Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

308 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2012

Insee et intégration : Foutez la paix aux immigrés !

Voilà une étude qui « tord le cou aux clichés », comme le dit le journal Le Parisien sur sa première page. Selon cette enquête de l’Insee neuf enfants et petits enfants d’immigré sur dix, c’est à  dire quatre vingt dix pour cent d’entre eux, se sentent tout simplement français.

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

Voilà une étude qui « tord le cou aux clichés », comme le dit le journal Le Parisien sur sa première page. Selon cette enquête de l’Insee neuf enfants et petits enfants d’immigré sur dix, c’est à  dire quatre vingt dix pour cent d’entre eux, se sentent tout simplement français.

       Au moment où le débat sur l’immigration, pollué par la crise, et incendié par le jihadisme, finissait par empoisonner jusqu’aux pains aux chocolats dans les cours d’école, y compris pendant les vacances d’été, cette étude apporte un autre éclairage. Elle ne nie pas les problèmes d’intégration que le Front national, la campagne sur le hallal de Nicolas Sarkozy, et désormais les viennoiseries de Jean-François Copé, ont consacré comme des problèmes majoritaires, voire envahissants, mais elle les remet à leur place.

       A force de raccourcis agressifs ou défensifs, de fantasmes ou de tabous, l’immigré et sa descendance sont devenu des êtres abstraits en France, des figures politiques. Soit des voleurs, selon la vision du chroniqueur Zemour, soit des victimes universelles, les cosette des temps modernes, selon les Jean Valjean plutôt situés à l’extrême gauche ou dans certaines associations de défense mécanique des sans papiers.

      Voici les chiffres, issus de cette enquête effectuée en Ile de France sur un échantillon de 7200 personnes : 36% des parents immigrés étaient français,  97% des enfants le sont devenus.

60 % de naturalisés récents ont le sentiment d’être français. 90% de leurs descendants.  

       Enfin le dernier chiffre : Parmi les descendants d’immigrés, ils ne sont plus que 67% à avoir le sentiment d’être « vus comme français ».

       Le sentiment d’être vu… On entre ici dans le domaine du préjugé, et on constate qu’il dépasse la réalité, et que ce débordement a des conséquences concrètes. Si 33% des enfants et petits enfants d’immigrés sont diplômés du supérieur, et 20% sont devenus cadres, ils sont davantage frappés par le chômage, et leur salaire moyen est un peu plus bas que celui du reste de la population.   

       L’intégration n’est donc pas parfaite, mais elle n’est pas bloquée. Tout ce qu’on lit dans les journaux existe, les problèmes des banlieues ne sont pas des inventions, peut-être même que le pain au chocolat de M. Copé n’a pas été mangé par son propriétaire, mais en faire l’alpha et l’omega de la réalité revient à enfermer des millions de personnes issues de l’immigration dans une double prison. Soit le schéma agressif, qui les obligerait à devoir se justifier en permanence, à sortir leurs papiers à tout bout de champ, soit le schéma victimiste, qui les conduirait à exiger leurs droits, voire à en abuser. 

      Or dans leur écrasante majorité, les enfants et petits enfants d’immigrés n’ont qu’une revendication. Et une seule.

      Qu’on leur foute la paix.

       France  Culture : 7h36 ; France Musique : 8h07 ; Twitter : @huberthuertas

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN