Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

308 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 févr. 2013

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

Allocations: de l'électricité dans le gaz

Comme le dit l’ensemble de la presse, c’est un dossier explosif. Une affaire d’Etat. Moduler les allocations familiales en fonction des revenus est un chantier sur lequel se sont cassé les dents tous les gouvernements, de droite comme de gauche, depuis vingt-cinq ans… Pendant ce temps, le budget des Français se fait croquer par d’autres dents, autrement plus pointues, par exemple le prix du gaz ou de l’électricité, sans que ça ne suscite les mêmes passions.

Hubert Huertas
Journaliste à Mediapart

Comme le dit l’ensemble de la presse, c’est un dossier explosif. Une affaire d’Etat. Moduler les allocations familiales en fonction des revenus est un chantier sur lequel se sont cassé les dents tous les gouvernements, de droite comme de gauche, depuis vingt-cinq ans… Pendant ce temps, le budget des Français se fait croquer par d’autres dents, autrement plus pointues, par exemple le prix du gaz ou de l’électricité, sans que ça ne suscite les mêmes passions.

       Prenons dans l’ordre. D’abord les allocations.

       Enjeu 127 euros pour deux enfants. Le gouvernement étudie trois pistes. Fiscaliser ces revenus. Les plafonner. Ou les geler en ne les augmentant plus au rythme de l’inflation, donc les baisser de fait.

       C’est Raymond Barre qui en a parlé le premier en 1987. Il n’a pas été élu. Puis Alain Juppé a repris cette idée en 1995 mais l’a remise dans son chapeau après les manifestations de l’automne. Lionel Jospin a mis en place un plafonnement en 1998, mais l’a retiré 10 mois plus tard devant les protestations de l’opposition et des associations familiales.

       Enfin, pendant la campagne de 2012, Bruno Le Maire, qui rédigeait le programme de Nicolas Sarkozy avait proposé de fiscaliser les allocations mais de les servir dès le premier enfant, tandis que François Hollande avait assuré que « Les allocations n’ont pas à être imposées ».

       Aujourd’hui, donc, la gauche est au pouvoir, et elle envisage de fiscaliser, et la droite ne l’est plus et elle s’oppose à ce qu’elle soutenait. Vieux jeu de rôle un peu lassant des majorités et des oppositions.

       Quels sont les enjeux concrets. Le journal Le Monde a essayé de les fixer. La fiscalisation des allocations ferait augmenter les impôts d’un couple de deux enfants gagnant 3000 euros par mois de 126 euros. Un mois d’allocations, ce n’est donc pas rien.

       Mais comparons avec d’autres dépenses, qui ne sont pas des impôts mais des dépenses obligées. Exemple le prix de l’électricité, dont la commission de régulation de l’énergie a annoncé hier, dans un communiqué qui n’a pas soulevé de vagues, une augmentation de 30% dans les cinq prochaines années.

       Cette électricité, selon une étude de l’Ifri, institut de recherche sur l’information, a déjà augmenté en Europe, depuis 2003 de 70%... S’il payait 100 euros par mois, un particulier avec ou sans enfant paie désormais 170, et bien il paiera 220 euros dans cinq ans, ce qui fait 600 euros de plus par an.

       Révolution copernicienne, big-bang, stupeur et tremblement  pour 126 euros d’impôt avec les allocations, mais rien à dire sur 600 euros supplémentaires sur la facture EDF, cherchez la différence. On dira que les impôts sont obligatoires, tandis que l’électricité, on a le choix. C’est vrai. Il y a le gaz.

       Lui au moins, depuis 1996 il coûte seulement trois fois plus cher…  

       France Culture 7h36 ; France Musique : 8h07 ; Twitter : @huberthuertas

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités