Exclusif: Zemmour soutient la "théorie du genre"

Zemmour soutient la "théorie du genre"... Il l'a montré ce week-end encore, sur Itélé, lors de son débat hebdomadaire avec Nicolas Domenach, en exhibant des "preuves" de la complicité sournoise de l'Education nationale.

Zemmour soutient la "théorie du genre"... Il l'a montré ce week-end encore, sur Itélé, lors de son débat hebdomadaire avec Nicolas Domenach, en exhibant des "preuves" de la complicité sournoise de l'Education nationale. Des documents trouvés sur le site du théoricien d'extrême-droite, le désormais fameux Alain Soral, qui démontreraient que l'école publique française transforme d'ores et déjà les pré-adolescents de France en êtres hybrides, ni filles, ni garçons, et pire encore, peut-être en homosexuels.
      Cette affaire de "théorie du genre", qui par ailleurs n'existe pas, est la dernière marotte des adeptes de la "manif pour tous". L'année dernière ils défilaient contre la loi sur le mariage homosexuel, pour les mêmes raisons proclamées. Non pas par aversion pour les homos, disent-ils, mais parce que derrière cette loi l'Etat viserait à détruire la famille. Avec la "théorie du genre", sortie toute chaude des cortèges de 2014, le péril serait encore plus catastrophique. Il s'agirait de détruire les enfants.
      "On veut du sexe, pas du genre"' proclamaient ainsi, hardiment, les banderoles de la semaine dernière. Ce qui fait horreur à Zemmour, dans cette "théorie" qui vise à pointer les  modèles sociaux et culturels qui déterminent les garçons à se conduire d'une certaine manière, et les filles d'une autre façon, c'est qu'elle tendrait à abolir les lois naturelles, c'est à dire génétiques, qui font que les garçons sont des garçons et les filles sont des filles.
      Un questionnaire a effectivement été mis en place à l'époque de Luc Chatel, et conservé depuis lors, qui demande aux lycéens et collégiens comment ils s'identifient sexuellement. Il serait selon Zemour la preuve du complot des adeptes de la "théorie du genre". La preuve que le virus est dans la place.
      Et c'est là que commence l'équivoque.
      Car officiellement Zemmour et ses amis, au premier rang desquels Béatrice Bourges, ne sont ni homophobes, ni adversaires de la recherche scientifiques. Ils ont seulement horreur du totalitarisme qui voudrait remodeler les garçons et les filles avec "des méthodes staliniennes".  Ils veulent uniquement protéger les jeunes générations.
       Les préserver de quoi ? D'une théorie qui ferait d'eux des mutants androgynes. C'est donc qu'ils considèrent qu'un peu de propagande suffit à balayer "la loi naturelle", celle qui court dans nos gènes. En quelque sorte, à les écouter, l'être humain, garçon ou fille, pourrait ne pas être le produit de la nature, mais seulement d'une culture qu'on lui aurait imposé ! C'est la définition même de la" théorie du genre" telle que la présentent les plus extrémistes de ses partisans. Il suffirait d'un peu de conditionnement pour programmer une fille ou un garçon, et d'un peu de propagande pour les déprogrammer.
       Zemmour et ses amis de la manif pour tous pensent qu'un simple formulaire suffit à transformer les garçons et les filles et ça les traumatise. S'ils combattent la "théorie du genre" c'est parce qu'ils y croient comme des damnés. Ne les bousculez pas. Ne leur dites pas trop fort que la nature est plus solide qu'ils le redoutent, ils seraient traumatisés. Laissez les faire leur "outing".

       Un jour ils adapteront peut-être la chanson d'Aznavour à leur foi refoulée, dans les "manifs pour tous' :
       "Nul n'a le droit en vérité
       "De me blâmer de me juger
       "Et je précise
       "Que c'est bien la CULTURE qui
       "Est seule responsable si
       "Je suis un homo comme ils di-i-sent

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.