Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

308 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 juin 2013

Sur l'écran noir de nos nuits grecques...

« Imagine » aurait essayé de chanter John Lennon, qui n’y serait pas arrivé, car ce n’est pas imaginable. Imaginez qu’un gouvernement annonce la fermeture de ses télévisions et de ses radios publiques, d’une heure à  l’autre. Ecran noir et silence. Vous pensez à la Grèce, bien-sûr, où cela s’est passé hier soir.

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

« Imagine » aurait essayé de chanter John Lennon, qui n’y serait pas arrivé, car ce n’est pas imaginable. Imaginez qu’un gouvernement annonce la fermeture de ses télévisions et de ses radios publiques, d’une heure à  l’autre. Ecran noir et silence. Vous pensez à la Grèce, bien-sûr, où cela s’est passé hier soir. Mais imaginez maintenant que cet événement ait eu lieu à Istanbul, en Turquie, et comment l’Union européenne aurait reçu l’information. Elle aurait suffoqué d’indignation. Elle aurait parlé d’acte de dictature et d’obscurantisme.

      Il se trouve que cet acte a été commis en son nom.

      Au moment où une partie des socialistes français remet la pression sur la relance en Europe, et demande à François Hollande d’être plus dur en affaire avec la chancelière allemande, cette affaire grecque, hautement symbolique, ne peut qu’enflammer le débat, à l’approche du sommet des 27 et 28 juin. Il y avait du monde parmi les frondeurs parisiens d’hier soir, à l’assemblée nationale, avec parmi les présents le Président de l’Assemblée, Claude Bartolone, ou le Ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg…

      Encore et toujours la question des conséquences des politiques de marche forcée vers le retour aux équilibres budgétaires. En France les impôts rentrent mal, les recettes de TVA ne sont pas celles que le gouvernement espérait, ce qui un effet de la panne de croissance qui frappe l’ensemble de l’Europe, Allemagne comprise.

     Une querelle encore envenimée par les aveux à répétition du FMI, qui ne cesse de rappeler que les politiques d’austérité étaient fondées sur des équations fausses.

      Qu’à cela ne tienne. Ce qui n’est plus un doute mais une certitude, à savoir que l’Europe est malade de ses remèdes de cheval, ne change pas d’un iota les politiques d’austérité déjà en cours. Elles se poursuivent et s’amplifient en Grèce, de manière systématique et désormais spectaculaire.

      Voilà que pour aller mieux un pays a tellement tranché, tellement taillé, tellement privatisé, tellement vendu tout ce qu’il possédait de biens collectifs, tous ses bijoux de famille, qu’il n’arrive plus à se débarrasser de sa compagnie gazière, et qu’il ferme par contrecoup son audiovisuel public, du jour au lendemain, pour trouver l’argent qu’on le somme de rembourser, et virer les agents qu’on l’oblige à renvoyer.

      Voilà, pour être encore plus clair, qu’un pays européen, le berceau de ce continent, la nation la plus ancienne, a pour ainsi dire renoncé à rester un pays pour devenir un simple espace, comme l’Europe.

      Le fait national étant ce qu’il est, c'est-à-dire incompressible et dangereux quand il est bafoué, il serait étonnant que l’événement d’hier n’ait pas de conséquences majeures           

      France Culture : 7h36 ; France Musique : 8h07; Twitter @huberthuertas

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef