Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

308 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 févr. 2013

Allocations: de l'électricité dans le gaz

Comme le dit l’ensemble de la presse, c’est un dossier explosif. Une affaire d’Etat. Moduler les allocations familiales en fonction des revenus est un chantier sur lequel se sont cassé les dents tous les gouvernements, de droite comme de gauche, depuis vingt-cinq ans… Pendant ce temps, le budget des Français se fait croquer par d’autres dents, autrement plus pointues, par exemple le prix du gaz ou de l’électricité, sans que ça ne suscite les mêmes passions.

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

Comme le dit l’ensemble de la presse, c’est un dossier explosif. Une affaire d’Etat. Moduler les allocations familiales en fonction des revenus est un chantier sur lequel se sont cassé les dents tous les gouvernements, de droite comme de gauche, depuis vingt-cinq ans… Pendant ce temps, le budget des Français se fait croquer par d’autres dents, autrement plus pointues, par exemple le prix du gaz ou de l’électricité, sans que ça ne suscite les mêmes passions.

       Prenons dans l’ordre. D’abord les allocations.

       Enjeu 127 euros pour deux enfants. Le gouvernement étudie trois pistes. Fiscaliser ces revenus. Les plafonner. Ou les geler en ne les augmentant plus au rythme de l’inflation, donc les baisser de fait.

       C’est Raymond Barre qui en a parlé le premier en 1987. Il n’a pas été élu. Puis Alain Juppé a repris cette idée en 1995 mais l’a remise dans son chapeau après les manifestations de l’automne. Lionel Jospin a mis en place un plafonnement en 1998, mais l’a retiré 10 mois plus tard devant les protestations de l’opposition et des associations familiales.

       Enfin, pendant la campagne de 2012, Bruno Le Maire, qui rédigeait le programme de Nicolas Sarkozy avait proposé de fiscaliser les allocations mais de les servir dès le premier enfant, tandis que François Hollande avait assuré que « Les allocations n’ont pas à être imposées ».

       Aujourd’hui, donc, la gauche est au pouvoir, et elle envisage de fiscaliser, et la droite ne l’est plus et elle s’oppose à ce qu’elle soutenait. Vieux jeu de rôle un peu lassant des majorités et des oppositions.

       Quels sont les enjeux concrets. Le journal Le Monde a essayé de les fixer. La fiscalisation des allocations ferait augmenter les impôts d’un couple de deux enfants gagnant 3000 euros par mois de 126 euros. Un mois d’allocations, ce n’est donc pas rien.

       Mais comparons avec d’autres dépenses, qui ne sont pas des impôts mais des dépenses obligées. Exemple le prix de l’électricité, dont la commission de régulation de l’énergie a annoncé hier, dans un communiqué qui n’a pas soulevé de vagues, une augmentation de 30% dans les cinq prochaines années.

       Cette électricité, selon une étude de l’Ifri, institut de recherche sur l’information, a déjà augmenté en Europe, depuis 2003 de 70%... S’il payait 100 euros par mois, un particulier avec ou sans enfant paie désormais 170, et bien il paiera 220 euros dans cinq ans, ce qui fait 600 euros de plus par an.

       Révolution copernicienne, big-bang, stupeur et tremblement  pour 126 euros d’impôt avec les allocations, mais rien à dire sur 600 euros supplémentaires sur la facture EDF, cherchez la différence. On dira que les impôts sont obligatoires, tandis que l’électricité, on a le choix. C’est vrai. Il y a le gaz.

       Lui au moins, depuis 1996 il coûte seulement trois fois plus cher…  

       France Culture 7h36 ; France Musique : 8h07 ; Twitter : @huberthuertas

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille