dans la presse locale, Le Provençal, tâté de l'hebdo à l'Express, suis rentré à Radio France en 1982, Red-Chef à Avignon puis Aix en Provence, Correspondant permanent d'Inter et Info à Marseille, puis Chef du Service politique de France Culture que j'ai quitté en janvier 2014. Longtemps prof de Radio au CFPJ Montpellier et l'Ecole de Journalisme de Marseille. Je suis enfin l'auteur de deux essais politiques et de cinq romans.
Son blog
600 abonnés Hubert Huertas
Ses éditions
Voir tous
  • Racisme ou islamophobie ?

    Par
    Parmi les terribles questions soulevées par l'attentat de Nice, ainsi que par les tueries de janvier et novembre 2015, et au milieu des surenchères d'une droite qui court après son extrême, on entend monter un commentaire, plutôt venu de la gauche. Il redoute une montée de « l'Islamophobie ». Je comprends cette inquiétude, mais je me démarque de ce vocabulaire.
  • Bilan de l’Euro: la France n’est pas terrorisée

    Par
    Les Bleus n'ont pas gagné l'Euro et le peuple est déçu… Voilà le message répété depuis dimanche soir après la victoire du Portugal. L'information majeure de cet Euro est peut-être différente, et plus réconfortante : elle dit aussi que la France ne se sent pas en guerre.
  • Pourquoi je ne voterais pas pour Christian Estrosi

    Par
    «Qu'est-ce que tu ferais à ma place ?». Depuis lundi la question m'est souvent posée par des proches et des amis d'Avignon, Toulon, ou Marseille. Il se trouve que j'ai longtemps, très longtemps, vécu et travaillé en Provence Alpes Côte d'Azur. J'y ai voté Chirac en 2002. Ce dimanche, si j''étais encore inscrit là-bas, je ne voterais pas Estrosi.
  • Après les attentats, la droite en mille morceaux

    Par
    Depuis les attentats du 13 novembre, la droite française est prise entre deux peurs. L’angoisse de soutenir le pouvoir, et l’inquiétude de s’opposer à lui en période d’unité nationale. Résultat : elle donne dans la cacophonie, en passant de La Marseillaise à Versailles aux sifflets à l’Assemblée.
  • Trente ans après ? Nous sommes encore français...

    Par
    Attention, un anniversaire peut en cacher un autre. Il y a dix ans, la mort de Zyed Benna et Bouna Traore à Clichy-sous-Bois déclenchait la révolte des banlieues françaises. Vingt ans plus tôt, en octobre 1985, Le Figaro Magazine publiait une enquête apocalyptique : « Serons-nous encore Français dans 30 ans ? » Nous y sommes, et tout est faux dans cet état des lieux.